Monde
09H55 - mardi 19 novembre 2019

Gilets jaunes de province : vous êtes des privilégiés et vous vous en prenez à plus pauvres que vous !

 

En s’en prenant comme des sauvages au petit kiosque de journaux Place d’Italie, en faisant fermer les Galeries Lafayette pendant une demi-journée, les Giles jaunes et les casseurs s’en prennent à plus faibles et pauvres qu’eux.

Un vendeur des Galeries Lafayette est payé au SMIC et un responsable de rayon ne touche pas 1000 euros de plus, alors qu’il est corvéable à merci, et subit des pressions que beaucoup de gilets jaunes ne supporteraient pas.

Il ne peut habiter Paris, car son salaire lui permet de payer au plus 400 € de loyer, alors qu’une chambre de service de 6 ou 7 m2, située sous les toits et accessible uniquement par escalier de service, est louée (certes illégalement) plus que ce montant.

Cet employé (cet ouvrier du tertiaire) habite donc la banlieue, ce qui lui vaut au moins deux heures de transports en commun. Aux heures de pointe, il y est compressé comme dans des wagons à bestiaux (dont le traitement est déjà de la maltraitance animale), perd quatre heures par jour, et parfois bien plus avec les dysfonctionnements des transports (en cas de grève, c’est un véritable calvaire).

Les trente gilets jaunes qui sont montés à Paris pour venir manifester dans ce qui est pour eux le temple du capitalisme sont des privilégiés à côté de notre employé moyen. Car le pouvoir d’achat (et non le salaire) du provincial moyen est supérieur à celui du Parisien moyen. Sa qualité de vie est bien supérieure. D’ailleurs, de plus en plus de Parisiens quittent Paris pour la province….

Chers gilets jaunes, que diriez-vous si des hordes de Parisiens venaient saccager votre bistrot préféré ? Et lorsque vous ferez vos courses de Noël dans votre temple local de la consommation, seriez-vous content qu’on vous en empêche, bande de capitalistes !

Donc, chers gilets jaunes de province (pas les casseurs, car leur place est en prison), foutez-nous la paix !

Votre gilet couleur jaune bien pâle, on ne le supporte plus. Vous avez vos problèmes, c’est incontestable. Le pouvoir d’achat est trop faible ? Évidemment. Mais considérer que les Parisiens sont des riches montre surtout votre bêtise et votre jalousie pathologique.

Vous êtes devenus nuisibles.

Les samedis à Paris sont devenus déserts et ruinent des milliers de commerçants. Si vous bousillez, avec des syndicats en folie, le mois de décembre, ne vous étonnez pas si ensuite la France plonge dans la récession et son cortège de chômage et de misère.

Vous nuisez à Paris, à ses habitants, ses commerçants, à ses touristes. Vous nuisez à l’image de la France et à la France, donc à vous-même.

 

Arthur Clément