Nos coups de cœur parisiens
06H20 - samedi 23 octobre 2021

Baroche aux Champs : 10 ans de plats canaille

 

La brasserie Baroche a fêté ses 10 ans. Tout juste. 10 ans de bons produits du terroir, d’accueil en sourires et de recettes « grand-mère » qui marchent du feu de dieu comme ce pâté en croûte dans lequel croquent les pistaches et se mêle harmonieusement le foie gras. Cette adresse a d’autant plus de mérite qu’elle est plantée à une encablure des Champs Élysées. Prestigieux, certes, mais au milieu d’un no-man’s land gourmet puisque le secteur fait le grand écart entre les fast-foods et le triplement étoilé Pierre Gagnaire, sans beaucoup d’options intermédiaires. Or, ici, l’esprit brasserie brille dans toute sa splendeur, en explosant les papilles dans une bonne humeur assumée.

Les habitants qui se battent pour créer une véritable vie de quartier dans un coin éminemment touristique y trouvent leur bonheur, ceux qui travaillent dans les parages investissent l’espace le midi et en « after work », tandis que certains traversent Paris pour s’attabler devant une cuisine de saison qui fait la joie des mangeurs de 7 à 77 ans. Plus qu’une brasserie, un lieu de vie qui jonglent entre des acras de morue à tomber (et son aïoli à l’encre de seiche), les champignons farcis aux escargots de Bourgogne bien franchouillards, le parmentier de poulet avec son jus crémé à l’estragon comme on n’en a pas goûté depuis longtemps, un filet de bar impeccablement cuit à la plancha avant de terminer par une mousse au chocolat noir onctueuse ou un mille-feuille qui varie au fil des envies du chef.

Le chef justement ! David Baroche a l’humilité du bistrotier et la cuisine d’un vrai faiseur. Sa formation de charcutier lui a enseigné quelques ficelles qu’il met brillement en application dans son établissement. Originaire de la Mayenne, il est devenu aubergiste de petits bonheurs et pose sur les tables ravies du fait maison dans les règles de l’art. Saucisses à l’ancienne, rillettes de cochon fermier et foie gras bien relevé en sont la preuve gourmande. On aime aussi la déco et la configuration qui permet de contenir 200 places, sans pour autant avoir la sensation d’un hall de gare. Le resto reste intimiste malgré tout grâce à un jeu de salles bien agencées et le service y est absolument charmant, avec une mention spéciale pour la maîtresse des lieux, l’adorable Delphine Baroche.

Et pour faire glisser ces mets savoureux à prix doux, on ajoute une jolie carte des vins où les bouteilles nature de petits producteurs côtoient quelques classiques des caves de la capitale.

Bon anniversaire Brasserie Baroche et à bientôt pour continuer à fêter un patrimoine culinaire à la fois moderne et préservé.

 

Infos pratiques
Brasserie Baroche
101 rue de la Boëtie, 75008 Paris
Tous les jours de 7h à 1h (2h les vendredis et samedis)
Tél. : 01 43 59 69 67
http://www.baroche.paris
Envie de bons plats de la maison sans vous déplacer ? Faites appel à Tiptoque.

 

Deborah Rudetzki

Directrice de la Rédaction

Nathan Helo, le chef dont on reparlera

Le chef ne fait pas souvent la Une des magazines et n'est pas de tous les événements culinaires. Pourtant, sa cuisine gagne à être connue. Et même reconnue.
Deborah Rudetzki

Korus un refrain où l’on revient

Située entre Bastille et République, la petite rue Amelot n’est pas en manque de bonnes tables, mais Korus offre un rapport qualité/prix/accueil tout à fait remarquable.
Deborah Rudetzki

Mélanie Serre fait danser le vin

Venir au Louis Vins, c’est faire le grand écart entre tradition et modernité. La tradition, elle est dans les lambrissures, le vieux parquet bancal... Tandis que la modernité ? Elle est partout ailleurs.
Deborah Rudetzki

L’ascension d’Ascione

De son passage dans la saison 6 de Top Chef à son parcours aux côtés de chefs prestigieux, Jean-Baptiste Ascione, établi désormais dans le XVIIème à Paris, a mis en forme un restaurant qui lui ressemble.

Une virée Chez Denise

Chez Denise c’est toute l’histoire des Halles, concentrée dans l'assiette.
Deborah Rudetzki

Allons chez Marchon !

Ex-pubard, Alexandre Marchon a fait ses armes comme chef à domicile et lors de dîners pop-up, puis a décidé de poser ses valises et se faire un nom dans le  paysage gastronomique parisien que l’on pourrait croire saturé. Que nenni !
Deborah Rudetzki