Actu
12H36 - mardi 29 juin 2021

Abstentionnisme ou le grand paradoxe français. Tribune d’Ella Kelian

 

Traumatisés par le bruit sourd des urnes vides certains politiques se caricaturent en Bertolt Brecht « puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple »

Ainsi, le problème de ce désaveu électoral ne serait pas l’incapacité du politique à répondre aux attentes du peuple, mais la hauteur du discours politique trop compliqué pour le peuple ! 

Avec une condescendance qui ne se voile même plus, le politique pense que les français ne votent plus car ils seraient tout simplement trop stupides pour comprendre les discours, et donc ce qu’on leur propose :

« Alors que si en réalité les français ne votent plus, c’est parce que précisément, ils ont très bien compris que les politiques les noient dans les mots, mais ne s’immergent jamais dans l’action ».

La crise démocratique provient justement du fait que les politiciens ont tout misé sur la communication et rien misé sur le fond !

Et quand bien même, l’électorat aussi faible intellectuellement soit-il n’adhère pas pour autant à des propos simples ou simplistes.

Pourquoi ? 

Parce que les gens ont besoin d’un guide, d’un homme qui maîtrise les sujets, qui incarne une certaine verticalité pour être capable de faire quelque chose qui précisément n’est pas à la portée de tout le monde.

Si c’était simplement une question de mots simples Poutou, Marchais, Arthaud, Laguiller ou Lassalle et tant d’autres, auraient été au pouvoir depuis bien longtemps…

Or on s’aperçoit que tous les politiciens qui se revendiquent “du peuple“, prétendent lui ressembler, et parlent comme lui, font toujours des scores désastreux dans les urnes.

Depuis les Tuche au cinéma, nos politiques pensent avoir eu la révélation sur ce qu’est la réalité du pays, c’est bien méconnaitre l’essentiel : 

« La France est paradoxale » ! 

Elle a décapité ses rois et rêve pourtant devant la monarchie anglaise, tout comme la France populaire a fait du mot “intellectuel“ une insulte, mais se pâme devant Zemmour et Onfray, ou tout comme les populistes haïssent le prestige de la République, veulent un “Président normal“ mais ont lynché des Hollande ou Macron qui manquaient pour eux de hauteur dans la fonction.

En réalité, tout comme les politiques qu’elle conspue, la France nourrit la même distorsion entre le déclaratif et la réalité.

Aujourd’hui les Français sont dans la détresse, ils ne boudent pas les urnes car ils seraient de sombres incultes, mais parce qu’au contraire, ils  cherchent la transcendance, là où le politique avec mépris les prend pour des beaufs et leur proposent de faire tourner les serviettes.

Si parler peuple faisant sens, les communistes seraient au pouvoir, il faut savoir répondre au peuple en lui montrant que l’on est porteur de quelque chose de bien plus grand que lui, et que ce quelque chose est capable de bouleverser le système établit..

Le politique doit montrer au Français qui lui ressemble, mais qu’il est aussi, et avant tout, d’une autre dimension capable de l’impossible.

Le peuple n’a pas besoin d’un de ses semblables, il veut un sauveur, un messie, capable de rassembler, de changer le pays, et pour cela il faut incarner une figure au-dessus de ce qu’est le peuple sans le trahir et encore moins le mépriser.

Le nivellement par le bas est le suicide de la classe politique.

Les gens ont besoin d’être valorisé, d’appartenir à quelque chose qui dépasse leur condition, si l’offre politique n’est qu’un pain sans sel, ça peut caler une petite faim, mais ça ne promet jamais un festin. 

Les Français attendent tout simplement mieux de leurs politiques, ils ne sont pas crétins, ils en ont assez qu’on les prenne pour tel !  

 

 


Ella Kelian

Communicante & Conseillère Politique

 

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

Antivax : attention danger !

Instrumentalisation démocratique : Philippe Charlez s'interroge sur la démarche des antivax et ce qu'elle révèle de notre société.

L’Afrique au rendez-vous d’Avignon

L’Afrique est bel et bien représentée cette année au Festival d’Avignon avec des metteurs en scène venus des quatre coins du continent, de Guinée ou du Rwanda, du Sénégal ou de Côte…
Deborah Rudetzki