Monde
11H16 - vendredi 13 mars 2020

Francis Szpiner : « mes cent premiers jours à la mairie du 16ème arrondissement de Paris »

 

Quel est le sens de votre candidature à la mairie du 16ème arrondissement de Paris ?

Je suis né à Paris, j’y ai fait toutes mes études, c’est ma vie. C’est une ville que j’aime et où il règne un climat de légèreté et d’intelligence. Madame Hidalgo en a fait une ville sale et elle y a installé un climat tendu. Une ville asphyxiée où les Parisiens s’agacent les uns contre les autres. J’ai envie de changer ma ville, et avec Rachida Dati, nous avons depuis longtemps cette ambition.

 

Dans les cents premiers jours de Francis Szpiner à la tête de la mairie du 16ème s’il est élu, quelles seraient les priorités ?

Si Rachida Dati est élue, les Parisiens sentiront la différence. Car la priorité des priorités est tout d’abord de faire de cette ville une ville propre ! Même à certains endroits du 16ème, il y a une insalubrité insupportable.

Autre priorité, la proximité avec nos concitoyens : Paris compte de nombreux espaces verts qui sont délaissés. Dans le 16ème, nous avons le bois de Boulogne, qui fait deux fois la superficie de Central Park. Rendre le bois de Boulogne aux habitants du 16ème arrondissement et aux Parisiens sera ma priorité.

 

Dans le 16ème arrondissement, ne revivons-nous pas les vieux démons de la droite qui part divisée à la bataille ?

Il y a toujours eu des listes parasites par rapport aux listes officielles et je ne peux que regretter cette division. En tout cas les femmes et les hommes qui sont restés fidèles aux Républicains sont tous réunis sur ma liste. Je vous rappelle que la commission nationale d’investiture de LR, à l’unanimité, m’a accordé sa confiance.

En un mot, voter pour ces listes dissidentes est non seulement un vote inutile, mais c’est un vote pour madame Hidalgo et cela risque d’affaiblir la dynamique de Rachida Dati. Donc par ambition personnelle, ces gens on pris le risque d’affaiblir la droite dont leurs listes se réclament. Or il est temps que la droite reconquière Paris car la capitale ne compte plus que deux députés LR.

 

Cette élection municipale n’annonce-t-elle pas comme le retour de l’ancien monde sur le nouveau monde, de la droite et de la gauche républicaines sur un affaiblissement annoncé de LREM ?

Les Français et les Parisiens en particulier voient bien que ce nouveau monde n’a rien de nouveau ! C’est en réalité des gens qui ont déserté leurs familles politiques respectives par ambitions personnelles. A Paris vous avez des arrondissements qui, sans vergogne, présentent des gens qui soutenait madame Dati il y a encore deux semaines et qui désormais soutiennent madame Hidalgo.

 

Qu’est-ce que vous pensez de la candidature de Philippe Douste-Blazy dans le 16ème ?

 L’avocat de Dominique Baudis n’en pense rien et préfère ne rien dire.

 

Avec le coronavirus, ne craignez-vous pas une forte baisse de la participation et donc un résultat électoral biaisé par la crise sanitaire. Et que dites vous aux habitants du 16ème qui hésiterait à aller voter dimanche ?

Toutes les précautions sont prises. J’appelle donc les électeurs à voter car ce qui se joue est l’avenir de Paris : est-ce que notre ville doit continuer à décliner irrémédiablement ou est-ce qu’elle doit retrouver de son allant et de sa vigueur ?

 

Un dernier message que vous souhaiteriez faire passer ?

Paris est la capitale de la France et ce qui se passe à Paris ne peut pas laisser le pays indifférent. Il est temps de redonner à Paris son éclat et ses valeurs : la propreté, l’ordre, l’accueil des familles, c’est-à-dire les valeurs de la droite.

 

Propos recueillis par Michel Taube

Directeur de la publication

« Être père ! » La chronique de Bernard Rodenstein

Et si être père à l’ancienne était la forme la plus moderne de paternité ? La fête des pères est l’occasion d’offrir le témoignage réflexif de Bernard Rodenstein, pasteur retraité et personnalité…