Nos coups de cœur parisiens
14H42 - vendredi 7 janvier 2022

Le P’tit Chêne a tout d’un grand

 

Les larmes aux yeux qui ont pu surgir à la fermeture de l’institution qu’était Chaumette se sont vite asséchées lorsque Le P’tit Chêne a ouvert ses portes. Repris par Sébastien et Adrien Dufour qui possèdent déjà le Paul Chêne, le bistrot est resté dans son jus avec les boiseries patinées, son beau miroir, le zinc, le vichy et les banquettes où les animateurs de la Maison de la Radio voisine viennent user leurs fonds de culotte. En salle, le service s’agite comme on imagine les brasseries d’antan, la jeunesse en plus. Les Dufour brothers, trentenaires joviaux et dynamiques insufflent un léger vent de renouveau, en conservant les codes que l’on aime. Le sourire est de rigueur et l’on comprend vite pourquoi : ouvrir ses portes en 2020 a demandé beaucoup d’endurance, de stress et de résilience. Alors quand les clients franchissent le seuil, ici, on est heureux de les accueillir. La cuisine est rassurante, gourmande à souhait avec les jalons de la brasserie classique comme les œufs-mayo, les harengs pommes à l’huile, les girolles surmontées d’un œuf cassé, les rognons et les ris de veau croustillants. La purée servie en cassolette est onctueuse, le pot-au-feu est plus que généreux et on se lèche les babines en sauçant les assiettes d’un pain de campagne moelleux.

Si ce coin du XVIème arrondissement manque d’animation, on franchira avec joie cette bonne adresse authentique et généreuse et l’on y retournera avec plaisir pour retrouver visite après visite les goûts d’une France qu’on aime.

Le P’tit Chêne
7 rue Gros 75016 Paris
Formules déj à partir de 22 €, le soir compter 40 à 50 €

Deborah Rudetzki

Directrice de la Rédaction

L’épicerie du moche

Peu de Français le savent, mais près de 50 % du gaspillage alimentaire est réalisé en amont de la distribution. Le rôle de la société Hors Normes est de leur trouver des consommateurs .
Deborah Rudetzki

La première brasserie parisienne nous fait voyager

Les bières de la Goutte d'Or ont toutes leurs spécificités, de la fabrication à la dégustation. Authentiques Parisiennes, exotiques ou éco-responsables, les bières de la brasserie sauront ravir tous les palais.
Deborah Rudetzki

Nathan Helo, le chef dont on reparlera

Le chef ne fait pas souvent la Une des magazines et n'est pas de tous les événements culinaires. Pourtant, sa cuisine gagne à être connue. Et même reconnue.
Deborah Rudetzki

Korus un refrain où l’on revient

Située entre Bastille et République, la petite rue Amelot n’est pas en manque de bonnes tables, mais Korus offre un rapport qualité/prix/accueil tout à fait remarquable.
Deborah Rudetzki

Baroche aux Champs : 10 ans de plats canaille

La brasserie Baroche a fêté ses 10 ans. Tout juste. 10 ans de bons produits du terroir, d’accueil en sourires et de recettes « grand-mère » qui marchent du feu de dieu.
Deborah Rudetzki

Mélanie Serre fait danser le vin

Venir au Louis Vins, c’est faire le grand écart entre tradition et modernité. La tradition, elle est dans les lambrissures, le vieux parquet bancal... Tandis que la modernité ? Elle est partout ailleurs.
Deborah Rudetzki

L’ascension d’Ascione

De son passage dans la saison 6 de Top Chef à son parcours aux côtés de chefs prestigieux, Jean-Baptiste Ascione, établi désormais dans le XVIIème à Paris, a mis en forme un restaurant qui lui ressemble.