Lire
16H44 - lundi 6 septembre 2021

Nouveaux mots du dictionnaire : boîte à livres

 


BOITE,
BOITE n.f.
Boîte à livres, dispositif (meuble à étagères, cabanon, etc.) installé dans l’espace public afin de permettre à chacun de déposer et d’emprunter librement des livres. (On parle aussi de microbibliothèque ou de bibliothèque de rue.)

Plus qu’un mot, un projet. Un projet d’échange qui nous rappelle que les êtres humains ont envie de transmission et de partage. Aimer un livre et le laisser à la disposition d’un quidam pour qu’il plonge à son tour dans un tourbillon de mots et d’émotions représente un joli cadeau. Et saisir l’ouvrage qui a été déposé là par un(e) inconnu(e), qui a précédemment été manipulé, dévoré ou même abandonné, nous connecte à cet autre. La découverte d’un livre est déjà en soi une histoire de passion. Pour s’en convaincre, il suffit de s’attarder quelques instants autour des 6 000 microbibliothèques répertoriées en France, dans les parcs, les gares, près des écoles ou au milieu de nulle part. Une ferveur enthousiaste domine dans les discussions entamées et les conseils prodigués aux environs de ces rayonnages insolites.

Une boîte à livres signifie aussi que l’espace public est aménagé pour créer un réseau solidaire et bienveillant, entre voisins ou gens de passage. Ces boîtes qui fleurissent au coin des rues montrent une confiance dans ce système collaboratif. Je prends, je donne. Des gestes gratuits qui bénéficient à tous. L’aspect « libre-service » de ces bibliothèques de rue se fonde sur l’espoir que l’altruisme a encore sa place en ce monde et que la cupidité ne règne pas en maître. On ne vole pas les livres, on les emprunte. On ne vend pas ses bouquins, on les met à disposition.

Enfin, la boîte à livres fait partie d’un écosystème qui refuse l’obsolescence programmée, qui veut donner une seconde, une troisième ou une quatrième vie à un ouvrage. Par nécessité parfois, pour protéger les forêts pour certains, par conscience citoyenne pour d’autres ou même pour éviter d’épousseter sa collection. Qu’importe. Tandis que la possession individuelle progresse, alors qu’un seul aspirateur pourrait profiter à tout un immeuble, alors qu’un appareil à raclette ne sert que trois fois par an, la bibliothèque de rue montre un chemin humaniste et généreux.

Pour une fois qu’une boîte n’enferme pas, mais ouvre au monde, saluons cette initiative et son entrée dans les pages du dictionnaire qui mènera vers d’innombrables mots à découvrir au gré de ses balades.

Deborah Rudetzki

Directrice de la Rédaction

Entre ombres et lumières

Murnau des ténèbres, Nicolas Chemla, Le Cherche midi Entre ombres et lumières 2008. Le narrateur est un homme de 35 ans qui a plaqué son boulot et est parti au bout du…
Anne Bassi

Lettres de Berneval

Les derniers jours d'Oscar Wilde. Chronique pour la nouvelle époque
Jean-Philippe de Garate

Tu fais quoi dans la vie ?

Cécile Chabaud, c’est la prof qu’on aurait tous aimé avoir ! Dans son livre elle nous explique son quotidien et nous donne (parfois) l’envie de retourner sur les bancs de l’école.
Deborah Rudetzki

Le Larousse fête ses 170 ans

Les éditions Larousse ont été fondées en 1852 par Pierre Larousse. À la fois lexicographe, linguiste et éditeur, il publie en 1856 le Nouveau Dictionnaire de la langue française. En 1905, Claude…
Deborah Rudetzki

L’homme préhistorique est aussi une femme

Interview de Marylène Patou-Mathis, préhistorienne, spécialiste du Néandertal et Directrice de recherche au CNRS sur la place de la femme dès les origines de l'humanité
Anne Bassi

Santé et éthique : le droit de ne pas savoir

eSanté, IA, génie génétique... on peut déjà anticiper les maladies, mais gardera-t-on le droit de ne pas savoir ? 8ème extrait d'un livre disruptif mêlant fiction et essai.
Raymond Taube