Géopolitiques
France
12H36 - jeudi 14 février 2019

Le contrat de Naval Group en Australie, leçons géopolitique et industrielle. La chronique d’Aymeric Chauprade

 

Ce lundi 11 février 2019, Naval Group a signé avec l’Australie un accord de partenariat stratégique encadrant la construction de douze sous-marins de dernière génération (le sous-marin type « Barracuda » mesure 97 mètres et peut plonger à 300 m de profondeur et rester trois mois en mer) et leur maintenance durant cinquante années. En 2016, un accord présenté comme le « contrat du siècle » (31,3 milliards €) avait été remporté par Naval Group (ex DCNS, détenu à plus de 62% par l’Etat français et 35% par Thalès) face aux concurrents allemand et japonais.

Ce succès appelle, de mon point de vue, au moins deux réflexions : l’une est géopolitique, l’autre est industrielle.

Tout d’abord, grâce à cet accord, la France entre de plein pied dans l’axe indo-Pacifique, une initiative indo-américaine tournée essentiellement contre la Chine (et sa stratégie dite du collier de perles) et elle le fait avec la meilleure arme qui puisse être : le sous-marin.

Qu’il s’agisse du Scorpène, commandé en six exemplaires par l’Inde (et en construction locale), armé du SM39 BII (Exocet en version à changement de milieu) ou du Shortfin Barracuda, commandé en douze exemplaires par l’Australie, la France vend l’arme la plus efficace qui soit contre la Chine. A cette liste, il est nécessaire d’ajouter la Malaisie qui a commandé deux Scorpène armé du même missile.

Au-delà de l’arme en elle-même, c’est bien une alliance diplomatique profonde qui se dessine ainsi durablement au profit de la France, dans cette région cruciale qu’est l’Asie-Pacifique.

Faut-il rappeler qu’avec son espace maritime très important (le deuxième mondial), la France est une grande puissance maritime ? La France appartient ainsi à ce petit club de pays qui vendent une arme de dissuasion efficace contre d’éventuelles menées chinoises sur la longue route de la soie (dont la stratégie dite du « collier de perles », qui consiste à s’offrir des facilités navales dans de nombreux pays, est le volet maritime).

Deuxième élément important : contrairement à la doxa ambiante qui veut que la France seule n’arrivera plus jamais à rien, ce type de contrats illustre le contraire et l’on comprend que cet aspect politiquement incorrectait échappé aux commentaires médiatiques.

C’est pourtant bel et bien la France qui a conçu et développé seule, grâce à la force de frappe nationale, ces systèmes d’armes parmi les plus performants au monde ; c’est bel et bien la France seule qui a vendu ces systèmes, en dépit des méthodes discutables utilisées contre elle par l’Allemagne, son véritable adversaire dans ce domaine, tant au niveau politique qu’industriel. C’est bel et bien la France seule qui poursuivra – comme le contrat de sous-marins au Brésil l’illustre remarquablement – ce contrat pendant plus de trente ans.

En quoi une coopération européenne aurait-elle permis de conclure ce type de contrats ? On a vu au contraire les Australiens, inquiets du projet Poseidon, demander à la France que Naval Group reste indépendant pour préserver les secrets industriels…! Souvenons-nous, plus loin dans le passé, que l’alliance espagnole en Malaisie et au Chili sur le Scorpène n’a été que néfaste, Izar/Navantia tirant à chaque fois qu’il était possible la couverture à soi (sans rien en retirer d’ailleurs comme le S-80 le montre) et que le partenariat avec Fincantieri au Canada (projet de 15 frégates, finalement remporté par les Britanniques) n’a apporté aucune valeur ajoutée.

Il ne s’agit pas de soutenir ici que nous n’avons pas besoin de coopérations européennes. Loin de moi cette idée, et étant à la fois « national » (ma patrie charnelle) et « européen » (ma civilisation) je soutiens toujours, quand elles sont utiles, les synergies européennes ! Dans de nombreux domaines, ces synergies sont essentielles (regardons l’exemple franco-britannique avec le missilier MBDA) et contribuent progressivement à la construction d’une Europe-puissance (encore bien lointaine cependant, tant le transatlantisme reste puissant chez la plupart de nos amis européens).

Il s’agit, en revanche, de constater que la France est encore une grande puissance industrielle dans le domaine de la défense et qu’étant capable justement de mener à bien de grands projets industriels de défense, elle ne saurait brader ses participations dans des alliances européennes et accepter des accords dans lesquels elle a davantage à perdre qu’à gagner. Souvent aveuglés par l’idéologie européiste, nos politiques oublient trop souvent cette réalité, ce qui les écarte d’une approche tout simplement réaliste de la coopération européenne de défense.

 

Aymeric Chauprade est géopolitologue et député européen. Il a notamment publié « Chroniques du choc des civilisations », un atlas du monde multipolaire.