Nos coups de cœur parisiens
06H43 - samedi 13 novembre 2021

Se faire des plaisirs sucrés sans craindre le diabète

 

Dans un monde où bien manger sous-entend sacrifices, le projet porté par l’entreprise « Oh oui » s’inscrit en ovni. Alors qu’habituellement, les consommateurs désirant pratiquer un mode d’alimentation sain choisissent de bannir les glucides de leur garde-manger, la société relève à merveille le défi d’allier gourmandise et bien-être. Pourtant cette dernière vend des pâtisseries. Oui oui, vous avez bien lu ! La démarche de « mieux-manger » de la marque offre une possibilité de se régaler sans culpabiliser : « Nous proposons des pâtisseries avec un index glycémique inférieur à 25, nos produits contiennent jusqu’à 66 % de sucre en moins par rapport aux pâtisseries classiques et sans édulcorant, “affirment-ils.

“Changer la gourmandise”

La genèse du projet part d’un simple constat pour “Oh oui” : “à ce jour, il n’existe pas de pâtisseries qui allient santé et gourmandise.” Or, entre les femmes enceintes et les personnes diabétiques, fréquents sont les gourmandes et gourmands frustrés de ne pas pouvoir combler leurs envies sucrées. Cela concerne au moins 1/20 ème de la population française, diagnostiquée diabétique, selon les chiffres de 2020 de la Santé publique. Ainsi, la marque a été pensée de manière à proposer des recettes saines, validées qui plus est par des tests cliniques de l’institut Pasteur de Lille. Afin de s’assurer du faible indice glycémique des produits “Oh oui”, l’institut de recherche a entrepris une étude sur plusieurs individus :

“L’étude, parfaitement normée et suivant un protocole standardisé, porte sur dix volontaires sains, non-diabétiques, afin d’apporter une mesure fiable et objective”, avance Oh Oui.

Une attente de la nouvelle génération

Tandis que les générations actuelles prennent peu à peu conscience du rôle de leur alimentation à la fois sur la planète et sur leur santé, les produits en accord avec cette prise de conscience manquent. Soucieuse de changer ce constat, la marque avance que “mieux-manger n’est plus qu’une tendance, c’est également un enjeu pour la santé et pour l’environnement.” Il lui semblait de fait naturel d’innover dans une nouvelle gamme de produits.

Pour ce faire, “Oh Oui” a dit non à la fois au sucre blanc et aux conservateurs artificiels, privilégiant ainsi des ingrédients naturels à l’indice glycémique faible. Mais “les saveurs restent pour autant préservées”, promet la marque. Il suffit de faire un tour en boutique pour s’en assurer.

 

Informations pratiques

Boutique “Oh Oui”
95 Rue du Bac
75007 Paris

 

Deborah Rudetzki

Avec la contribution de Noé Kolanek

Directrice de la Rédaction

Nathan Helo, le chef dont on reparlera

Le chef ne fait pas souvent la Une des magazines et n'est pas de tous les événements culinaires. Pourtant, sa cuisine gagne à être connue. Et même reconnue.
Deborah Rudetzki

Korus un refrain où l’on revient

Située entre Bastille et République, la petite rue Amelot n’est pas en manque de bonnes tables, mais Korus offre un rapport qualité/prix/accueil tout à fait remarquable.
Deborah Rudetzki

Baroche aux Champs : 10 ans de plats canaille

La brasserie Baroche a fêté ses 10 ans. Tout juste. 10 ans de bons produits du terroir, d’accueil en sourires et de recettes « grand-mère » qui marchent du feu de dieu.
Deborah Rudetzki

Mélanie Serre fait danser le vin

Venir au Louis Vins, c’est faire le grand écart entre tradition et modernité. La tradition, elle est dans les lambrissures, le vieux parquet bancal... Tandis que la modernité ? Elle est partout ailleurs.
Deborah Rudetzki

L’ascension d’Ascione

De son passage dans la saison 6 de Top Chef à son parcours aux côtés de chefs prestigieux, Jean-Baptiste Ascione, établi désormais dans le XVIIème à Paris, a mis en forme un restaurant qui lui ressemble.

Une virée Chez Denise

Chez Denise c’est toute l’histoire des Halles, concentrée dans l'assiette.
Deborah Rudetzki

Allons chez Marchon !

Ex-pubard, Alexandre Marchon a fait ses armes comme chef à domicile et lors de dîners pop-up, puis a décidé de poser ses valises et se faire un nom dans le  paysage gastronomique parisien que l’on pourrait croire saturé. Que nenni !
Deborah Rudetzki