La chronique d'Anne Bassi
03H28 - mardi 20 octobre 2020

Le Prochain testament selon Olivier Peraldi

 

Bienvenue dans un monde hyperconnecté ! Dans l’univers imaginé par Olivier Peraldi, on se déplace virtuellement plus que physiquement, on commerce par l’intermédiaire de robots vendeurs, on a des relations sexuelles avec des assistantes émotionnelles virtuelles, on vit seul, affranchi des liens familiaux. Dès les premières pages du roman, le lecteur est plongé dans un futur qui nous est familier tant il est le prolongement de certaines tendances actuelles. L’auteur imagine ainsi avec ironie et clairvoyance les impacts des nouvelles technologies sur nos modes de travail, de consommation, de vie et dénonce, non sans humour, une certaine dictature de l’éco-responsabilité. 

Le héros, lui, est plongé dans le doute et un mal-être qui s’accroît. Dans cet avenir sombre, quelle est sa place ? A-t-il envie de s’intégrer pleinement à cette société ? Dès le pensionnat, il s’est senti en marge. « C’était ma place ; pas vraiment en dehors du monde mais à son orée ; pas vraiment coupé des autres mais juste à côté. »  Ces questions prennent une tournure lancinante quand sa compagne lui fait part de son désir d’avoir un enfant. A-t-il lui aussi besoin de devenir père, en passant par la technologie de l’Inovorium, qui assure la livraison d’un bébé de qualité exceptionnelle ?  Va-t-il finir par rejoindre la cohorte des Déréférencés, ces hommes et ces femmes qui vivent hors de ce système où tout est normé et connecté ?

Le lecteur parcourt le livre en se demandant s’il existe dans cet univers une place pour l’éthique ou la spiritualité. La distanciation sociale et la solitude semblent être les caractéristiques principales de la modernité décrite par l’auteur. Les thèmes abordés sont universels : la solitude, l’amour, le temps, la liberté et la parentalité. Puis-je vivre avec autrui ? Suis-je aimé ? Serai-je un bon père ou une bonne mère ? Des interrogations très humaines dans un monde où la technologie triomphe.

Le prochain testament est celui de la difficulté de vivre ensemble un futur proche peut-être plus présent que vous ne le pensez.

Un deuxième roman d’Olivier Peraldi, écrivain et poète, esthète en haïkaï comme le savent les lecteurs d’Opinion Internationale.

 

Anne Bassi

Présidente de l’agence Sachinka, chroniqueuse littéraire d’Opinion Internationale

 

Pour commander :

Olivier Peraldi, Le Prochain Testament, Orizons

 

 

 

 

 

 

Inscrivez-vous dès maintenant au prochain Live Opinion Internationale jeudi 12 novembre 2020 de 19h à 20h30 sur Zoom. Programme et inscription ici.

 

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale