La chronique de Patrick Pilcer
12H21 - mercredi 13 octobre 2021

Élections Présidentielles 2022 : quel État souhaitons-nous ?

 

 

La campagne commence à peine et déjà les candidats déclarés et potentiels lancent quelques mesurettes en guise de programme. Hidalgo annonce vouloir doubler le salaire des enseignants, Le Pen veut baisser la TVA sur l’essence, Barnier veut un moratoire sur l’immigration et Zemmour pense réduire la délinquance en changeant le prénom des enfants.

Mais il manque encore à tous l’évocation d’un récit national. Chacun doit nous décrire quelle France il nous propose pour les années prochaines. Quel est le projet national ? Dans quelle France nous propose-t-il d’élever nos enfants, d’étudier, de travailler, de créer, de vivre, de vieillir ? Chaque candidat doit nous montrer ses capacités d’architecte de notre nation, il doit nous exposer ses plans, des fondations à la décoration extérieure. Que conserve-t-il de l’ouvrage actuel ? comment renforce-t-il nos fondations ? Fait-il table rase de la construction actuelle ? Que garde-t-il ? qu’améliore-t-il ? Et comment, avec quels matériaux ? Les électeurs choisiront alors la Maison Commune dans laquelle ils souhaitent vivre.

Mais pour le moment, aucun candidat n’endosse l’habit de Grand Architecte en chef, nous avons plus l’impression d’avoir des peintres qui proposent de reboucher les fissures, colmater les fuites, alors qu’il faudrait refaire le toit, remiser la chaudière à mazout, placer une pompe à chaleur bien dimensionnée, abattre certaines cloisons, bouger les salles d’eau, refaire de fond en comble la plomberie et l’électricité, car plus grand-chose n’est aux normes d’aujourd’hui et surtout de demain !

En particulier, les candidats doivent nous dire clairement quel état ils nous proposent. Seul Xavier Bertrand a entamé ce chemin, avec son programme sur trois piliers : la Sécurité, la France des Territoires et la restauration de la Valeur Travail. Il lui faut aller encore plus en profondeur, et répondre ainsi à l’aspiration des Français. Mais à part lui, pas grand-chose à l’horizon !

Pourtant, les Français ont besoin de savoir précisément les contours de l’État pour chaque candidat. Quel partage entre les administrations centrales et les Territoires, quelle Sécurité, quelle Armée, quelle Police, quelle Justice, quelle Industrie, quels secteurs d’avenir, quelle Europe, quelle Médecine, quel Hôpital, quelle Sécurité sociale, quelle École, quelle Université, quelle Recherche, quelle retraite, quelle protection en cas de chômage, quelles relations extérieures, quelle immigration, quel Vivre Ensemble, etc… ces différents candidats envisagent-ils ? et comment comptent-ils financer tout cela ?

Car il est facile de dire qu’on va baisser la TVA sur l’essence ou doubler le salaire des enseignants, après tout Mitterrand nous a appris que les promesses n’engagent que les gens qui les écoutent ; contrairement à la construction sur plan et à la Vente en l’État Futur d’Achèvement, il n’y a pas de garantie décennale en politique ! Il est bien plus difficile d’exposer sa vision de l’État, les choix majeurs qui vont nous engager pour des années, quels mammouths doit-on dégrossir, quelles gazelles dans l’administration doit-on aider à développer, ce que nous choisissons de ne plus financer ou de mieux financer. Cet exercice est primordial, car alors les Français pourront choisir véritablement leur Société, et son financement. Une fois qu’un modèle d’État est choisi, on peut dire qu’il nous faudra le financer à hauteur de tant de milliards, peut-être plus que le budget actuel, très vraisemblablement beaucoup moins, puis nous pourrons choisir comment nous allons collecter le montant nécessaire, par la TVA, en lui ajoutant une TVA compétitivité par exemple, par moins de charges sur les salaires, par moins d’impôt sur les sociétés et sur les revenus du travail. Mais le choix du financement est l’étape finale, il faut d’abord commencer par choisir l’État, la Société que nous souhaitons. Laissons tomber les candidats qui ne proposent que des mesurettes et portons nos suffrages sur ceux qui nous exposent leurs grands plans d’Architecture !

 

Patrick Pilcer

Président de Pilcer & Associés, conseil et expert sur les marchés financiers
Patrick Pilcer, Président de Pilcer & Associés, conseil et expert sur les marchés financiers

Quand Mélenchon parasite. La chronique de Patrick Pilcer

« Les riches sont responsables du malheur des pauvres ». « Nous sommes face à une catégorie sociale qui, petit à petit, n’hésite même plus à afficher son parasitisme». Quelle mouche a donc piqué Mélenchon…
Patrick Pilcer

Peut-on tout dire ? La chronique de Patrick Pilcer

Revenons sur cette triste invective que celle lancée par le député du Médoc Grégoire de Fournas : « qu’il retourne en Afrique !». Entre la prise en main de Twitter par Elon Musk et cet…