Monde / World
Monde /
12H14 - samedi 3 juin 2017

Trudeau fait du foot, Jardin du Luxembourg, législatives le 4 juin, appel au pape, droit de savoir… La chronique Week-end d’Opinion Internationale

samedi 3 juin 2017 - 12H14

 

Le fait de la semaine

C’est un peu le monde à l’envers : un dirigeant d’Amérique du Nord venu parrainer un match de football pour soutenir les réfugiés sur le sol européen. Vous l’avez compris… Il ne s’agit pas de Donald Trump mais de Justin Trudeau, premier ministre canadien.

Ingérence dans les affaires intérieures européennes ou devoir d’ingérence ? En visite officielle à Rome, dans la foulée du G7 qui s’était tenu à Taormina en Sicile quelques jours auparavant, le beau gosse nord-américain a assisté lundi 29 mai 2017, dans le mythique stade olympique de Rome, enceinte de l’AS Roma, à un match de foot entre des joueuses de la Fiorentina, championnes d’Italie, et l’équipe des Liberi Nantes, composée de migrants, réfugiés et demandeurs d’asile.

Evénement symbolique visant à promouvoir l’intégration par le sport, organisé à l’initiative de l’Open Goal, ce geste a surtout mis en lumière les difficultés des dirigeants européens à s’accorder sur une politique d’asile cohérente et humaine.

De quoi inspirer Emmanuel Macron et les partisans de la relance de l’Europe ?

 

C’est mon opinion !

Libérez les pelouses du Jardin du Luxembourg

En France, on parle de moralisation de la vie politique… Mais ce noble enjeu ne concerne pas que nos élus. Il se joue aussi dans notre quotidien… Au cœur de Paris, dans le jardin du Luxembourg, à peine 10% de la surface des pelouses sont autorisées au public. Sur les plus grandes pelouses, comme l’indique le plan ci-joint, il est interdit de marcher, de se promener, de pique-niquer.

Résultat : dès qu’il fait beau, des milliers de badauds sont agglutinés sur deux petits rectangles de pelouse. Et les plus vastes restent désertes…

Nous sommes convaincus que les 348 sénateurs en quête d’inspiration législative ne renonceraient point à y déambuler parmi les Parisiens si ces derniers y avaient enfin accès…

Madame Anne Hidalgo, Maire de Paris, Monsieur Gérard Larcher, Président du Sénat, nous vous invitons donc à vous entendre pour autoriser l’accès des Parisiens, des visiteurs et des touristes à toutes les pelouses du Luxembourg.

 

A vos agendas

 

Dimanche 4 juin, votons déjà !

Les élections législatives, c’est déjà demain ! Si la métropole vote le 11 juin, pour des raisons obscures et fort regrettables (le taux de participation risque d’en pâtir fortement), les 2,5 millions de Français de l’étranger et nos concitoyens de Polynésie sont appelés à voter dès ce week-end. Emmanuel Macron aura-t-il une majorité absolue ? Nos véritables ambassadeurs dans le monde que sont nos émigrés donneront certainement le ton du 11 juin…

 

Lundi 5 juin à 12h30, Parvis Notre Dame de Paris, Appel au Pape François

Le 5 juin, c’est la Pentecôte pour les catholiques. Un rassemblement de recueillement est organisé sur le parvis de la Cathédrale Notre Dame de Paris à 12h30 précises (devant le Point zéro des Routes de France) pour appeler le Pape François à prendre des initiatives courageuses pour en finir avec les crimes de pédophilie et de d’emprise commis dans l’Eglise. Le rassemblement est organisé, avec le soutien de la principale organisation de victimes, La parole libérée, par Madame Hélène Pichon, auteure de l’ouvrage L’Eternel au féminin et initiatrice d’un vibrant Appel au pape François. Pour plus de renseignements : helene.pichon@opinion-internationale.com.

 

Mercredi 7 juin, Sénat français : nous avons le droit de savoir !

Mercredi 7 juin au Sénat de 14 h à 18h, André Gattolin, sénateur des Hauts-de-Seine, et l’ONG Global Committee for the Rule of Law – Marco Pannella, organisent un colloque décisif, en présence de nombreuses personnalités internationales dont Dany Cohn-Bendit : « Pour la reconnaissance du droit de savoir ».

Comme nous l’a confié André Gattolin, « au nom de la raison d’Etat et du secret des affaires, les exécutifs outrepassent de plus en plus leurs droits en écartant les contre-pouvoirs (parlementaires, Autorités indépendantes, lanceurs d’alerte) de la préparation et de la mise en œuvre de mesures qui parfois portent atteinte à nos libertés les plus fondamentales. Le droit de savoir doit devenir un droit universel reconnu par les Nations unies. Pour ne citer que trois exemples, si ce droit s’était pleinement exercé, nous aurions déjoué plus tôt le mensonge d’Etat de Tony Blair en 2003 justifiant son engagement militaire en Irak. Le fameux TAFTA n’aurait pas été tant décrié en Europe si la Commission européenne n’avait indûment écarté les Parlements européen et nationaux de toute information au cours de la négociation avec les Etats-Unis, suscitant suspicions, méfiances et, au final, rejet. En France, nous aurions aussi évité le bourbier de Notre-Dame des Landes et je salue la nomination de trois médiateurs indépendants par le nouveau ministre Nicolas Hulot, démarche qui vise à partager les choses avec les personnes légitimes qui doivent les connaître. Le droit de savoir viendra renforcer les contre-pouvoirs qui préservent nos Etats de droit. »

Inscription impérative avant le 4 juin au soir à l’adresse a.gattolin@senat.fr en transmettant prénom, nom, date et lieu de naissance. Merci de vous munir le jour du colloque d’une pièce d’identité. 

 

Directeur de la publication