Marraines & Parrains d'Opinion Internationale
08H28 - lundi 8 mars 2021

Fabrice Haccoun : aider, une vocation

 

Directeur général, ce titre sonne plutôt pas mal. Surtout quand c’est de la filiale française d’un groupe mondial d’origine indienne ou d’une société high-tech implantée dans 20 pays, sur 4 continents, qui compte plus de 3 000 collaborateurs. Comment Fabrice Haccoun a-t-il accédé à ce poste malgré un parcours scolaire que lui-même qualifie de chaotique ? Sans doute ne manquait-il pas d’ambition, de talent, ni de persévérance, les ingrédients indispensables à toute réussite. Mais son moteur, à lui, a été l’envie d’aider. Un besoin viscéral, fruit d’une transmission depuis des générations. Car s’il convient, selon les normes de la bonne éducation, d’enseigner aux enfants la valeur solidarité, il a eu, lui, le privilège de l’apprendre par l’observation de sa pratique quotidienne : toute son enfance, et même après, il a pu voir sa mère, laborantine, aider, avec ses petits moyens, ceux qui en avaient encore moins* et son père, lui aussi, toujours tendre la main.

Ainsi, naturellement, pendant ses études de droit, il travaille – une nécessité – avec des jeunes issus de milieux défavorisés. Il aime les soutenir, les conseiller, et sentir aussi leur fierté quand ils réussissent. Il envisage même une carrière d’éducateur spécialisé, avant d’y renoncer. S’il choisit en effet ce métier, son impact sera limité. « Pour mieux aider les autres, il faut d’abord s’aider soi-même », réalise-t-il un jour. Il sait ce qu’il lui reste à faire : réussir.  

Sa trajectoire, qu’il ajuste à chaque étape de sa carrière, commence dans une entreprise d’électronique. Il y entre à vingt-cinq ans comme magasinier et en ressort commercial trois ans après pour créer sa société. À la veille de l’an 2000, son intuition lui souffle de transformer son entreprise de services informatiques en agence web. C’est ainsi qu’il devient un des pionniers français dans ce domaine.

Une fois sa carrière lancée, désormais en mesure de tenir la promesse qu’il s’est faite, il s’emploie à aider des jeunes de milieux modestes, sans jamais inscrire son action dans un cadre institutionnel – il aime trop la liberté. De façon informelle, donc, il use de ses contacts et de son expérience pour mettre à ses « protégés » le pied à l’étrier en leur ouvrant l’accès à leur premier emploi.

C’est une tribune pour dénoncer les conditions de détention carcérale qui l’a amené à s’intéresser de plus près à Opinion Internationale. Résolument engagé dans les affaires de la cité, Fabrice Haccoun fait partie du conseil stratégique de la présidence de la République sur l’attractivité de l’économie française. Être utile : sa priorité.

Aujourd’hui, il apparaît épanoui, équilibré. C’est qu’il marche, selon son expression, sur deux pieds : « l’engagement professionnel et l’engagement citoyen ». Parce qu’il faut savoir rendre ce que la vie nous a donné.

Quelle belle chose que l’ambition  quand elle rencontre l’humanisme !

 

Catherine Fuhg

* Son frère, sa sœur et lui-même ont rendu à leur mère le plus beau des hommages en fondant, à sa mémoire, l’association Un Cadeau pour la Vie, à vocation d’améliorer les conditions d’hospitalisation des enfants. Pour leur mère, « le bonheur des enfants était la priorité ».

 

Fabrice HACCOUN, 51 ans est Directeur Général d’un groupe mondial de services informatiques. Auditeur de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale, il accède en 2014 au grade de Colonel (Réserve Citoyenne) de la Gendarmerie Nationale (DGGN). Magistrat Honoraire (Conseil des Prud’hommes de Paris), membre du Conseil Stratégique pour l’attractivité (Présidence de la République), il intervient régulièrement dans les médias sur les questions sociales, économiques et sociétales telles que l’emploi, l’identité, la diversité et les valeurs républicaines.

Fabrice Haccoun est chevalier dans l’ordre national du Mérite.

 

André Bellon, réaliste mais pas fataliste

Il était passionné d’histoire, mais pour son père pas question de le laisser se perdre sur cette voie de garage. Dans son milieu modeste, on s’orientait « pratique » et donc, pour un matheux…
Catherine Fuhg

Maxime Bonin, parrain d’Opinion Internationale

Un humaniste in business. Maxime Bonin est le fondateur de Viapresse, la plateforme de vente en ligne d’abonnements à la presse la plus performante du marché. Amoureux de l’Afrique, Maxime Bonin développe parallèlement…

Je parraine Opinion Internationale

Notre indépendance, c’est vous ! Découvrez notre campagne de parrainage et devenez d’un clic Marraine ou Parrain d’Opinion Internationale… Rejoignez-nous, regroupez-vous à plusieurs pour nous parrainer, devenez nos Ambassadeurs dans vos réseaux.…
Michel Taube