La chronique de Michel Scarbonchi
08H20 - mardi 10 décembre 2019

Ukraine – Russie : va-t-on vers une sortie de crise ?

 

Emmanuel Macron a salué « une relance crédible des pourparlers de paix » après le sommet de l’Elysée réunissant les présidents russe et ukrainien en présence d’Angela Merkel. Analyse par Michel Scarbonchi.

Après un sommet de l’Otan qui lui a réussi, le Président Emmanuel Macron s’attaque au sensible dossier de l’Ukraine.

En effet, dans le cadre du « format Normandie » le Président français réunit, à Paris, Volodymyr Zelensky, Vladimir Poutine et Angela Merkel afin de trouver un règlement durable au conflit qui oppose, depuis cinq ans, dans le Donbass, Kiev aux séparatistes pro-russe. 

Le président ukrainien a fait, depuis son élection, de nombreux gestes pour réchauffer les relations avec Moscou : échanges de prisonniers, désengagement militaire…

Il appartient désormais à la Russie d’y apporter des réponses. L’une d’entre elle sera-t-elle l’acceptation d’une autonomie du Donbass ?

Mais les enjeux de ce sommet quadripartite vont bien au-delà d’un accord russo-ukrainien ! S’il est positif, ce sommet va déterminer durablement les futures relations entre la Russie et l’Union européenne.

Il permettra d’abord à Emmanuel Macron de se poser en pacificateur européen, d’y conforter, malgré les contestations de nombre de ses pairs, son leadership européen mais surtout de raccrocher la Russie à l’Europe qui demeure son objectif final. Voici en tout cas un projet ambitieux et tenace chez le dirigeant français.

Quel pourrait être le « deal futur » entre l’Europe et la Russie ? D’un côté, un Pacte de sécurité européen entre la Russie et l’Union européenne, garantissant les frontières des États membres, un accord sur les missiles de courte portée, une démilitarisation du continent, de l’autre, l’abandon des sanctions   européennes et à terme, un nécessaire Accord d’Association entre l’UE et la Russie, les deux parties ayant tout à y gagner.

Il n’y a pas d’autre chemin si nous voulons pacifier et développer notre continent pour lui éviter dans l’avenir l’incontournable « inféodation » aux États-Unis ou à la Chine.

Utopie, naïveté, trahison crieront les faucons des deux bords !

Mais qui ne voit que Macron et Poutine ont mis leurs pas dans ceux de De Gaulle et Adenauer !… Tourner la page de la guerre froide aujourd’hui équivaut à la pacification de la relation franco-allemande avec le Traité de l’Élysée en 1963…

  

Michel Scarbonchi

Ancien député européen