Edito / Editorial
France /
10H07 - jeudi 19 juillet 2018

Oui l’imam Mohamed Tataï doit être interdit de tout prêche public et démissionner de la Grande Mosquée de Toulouse. L’édito de Michel Taube

jeudi 19 juillet 2018 - 10H07

Oui l’imam Mohamed Tataï doit être interdit de tout prêche public et démissionner de la Grande Mosquée de Toulouse. C’est le sens de l’Appel que lance Opinion Internationale à Gérard Collomb en tant que ministre de l’intérieur et ministre des cultes.

Opinion Internationale est le média des libertés, des décideurs engagés et du respect réciproque. Nous croyons dans le respect des cultes et des opinions et œuvrons modestement à rapprocher les points de vue pour autant qu’ils soient pacifiques et non violents. Nous pensons que la laïcité est le socle du vivre ensemble en France.

Au nom des valeurs universelles de la République française, nous ne pouvons accepter qu’un imam qui prône des propos antisémites, contre l’égalité hommes femmes ou la supériorité de la loi de Dieu sur les lois de la République, puisse prêcher sur le sol français.

La France est le pays qui compte les plus grandes communautés juives et musulmanes d’Europe. Nous ne pouvons accepter qu’il puisse, par des invocations théologiques qui sont autant de bombes à retardement, monter les musulmans contre les juifs.

Mais c’est aussi au nom de l’idée que nous nous faisons de l’Islam des lumières que nous nous exprimons ici. Oui à l’islam religion de paix, non à l’islam idéologie eschatologique. Les leaders cultuels qui prêchent la haine des valeurs républicaines ou jouent de la taqîya en tenant un discours pacifique en français et des sermons violents en arabe, doivent être bannis de l’Islam de France.

Combien de Mohamed Tataï prêchent-ils tous les jours en France alors qu’il en est des milliers, Français, républicains et francophones qui pourraient officier ?

Oui, il est choquant que le chef de la communauté musulmane d’une des grandes métropoles de France soit un imam qui a tenu des propos antisémites et contraires aux valeurs de notre société et qui, de surcroît, n’est en pas à sa première sortie.

Oui, il n’est pas normal que le leader spirituel de la communauté musulmane d’une grande métropole ne soit pas un citoyen français musulman parlant parfaitement le français.

Oui, il est choquant que les fidèles qui l’ont écouté le 15 décembre n’aient pas été les premiers à réagir et à condamner ces propos.

Oui, il est choquant qu’il ait fallu attendre six mois – et la diffusion de son prêche par un site américain -, pour prendre conscience des faits produits à Toulouse.

Oui, enfin, il est choquant que les pouvoirs publics restent muets et inactifs face à des propos qui troublent manifestement l’ordre public. Qu’on ne vienne pas ensuite déplorer la recrudescence de délits et même de crimes antisémites, qui ont entaché notre pays au cours de ces dernières années. Il en va de même des propos

Le Maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, est bien seul à protester contre ces propos inadmissibles. Le silence du chef de l’Etat et du gouvernement est assourdissant. Depuis son élection le 7 mai 2017, nous sommes nombreux à attendre ce grand discours d’Emmanuel Macron sur la laïcité, sur l’Islam de France, probablement sur les deux. Les faits de Toulouse illustrent, s’il en était besoin, l’urgence d’une telle parole souveraine. Il est urgent, Monsieur le président, de ne pas repousser cette échéance qui sera un des grands rendez-vous de votre quinquennat.

Dans cette attente, nous lançons cet Appel au Ministre de l’intérieur et des cultes pour qu’il suspende à titre conservatoire l’imam de Toulouse et exige sa démission de la Grande Mosquée de la Ville rose, dans l’attente, tout aussi urgente, que la justice se prononce.

Michel Taube et la Rédaction d’Opinion Internationale

 

Signez l’Appel « Monsieur Gérard Collomb, nous vous demandons de suspendre à titre conservatoire l’imam de Toulouse »

Directeur de la publication