17H56 - dimanche 1 janvier 2017

Voeux de François Hollande : ultimes avertissements

dimanche 1 janvier 2017 - 17H56

Pour ses derniers voeux, à quatre mois de la présidentielle, François Hollande a lancé une série de mises en garde aux Français avec, en ligne de mire, les programmes du FN et de François Fillon mais aussi le risque de « dispersion » de la gauche.

Le chef de l’État, qui ne se représentera pas en 2017, a multiplié les signes de sa volonté d’exister jusqu’au bout de son mandat sur la scène internationale aussi, annonçant qu’il se rendrait lundi en Irak pour y « saluer » les soldats français engagés dans la lutte contre l’organisation État islamique. 

A l’adresse de François Fillon, le chef de l’État a lancé cet avertissement : « Le rôle des forces et personnalités politiques est immense, elles doivent être à la hauteur de la situation, faire preuve de lucidité, éviter de brutaliser la société ».

Avec les idées du FN, « la France ne serait plus la France »

Face à la montée du Front national, il a averti sans nommer sa présidente, Marine Le Pen : « Comment imaginer notre pays recroquevillé derrière des murs, réduit à son seul marché intérieur, revenant à sa monnaie nationale et en plus, en plus, discriminant ses enfants selon leurs origines ». « Ce ne serait plus la France », s’est-il exclamé.

Et à son propre camp, très divisé à l’approche de la présidentielle, il a lancé un appel à « écarter la dispersion » qui entraînerait « l’élimination » de la gauche.

« En cette fin d’année, ce que nous croyons acquis, parfois pour toujours, la démocratie, la liberté, les droits sociaux, l’Europe et même la paix, tout cela devient vulnérable, réversible », s’est encore alarmé le chef de l’Etat. « Il y a dans l’Histoire des périodes où tout peut basculer, nous en vivons une ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Les cons.

« Les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. » Nombre de répliques de Michel Audiard sont au cinéma ce que La Rochefoucauld ou Chamfort sont à la littérature. Celle…