La chronique de Patrick Pilcer
09H45 - samedi 26 décembre 2020

Oui au passeport vaccinal. Olivier Véran, ne nous rejouez pas le sketch des masques ! La chronique de Patrick Pilcer

 

Maintenant que nous disposons d’au moins deux vaccins efficaces contre la Covid, il faut vacciner, vacciner, vacciner pour sortir de cette pandémie le plus vite possible. Une fois vaccinés, avec un tampon en bonne et due forme sur leur passeport vaccinal, les citoyens pourront reprendre, en respectant scrupuleusement les gestes barrières, une vie sociale, culturelle et économique la plus normale possible. Les personnes vaccinées pourront rouvrir leur restaurant, leur café, leur cinéma, leur théâtre, leur salle de sport… et y accueillir leurs clients également vaccinés. C’est comme cela que nous pourrions reprendre une vie normale.

Alors pourquoi tant d’hésitations et de lenteur de la part du gouvernement et particulièrement de l’actuel ministre de la Santé ?

Y-a-t-il un doute sur son efficacité ? La simple lecture des résultats parus dans the New England Journal of Medicine par exemple devrait suffire à rassurer la population. Douter de ce vaccin revient à douter de tous les travaux de contrôle des autorités de mise sur le marché de médicaments, partout dans le monde.  De la FDA à la Haute Autorité de Santé, en passant par l’Agence européenne en charge de ce dossier, tous ont validé le vaccin de Pfizer et ont ou vont valider celui de Moderna. Zéro doute sur l’efficacité. Il n’y a pas photo…

Attend-on un vaccin plus efficace venant de Sanofi ? Ce vaccin n’est pas attendu avant fin 2021, si un jour il sort. Difficile de parier sur Sanofi d’ailleurs. Cette belle entreprise a-t-elle d’ailleurs sorti un médicament phare ces dernières années, sans racheter la société qui avait mis au point la molécule ? Pas vraiment… j’espère que le gouvernement en a conscience et a commandé largement ailleurs également, comme les autres pays.

A-t-on d’ailleurs commandé suffisamment de doses pour la population française pour la vacciner rapidement, comme le font les Anglais depuis le 8 décembre, les Américains depuis le 14, les Israéliens depuis le 20 ? Les Marocains ont mis en place une organisation ad hoc pour vacciner 40 millions de personnes en trois mois ! La lenteur de la mise en place de cette vaccination en France pose question. Olivier Véran va-t-il nous rejouer le sketch des masques, en nous disant « pas de masques » puis « jamais sans son masque » pour masquer la pénurie ? Ce serait alors un nouveau scandale d’Etat ! Et cette fois les responsables en seraient coupables !

Oui, il faut vacciner le plus grand nombre possible de nos concitoyens, avec leur consentement bien sûr, tamponner leur passeport sanitaire, comme nous le faisons pour la rougeole et d’autres maladies, et permettre aux gens vaccinés de reprendre le cours normal de leur vie. Quand nous étions enfants, pour aller en colonies de vacances ou en collectivités, il fallait bien prouver qu’on était vacciné, et cela ne remettait pas en cause nos libertés, cela s’appelle le Vivre Ensemble. Il en est de même avec la Covid 19. Rappelons comment la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 définit la liberté, dans son article 4 :« la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ».

Que le RN vocifère contre ce passeport sanitaire ou vaccinal est logique, l’extrême-droite a fait des peurs de la population son fonds de commerce, peur de l’autre, peur du vaccin, peur de soi. Laissons-les avoir peur, et se terrer s’ils ne se vaccinent pas. Mais faisons le choix de la vie. Rappelons ce que disait déjà Sénèque : « la vie ne consiste pas à attendre que les orages passent mais à apprendre à danser sous la pluie »…

Olivier Véran a tort de nous faire attendre que les orages passent. Apprenons à danser sous la pluie !

 

Patrick Pilcer

 Conseil et Expert sur les Marchés Financiers

 

Tout cela pour ça ? La chronique de Patrick Pilcer

Toute cette semaine, les Français et particulièrement les Franciliens étaient focalisés sur les annonces à venir du gouvernement pour freiner la pandémie et la n-ième vague. « Ça va taper dur », tonnait…