International
11H45 - jeudi 3 décembre 2020

Hommage d’Olivier Stirn à Valéry Giscard d’Estaing…

 

Déjà ministre chargé des relations avec le Parlement lorsque Valéry Giscard d’Estaing était ministre des finances sous Georges Pompidou, Olivier Stirn a été l’un de ses seuls ministres pendant les sept années de sa présidence de la République : ministre des outre-mer, puis secrétaire d’Etat aux affaires étrangères et ministre de la Coopération. Olivier Stirn est un des derniers ministres de VGE encore en activité ! Encore consulté par l’actuel président de la République et de nombreux autres.

Témoignage.

 

 J’ai appris avec grande tristesse le décès de Valéry Giscard d’Estaing que j’ai connu lorsqu’il était ministre des finances du général de Gaulle que je conseillais  alors sur les grands dossiers africains. Nous avons ensuite appartenu tous deux au deuxième gouvernement de Georges Pompidou, lui toujours ministre des finances et moi chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement.

Elu à Vire député puis maire, j’ai eu l’honneur d’être son ministre pendant tout le septennat. J’étais à ses côtés dans de nombreux voyages dans le monde et bien sûr lors de sa venue à Vassy dans ma circonscription. Il m’avait demandé d’accompagner le pape Jean-Paul II à Lisieux afin que le Saint- Père puisse rendre hommage à la petite Thérèse à laquelle il portait une profonde affection.

Le président Giscard d’Estaing était d’une intelligence rare, il réfléchissait vite et ses décisions étaient claires. il était aisé de travailler à ses côtés.

Européen convaincu, il a installé le couple franco-allemand qui reste central dans la construction de l’Union européenne. Comme le général de Gaulle, il considérait que la Russie faisait partie de cette grande Europe culturelle, économique et politique et s’entretenait avec Vladimir Poutine régulièrement. Jeune président élu à l’âge de 48 ans, il savait que les Français attendaient nombre de réformes sociétales, telles la majorité à 18 ans, l’avortement, la lutte pour l’égalité hommes-femmes.

La France perd un grand Président, un homme profondément amoureux de son pays. Evelyne et moi-même adressons nos condoléances et nos pensées affectueuses à son épouse, à ses enfants et petits-enfants.



Olivier Stirn
Ancien ministre

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

 

Senghor, l’homme complet

Benjamin Boutin, le président de Francophonie sans frontières (FSF), livre son admiration pour le poète-président et annonce l'Année Senghor qui marquera les vingt ans de sa disparition.