La chronique de Patrick Pilcer
12H18 - lundi 4 janvier 2021

Olivier Véran et le fiasco de la lutte anti-Covid… Une seule solution : la démission ! La chronique de Patrick Pilcer

 

Les chiffres sont cruels, les faits sont là. Le ministre de la Santé a totalement raté le début de la campagne de vaccination contre le covid 19. Au 31 décembre, la France avait vacciné 332 personnes quand l’Allemagne en avait vacciné plusieurs dizaines de milliers, la Grande Bretagne près du million. Un petit pays comme Israël avait réussi à vacciner un million de personnes, soit 7,5% de sa population. On notera d’ailleurs que le millionième vacciné en Israël est un arabe israélien condamné il y a 20 ans pour meurtre, c’est dire si le plan de vaccination y est large. En France, la désormais célèbre Mauricette et 331 autres personnes. 

Dans les autres pays, les dirigeants montrent l’exemple. De Joe Biden à Kamela Harris, en passant par Benjamin Netanyahou, les leaders politiques se sont fait vacciner devant les caméras pour inciter leur population à faire de même et à ne pas avoir peur. En France, rien… on montre des personnes âgées se faire piquer, comme s’ils étaient des cobayes. Pourquoi Olivier Véran ne montre-t-il pas l’exemple ? A-t-il peur du vaccin ?

Mais ce fiasco sur le démarrage de la vaccination nous rappelle d’autres fiascos de M. Véran : les masques, les tests, l’accès au territoire, la politique d’isolement.

Chacun se rappelle l’ancienne porte-parole du gouvernement nous dire que les masques ne servaient à rien, et que d’ailleurs elle-même ne savait pas bien le mettre, ce qui ne l’empêchait pas de dire devant la commission du Sénat que les Français souffraient d’un défaut d’« acculturation » scientifique.  Mais pas elle… Cette stratégie, râtée, sur les masques doit cependant être endossée totalement par le ministre de la Santé, M. Véran.

Puis les tests, d’abord pas assez nombreux et toujours sans stratégie nationale ou locale alors qu’ils sont pris en charge à 100% par la sécurité sociale, donc en bout de course par l’impôt des Français. Et que fait-on des testés positifs ? rien, c’est un autre fiasco du ministre de la Santé. Aucune politique d’isolement. Lorsqu’une personne est positive, l’Etat devrait veiller à ce que cette personne soit isolée, de sa famille, de ses proches, des autres citoyens. En France, rien. Une personne positive, testée, asymptomatique ou avec de la fièvre, peut faire ce qu’elle veut, et contaminer, contaminer, contaminer. Insensé !

Sans parler de l’accès au territoire français. Si on veut aller en Espagne par exemple, on doit montrer un test PCR négatif de moins de 72 heures, au départ et à l’arrivée prise de température, une attestation sur le lieu de résidence, ce qui permet un traçage. Quand on vient en France, rien du tout…la compagnie aérienne donne un papier à remplir, que personne ne reprend ensuite, aucun test PCR, aucun test de température, on entre comme dans un moulin. Incroyable !

Dans un pays comme la France, aussi administré, où l’on parle commissariat au plan et planification depuis des décennies, ces fiascos sont soit dus à l’administration, et il faut alors renverser la table et tout rebâtir, soit au ministre qui dirige l’administration, ici le ministre de la santé. Les bons résultats du ministère de l’économie et de son administration face à cette pandémie laissent à penser que l’administration au sens large n’est pas la source des problèmes. Et il est trop tôt pour accuser le premier ministre.

M. Véran nous sort le principe de précaution à longueur de journée, pour justifier la fermeture des théâtres, des cinémas, des salles de sports, des restaurants, l’interdiction des repas à plus de 6 personnes, les couvre-feux, etc… Mais que fait-il du principe de précaution pour l’entrée sur notre territoire, pour l’accompagnement et l’isolement des personnes testées positives, et à présent de la lenteur insensée de la campagne de vaccination ?

Trop c’est trop ! Le Président Macron a raison de mettre en place une politique du « quoi qu’il en coûte », et il a raison lorsqu’il dit que notre pays est parmi ceux qui font le plus pour accompagner les entreprises comme les personnes les plus fragiles. Mais il faut à présent qu’il tire les conséquences des fiascos contre le Covid et qu’il se sépare des responsables, qui sont aussi coupables, de ces dits fiascos, et en premier lieu Olivier Véran. Il faut ensuite qu’il trouve la bonne personne pour gérer la lutte contre la pandémie. Emmanuel Macron se dit en guerre. Il faut qu’il fasse comme Clémenceau qui trouvait que « la guerre est une chose trop grave pour la confier à des militaires ». 

Monsieur le Président, la guerre contre le Covid est une chose trop grave pour la confier à des médecins ! Il faut que vous confiiez cette lutte à des personnes aguerries en logistique comme en gestion de l’innovation, des personnes qui réunissent autour d’un projet, et savent mettre le paquet au bon moment au bon endroit, et surtout des personnes dotées de bon sens. Parmi nos chefs d’entreprises et nos ingénieurs, nul doute qu’il y a de nombreux candidats possibles pour ce poste si important pour la nation. 

Le succès du futur ministre de la santé sera votre succès, notre succès, et nous permettra de passer une bonne année 2021 !

 

Patrick Pilcer

Conseil et Expert sur les Marchés Financiers

 

 

Tout cela pour ça ? La chronique de Patrick Pilcer

Toute cette semaine, les Français et particulièrement les Franciliens étaient focalisés sur les annonces à venir du gouvernement pour freiner la pandémie et la n-ième vague. « Ça va taper dur », tonnait…