Bénin
Afrique /
19H45 - mercredi 16 mars 2016

Antoine Sekko : « Dans l’isoloir, en son âme et conscience, chacun décide seul de son vote »

mercredi 16 mars 2016 - 19H45

Antoine Sekko est un fidèle lieutenant de Sébastien Ajavon, dont il est même parent. Il est son Conseiller Spécial au Patronat béninois. Et il l’a soutenu dans sa campagne du premier tour de la présidentielle au sein de la diaspora béninoise en France. Nous l’avons rencontré à quelques jours de l’élection décisive.

Entretien avec Antoine Sekko.

Antoine Sekko - Crédit photo : Tous droits réservés

Antoine Sekko – Crédit photo : Tous droits réservés

 

Antoine Sekko quelle est votre analyse des résultats du premier tour de la présidentielle au Bénin ?

Nous avons assisté à une élection libre. Les électeurs se sont exprimés. Les candidats ont eu la chance de faire entendre leur voix dans les médias. Que ce soit au pays ou dans la diaspora, les discussions se sont toujours déroulées sous le sceau de la courtoisie. Le pays doit maintenant choisir le candidat qui saura le mieux faire du Bénin un pays développé et un hub commercial et logistique de la sous-région pour conquérir le marché que représentent les 200 millions Nigérians.

 

Vous aviez appelé à voter Sébastien Ajavon, mais il n’est pas présent au second tour et c’est aujourd’hui Patrice Talon qui va être le challenger de Lionel Zinsou.

 

J’aurais souhaité que mon champion fût au second tour. Il n’y est pas. Je suis très déçu et l’expression est faible. Sébastien Ajavon appelle à voter Patrice Talon et je respecte son choix. Maintenant le vote est un choix personnel. Mon candidat a fait le sien. Ce que je déciderai dans l’isoloir, ce que je déposerai dans l’urne ne regarde que moi. Je dois humblement avouer que nous sommes clairement face à un dilemme, bien que je me revendique « moine-soldat » de Sébastien Ajavon.

 

Vous connaissez Patrice Talon depuis 1987. L’homme fait l’objet aujourd’hui de poursuites pénales en France, au Bénin, en Suisse, c’est de notoriété publique. De nombreux acteurs de la filière coton sont en procès contre lui. Avec tous ces éléments pensez-vous que le Bénin, cité comme exemple démocratique en Afrique, gagnerait à être gouverné par cet homme ?

 

Le choix aurait pu être meilleur, surtout si mon champion avait été au second tour. La position de Sébastien Ajavon prouve à suffisance que le Bénin vient de faire un saut qualitatif en matière de pratique démocratique. En effet, à ma connaissance c’est la première fois qu’un homme politique respecte ses engagements. Car en général, comme l’a dit justement Charles Pasqua, « en politique, les promesses n’engagent que ceux qui y croient ». Pour terminer, je souhaite que les dispositions de la Coalition de la Rupture soient rendues publiques et qu’un observatoire soit créé afin de que les faits et gestes de monsieur Talon, s’il est élu président de la République, soient jugés à l’aune des dispositions précitées.

 

Propos recueillis par Michel Taube

 

 

Directeur de la publication

Pour le Bénin, ils votent Zinsou

Ils sont nombreux à exprimer leur espoir pour le Bénin à travers leur soutien à la candidature de Lionel Zinsou à la magistrature suprême. Nous publions ici les premiers témoignages.   Professeur…

Lionel Zinsou se prépare à rassembler les Béninois

Le second tour de la présidentielle au Bénin s’annonce déjà comme un corps à corps musclé. Arrivé en tête au premier avec 28,44 % des suffrages, Lionel Zinsou attend son challenger. Et se…
Didier Samson