Nos coups de cœur parisiens
06H56 - vendredi 26 novembre 2021

A Deux, c’est mieux !

 

© Philippe Martineau

Couple en cuisine, mais pas dans la vie ! Romain Casas et Tiphaine Mollard mettent les points sur les « i » parce qu’on a trop souvent tendance à les marier, à tort. De la même façon, ce n’est pas parce que vous voyez Tiphaine en salle que Romain est le chef, les rôles tournent toutes les semaines. « Changer de position régulièrement nous permet de mieux comprendre les besoins à la fois des clients, du service et de l’organisation en cuisine », expliquent-ils en cœur.

Tiphaine la Savoyarde a fait une école de commerce avant de se prendre de passion pour la restauration. Direction l’Ecole Ducasse où elle fait ses classes et qui lui propose ensuite de travailler quelques temps chez Benoît. Elle ira ensuite au Club dans le 8ème arrondissement où elle rencontre Romain le Béarnais. Après avoir travaillé chez Alain Dutournier au Carré des Feuillants, il s’est rendu dans le sud-ouest et enfin à Londres, avant de rejoindre Paris et de se lancer dans celle belle aventure avec son amie.

Les deux acolytes ont donc décidé de monter ce concept de bistrot moderne où deux chefs œuvrent main dans la main, en parfaite harmonie et complémentarité.

La déco sobre, avec ses pierres apparentes est dans l’air du temps, avec son mobilier en bois et ses grosses ampoules nues, créant une atmosphère épurée et chaleureuse.

© Philippe Martineau

© Philippe Martineau

© Philippe Martineau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La carte, quant à elle, surfe entre les deux régions d’origine des acolytes. Ici des croquetas truffe-raclette, là un pot-au-feu végétarien, gnocchis de courge à l’Ossau Iraty, panais, chou rouge, pleurotes, bouillon au poivre blanc strié de Kompot qui procure un petit côté agrume. On aime aussi la côte de cochon d’Eric Ospital avec son risotto de crozets beaufort et txistorra qui répond au velouté châtaignes, poire, pain d’épices maison au miel de Savoie. Ce petit tour de France ne peut que régaler les papilles. Et sans être 100% régionaliste, ces petites touches de leurs terroirs apportent une harmonie à un menu composé des meilleurs producteurs de l’Hexagone.  

On sent d’ailleurs que ces deux-là ont prix autant de plaisir à faire le tour des producteurs qu’à donner le sourire à leurs clients.

Alors, entre Chartreuse et Armagnac, pourquoi choisir ?

Restaurant Deux
58 rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris
Tél. : 09 74 97 47 52
https://www.deux-restaurant.fr

Deborah Rudetzki

Directrice de la Rédaction

Le P’tit Chêne a tout d’un grand

A deux pas de la Maison de la Radio, le restaurant le P'tit Chêne, régale animateurs, touristes et habitants du XVIème arrondissement
Deborah Rudetzki

L’épicerie du moche

Peu de Français le savent, mais près de 50 % du gaspillage alimentaire est réalisé en amont de la distribution. Le rôle de la société Hors Normes est de leur trouver des consommateurs .
Deborah Rudetzki

La première brasserie parisienne nous fait voyager

Les bières de la Goutte d'Or ont toutes leurs spécificités, de la fabrication à la dégustation. Authentiques Parisiennes, exotiques ou éco-responsables, les bières de la brasserie sauront ravir tous les palais.
Deborah Rudetzki

Nathan Helo, le chef dont on reparlera

Le chef ne fait pas souvent la Une des magazines et n'est pas de tous les événements culinaires. Pourtant, sa cuisine gagne à être connue. Et même reconnue.
Deborah Rudetzki

Korus un refrain où l’on revient

Située entre Bastille et République, la petite rue Amelot n’est pas en manque de bonnes tables, mais Korus offre un rapport qualité/prix/accueil tout à fait remarquable.
Deborah Rudetzki

Baroche aux Champs : 10 ans de plats canaille

La brasserie Baroche a fêté ses 10 ans. Tout juste. 10 ans de bons produits du terroir, d’accueil en sourires et de recettes « grand-mère » qui marchent du feu de dieu.
Deborah Rudetzki

Mélanie Serre fait danser le vin

Venir au Louis Vins, c’est faire le grand écart entre tradition et modernité. La tradition, elle est dans les lambrissures, le vieux parquet bancal... Tandis que la modernité ? Elle est partout ailleurs.
Deborah Rudetzki

L’ascension d’Ascione

De son passage dans la saison 6 de Top Chef à son parcours aux côtés de chefs prestigieux, Jean-Baptiste Ascione, établi désormais dans le XVIIème à Paris, a mis en forme un restaurant qui lui ressemble.