Bénin
Afrique /
16H37 - samedi 12 mars 2016

Lionel Zinsou se prépare à rassembler les Béninois

samedi 12 mars 2016 - 16H37

Le second tour de la présidentielle au Bénin s’annonce déjà comme un corps à corps musclé. Arrivé en tête au premier avec 28,44 % des suffrages, Lionel Zinsou attend son challenger. Et se prépare. Patrice Talon crédité de plus de 24 %  des voix est suivi de très près par Sébastien Ajavon qui en totalise, lui, un peu plus 23 %. Les deux se regardent en chiens de faïence attendant les résultats définitifs de la Cour constitutionnelle. Le troisième ne désespère pas de devenir deuxième.

IMG-20160223-WA0004-359x201

Arrivé en tête du scrutin présidentiel du 6 mars dernier, Lionel Zinsou se prépare déjà au second tour avec une stratégie déroutante pour nombre de Béninois acquis à sa cause. L’homme qui paraît discret convainc pourtant à chaque sortie les plus sceptiques. La couleur rouge qu’il arbore souvent, présente aussi dans la plupart de ses affiches de campagne, exprime si on en doutait encore, sa détermination à troquer son boubou de Premier ministre contre celui de président de la République.

Alors que Patrice Talon, challenger annoncé, espère être confirmé dans ce  rôle, Sébastien Ajavon, placé troisième au terme du premier tour, joue des coudes pour se hisser à sa place. Les tractations vont bon train, mais la Cour constitutionnelle fait la sourde oreille et travaille à valider ou invalider certains votes. La tâche est méticuleuse et ingrate. Et le résultat tarde à venir. À Cotonou, les rumeurs à ce sujet se contredisent constamment. Qui est le véritable second, celui qui affrontera Lionel Zinsou. Au plus tard demain dimanche, une semaine avant la tenue du second  tour  de l’élection, les Béninois sauront qui de Talon ou d’Ajavon ira le jour J se mesurer à Zinsou.

Il est évident que Zinsou a pris une longueur d’avance sur son futur adversaire « à confirmer ». Installé dans une posture de force tranquille, le grand homme, il mesure deux mètres, voit venir les autres. Lui sait déjà où il va ; c’est pourquoi de petites phrases sont distillées çà et là pour rassembler davantage. En effet, la particularité de cette présidentielle au Bénin est que nul n’est dépositaire des suffrages qui l’ont porté. Les principaux ténors arrivés en tête du premier tour ne sont pas issus de partis politiques régulièrement constitués avec des programmes d’action connus.

Au départ de la course, des coalitions montées à la hâte s’étaient constituées pour faire barrage au pouvoir sortant. Mais elles sont ce quelles sont, c’est-à-dire à géométrie variable. Certaines courbes s’arrondissent et certaines droites se changent en pointillés.

Dans cette ambiance trouble de négociations, Zinsou apparaît comme celui qui tire le mieux son épingle du jeu. Soutenu à l’origine par trois partis, Forces Cauris pour un Bénin émergent (FCBE) majorité au pouvoir, Parti pour le renouveau démocratique (PRD) et la Renaissance du Bénin (RB), Lionel Zinsou s’ouvre désormais à tous les perdants du 6 mars. Autour de lui aussi, c’est « rassemblement » au-delà des partis et coalitions qui devient le maître mot.

 

Didier SAMSON

Didier Samson est journaliste. A Radio France internationale (RFI) pendant 22 ans, il y a parcouru la plupart des rédactions. Aujourd’hui entre la France et le Bénin, Didier Samson intervient à l'Institut supérieur des métiers de l'audiovisuel à Cotonou comme directeur des études.

Pour le Bénin, ils votent Zinsou

Ils sont nombreux à exprimer leur espoir pour le Bénin à travers leur soutien à la candidature de Lionel Zinsou à la magistrature suprême. Nous publions ici les premiers témoignages.   Professeur…