Nos coups de cœur parisiens
19H13 - vendredi 24 septembre 2021

Une virée Chez Denise

 

Chez Denise c’est toute l’histoire des Halles, concentrée dans quelques mètres carrés.

Le groupe Bertrand l’a racheté en 2020 et la peur fut que le bistrot soit broyé par la maison tentaculaire. Mais loin de vouloir standardiser les lieux, le cachet a été conservé, avec juste un p’tit coup de propre. On retrouve donc le zinc resplendissant, les deux rangées de tables et les banquettes, les serviettes à carreaux, les poutres ainsi que les murs couverts de souvenirs des grands noms passés dans l’établissement (Kessel ou De Gaulle par exemple). On y mange toujours une solide cuisine tripière qui rappelle le passé boucher du quartier, des rognons à la daube de joue de bœuf, sans oublier les haricots de mouton et la cervelle d’agneau meunière, le tout arrosé de quelques boutanches faciles.

Quasiment tous les chefs, grands et petits ont déjà dîné là, attablés lors de joyeuses virées après les remises de prix ou les soirées chichiteuses-parisianistes, car Chez Denise était le repaire des noctambules (les horaires ont été réduits depuis son rachat) les cuisiniers pouvaient ainsi s’y rendre après leur boulot. Aujourd’hui, le service s’arrête à 00h45 (versus 5h auparavant) ce qui laisse encore largement le temps de déguster les plats canailles de la carte.

Les tarifs sont plus qu’honnêtes (25 € le plat en moyenne) surtout lorsque les assiettes arrivent sur la table : les quantités justifient amplement l’addition finale. Le steak tartare (très bien assaisonné) contient au moins 400 g de barbaque, le pied de porc croustillant à souhait est servi entier, le foie de veau fondant est énorme et une montagne de frites accompagne le tout. Simplicité des plats, efficacité du service (taquin), décor dans son jus, et qualité des produits, voilà une adresse sans chichi qui mérite sa réputation. Touristes émerveillés et habitués du quartier, gens de passage, groupes bruyants ou personne seule, chez Denise tous dévorent avec plaisir dans un cocon authentique et qui, il faut l’espérer, le restera encore longtemps.

Chez Denise, « À la tour de Montlhéry »
5 rue des Prouvaires, 75001 Paris
Tél. : 01 42 36 21 82

Deborah Rudetzki

Directrice de la Rédaction

Baroche aux Champs : 10 ans de plats canaille

La brasserie Baroche a fêté ses 10 ans. Tout juste. 10 ans de bons produits du terroir, d’accueil en sourires et de recettes « grand-mère » qui marchent du feu de dieu.
Deborah Rudetzki

Mélanie Serre fait danser le vin

Venir au Louis Vins, c’est faire le grand écart entre tradition et modernité. La tradition, elle est dans les lambrissures, le vieux parquet bancal... Tandis que la modernité ? Elle est partout ailleurs.
Deborah Rudetzki

L’ascension d’Ascione

De son passage dans la saison 6 de Top Chef à son parcours aux côtés de chefs prestigieux, Jean-Baptiste Ascione, établi désormais dans le XVIIème à Paris, a mis en forme un restaurant qui lui ressemble.

Allons chez Marchon !

Ex-pubard, Alexandre Marchon a fait ses armes comme chef à domicile et lors de dîners pop-up, puis a décidé de poser ses valises et se faire un nom dans le  paysage gastronomique parisien que l’on pourrait croire saturé. Que nenni !
Deborah Rudetzki

Manoj Sharma : un chef sous influence

Contemporain et raffiné, ce resto situé à l’ombre du Théâtre Comique dans le 2ème arrondissement de Paris a tout pour séduire.
Deborah Rudetzki

Guy Savoy : entretien avec un homme en colère

C’est un homme en colère qui a reçu hier Opinion Internationale. Guy Savoy, « Monsieur » Guy Savoy devrait-on dire, est un des plus grands ambassadeurs de la cuisine française, de cet art d’être…
Michel Taube