Bénin
Afrique /
12H14 - vendredi 18 mars 2016

Débat TV du second tour : dignité contre volonté d’en découdre

vendredi 18 mars 2016 - 12H14

C’était une première au Bénin. Un débat télévisé entre les deux finalistes à la présidentielle. Un débat qui a montré l’envergure de l’un et les limites de l’autre. Responsabilité et dignité contre instinct guerrier, c’est la grande leçon à retenir de ce débat Zinsou-Talon.

IMG_1244

 

IMG_1242Patrice Talon, qui dit vouloir gouverner et être le président de tous les Béninois, s’en est pris directement et violemment à son concurrent. Étonnant ! De la « République bananière » nous sommes, en fin de débat, arrivés avec lui à « l’État voyou ». Alors que c’est lui, son ami président Boni Yayi et ses amis de la Coalition qui ont écrit les grandes lignes de l’histoire récente du Bénin. Qualifier ainsi les institutions du pays montre une parfaite méconnaissance du fonctionnement de l’État, de la vie de la nation à travers ses institutions. Ses invectives sentaient le règlement de comptes de cour de recréation.

De temps à autre, le débat prend un peu de hauteur, notamment quand Lionel Zinsou, le recentre sur la responsabilité et la dignité que doit incarner un homme d’État. Sa fâcheuse tendance cependant à couper la parole lui a coûté, en fin de débat, sa conclusion. Les temps de parole ont été plutôt bien encadrés par les journalistes de la télévision nationale.

Les divergences, malgré les platitudes et autres lieux communs récités par le candidat dit de la rupture, sont apparues lorsqu’il s’est agi d’évoquer la lutte contre la pauvreté. Lionel Zinsou a démontré qu’il ne suffisait pas de répéter à l’infini « que tous les fils et filles de ce pays devraient manger à leur faim et accéder aux biens de première nécessité ». Il a évoqué plusieurs chantiers concrets. L’accès aux soins primaires et à l’énergie par exemple. Son adversaire ne comprenant pas la pertinence de ses propos, il est, en bon pédagogue, revenu sur la marche à suivre, lui expliquant que, par exemple, l’énergie pour tous en milieu rural était un facteur de développement.

 

IMG_1248« L’égalité des chances pour tous les Béninois » a été aussi un moment fort du débat. Patrice Talon parlait pêle-mêle du clientélisme, des concours truqués à l’entrée dans la fonction publique, etc. Face à lui, Lionel Zinsou exposait les termes de sa future politique d’éducation, essentielle pour bien préparer les jeunes générations à l’emploi. L’égalité des chances pour Lionel Zinsou, c’est aussi la redistribution des fruits de la croissance et l’instauration d’une vraie politique en faveur de l’entrepreneuriat pour créer des espaces nouveaux dans une économie moderne.

Alors que Lionel Zinsou félicitait les institutions béninoises d’avoir su organiser le scrutin, son challenger jouait encore une fois à faire peur, en parlant des institutions « aux ordres ».

Lionel Zinsou a refusé d’être qualifié d’étranger et a rappelé que Talon est bien plus Français que lui. C’est Zinsou, comme les animateurs du débat, qui s’est présenté en tenue locale béninoise pendant que son adversaire était en costume-cravate strict, à la française.

Au final, les Béninois ont pu juger qui, entre les candidats, pouvait mieux incarner un avenir serein pour le pays.

Verdict dimanche.

Didier Samson est journaliste. A Radio France internationale (RFI) pendant 22 ans, il y a parcouru la plupart des rédactions. Aujourd’hui entre la France et le Bénin, Didier Samson intervient à l'Institut supérieur des métiers de l'audiovisuel à Cotonou comme directeur des études.

Pour le Bénin, ils votent Zinsou

Ils sont nombreux à exprimer leur espoir pour le Bénin à travers leur soutien à la candidature de Lionel Zinsou à la magistrature suprême. Nous publions ici les premiers témoignages.   Professeur…

Lionel Zinsou se prépare à rassembler les Béninois

Le second tour de la présidentielle au Bénin s’annonce déjà comme un corps à corps musclé. Arrivé en tête au premier avec 28,44 % des suffrages, Lionel Zinsou attend son challenger. Et se…
Didier Samson