Actualité
09H54 - mardi 11 octobre 2022

Comment aider les jeunes artistes à émerger ? CMS Collection expose Anas Albraehe à la foire Asian Art Fair – ASIA NOW à la Monnaie de Paris.

 

De gauche à droite : François Sarkozy, Joanna Chevalier, Hervé Mikaeloff. Crédit @CMSCollection

CMS Collection est une plateforme de soutien à la création contemporaine née de la rencontre de Joanna Chevalier, Hervé Mikaeloff et François Sarkozy, trois collectionneurs d’horizons différents, partageant une authentique passion pour l’art et mettant leur expertise au service des artistes.

CMS Collection intervient à différents moments du parcours d’un artiste. Ensemble, les trois fondateurs défrichent le paysage artistique international à la recherche d’artistes, enrichissent leur collection commune, établissent des ponts avec les institutions en participant à la diffusion d’œuvres remarquables et nouent des collaborations pérennes avec des acteurs publics et privés du monde de l’art. CMS Collection crée un modèle innovant venant compléter les dispositifs existants pour l’art et son marché et se développe comme une véritable passerelle entre différents acteurs incontournables, fondations, galeries, collectionneurs, musées et institutions.

CMS Collection participe du 20 au 23 octobre prochain à la foire de Paris Asian Art Fair – ASIA NOW, à la Monnaie de Paris. Elle y présente certains tableaux de Anas Albraehe, artiste-peintre syrien installé à Beyrouth.

Entretien avec Joanna Chevallier, vous êtes commissaire d’exposition et consultante en art contemporain.

 

Anne Bassi : Joanna Chevallier, vous êtes commissaire d’exposition et consultante en art contemporain. Quelles sont les raisons de la fondation de CMS Collection ?

Joanna Chevalier : Dans CMS Collection, le mot « Collection » est important ! Nous sommes avant tout trois amis animés par une même passion et par la curiosité de découvrir de nouveaux artistes. CMS Collection est née de notre souhait de constituer une collection et pour cela nous devions avoir un coup de cœur commun. Nous avons commencé avec Yunyao Zang, jeune artiste chinois resté bloqué en France pendant le Covid pour qui nous avons obtenu une résidence en Provence. Plus récemment nous avons trouvé un atelier à Paris pour Anas Albraehe. Le projet s’est imposé comme une évidence, il fallait accompagner ces artistes et les soutenir. 

Début 2021 nous découvrons grâce à Hervé le travail de Huong Dodinh. Notre coup de cœur fut immédiat. D’un commun accord nous décidons de prendre un stand à Asia Now pour présenter ses œuvres. Simultanément, nous mettons en place une double exposition : au Musée Guimet de Paris suivie d’une magnifique installation au Musée Correr à Venise pendant la Biennale d’art 2022. Cette exposition a été produite en collaboration avec la Pace Gallery, qui a depuis intégré l’artiste dans sa programmation.

De manière générale, l’âge ou de la nationalité de l’artiste n’entrent pas en ligne de compte pour nous. Notre unique motivation est le talent.

 

Quelles sont les actions de soutien menées par la plateforme ?

Nous faisons notre possible pour mettre en place des expositions institutionnelles, ce qui offre une belle visibilité aux artistes. Par exemple nous organisons le 1er avril 2023 une double exposition au Château La Coste pour l’artiste libano-américain Nabil Nahas. Notre vocation est de suivre ces artistes jusqu’au moment où ils sont pris par une galerie. Nous sommes en quelque sort une plateforme de lancement et nous travaillons de manière transversale en binôme avec les institutions et les fondations, mais aussi en collaboration avec les galeries, en étant présents dans les foires.

 

Anas Albraehe

Comment Anas Albraehe a-t-il retenu votre attention ?

J’ai eu la chance de découvrir Anas il y a cinq ans. Un ami voulait me le présenter, le coup de cœur a été immédiat. Anas m’a beaucoup touchée par son humanité, sa douceur et sa bienveillance. Jeune immigré, il était porté par son talent, il avait le don de poétiser son quotidien. Nous allons exposer certaines de ses merveilleuses toiles à la foire Asia Now. Ces œuvres seront accompagnées d’un texte, un poème écrit en Arabe, car Anas est aussi poète. 

 

Quels sont vos projets pour l’avenir ? 

Outre l’exposition à venir de Nabil Nahas, nous sommes en pourparlers avec des instituions italiennes pour une future exposition dans l’un des musées de Venise pendant la Biennale d’art 2024. Anas a la chance d’avoir retenu l’attention de Marie Cécile Zinsou qui l’accueillera dans sa résidence à Ouidah au Bénin. Après son séjour il aura une exposition à la fondation Zinsou.

 

 

 

 

Propos recueillis par Anne Bassi, fondatrice de Sachinka et chroniqueuse littéraire d’Opinion Internationale

Présidente de Sachinka, chroniqueuse littéraire

The Marginal Ray : Let’s go to the Show

Quelques-unes de vos chansons sont engagées ou du moins portent sur des sujets politiques ou sociétaux, comme les réseaux sociaux, l’écologie, la révolution ou l’euthanasie avec l’énigmatique « Kill me Doctor »… Sur le…
* Marginal Ray *