Ministère des Beaux Arts
07H00 - samedi 31 août 2019

Sally Mann, l’enchanteresse s’expose au Jeu de Paume. Deuxième idée de sortie pour finir les vacances en beauté…

 

“Unless you photograph what you love, you are not going to make good art.” – Sally Mann

 

© Sally Mann, 2014

Le musée du Jeu de Paume, situé dans le jardin des Tuileries, consacre une grande rétrospective à la photographe américaine Sally Mann jusqu’au 22 septembre 2019. Plusieurs œuvres inédites sont à découvrir lors de cette exposition consacrée à l’une des figures majeures de la photographie américaine contemporaine. Entre rêve et réalisme parfois brutal, Sally Mann nous fait découvrir sa Virginie natale.

 

La photographe est née en Virginie en 1951. État du Sud, conservateur et porteur d’une histoire difficile. Et pourtant elle aime cette terre, et continue de la photographier depuis plus de quarante ans. Elle la montre nue, ou peuplée de figures dégageant à la fois spleen insondable et douceur extatique. La contemplation de ses photographies permet presque de sentir le vent souffler dans les feuillages des arbres de Lexington, sa ville natale. 

Durant cette exposition, Sally Mann nous projette (et même nous jette) dans son univers implacable, fait de mélancolie mais aussi de tendresse et de profonde réflexion sur l’être humain. La vie, la croissance, la mort, toutes ces étapes que nous traversons sans parfois nous en rendre compte, elle les rend prégnantes.

Elle regarde ses enfants avec l’œil aimant d’une mère et le regard acéré de la grande artiste qu’elle est. Les photographier est aussi une façon de se contempler elle-même. D’examiner son existence de femme et d’artiste intimement liée à sa vie et son travail de mère. L’on voit ses trois enfants sortir de l’enfance et donc grandir.

Certaines photos sont peut-être parfois gênantes et pourtant… Grandir, vieillir, c’est aussi une prise de conscience violente des êtresqui nous entourent et de nous-même.

La religion, l’origine ethnique, l’appartenance à sa terre natale, la mort et la sexualité… Les questions que se pose et par conséquent que nous pose aussi Sally Mann à travers son art sont d’une universalité saisissante.

Pour cette première grande rétrospective, le Jeu de Paume nous offre l’œil d’une femme engagée, le geste brutal de l’artiste qui nous impose des images parfois presque effrayantes tant par leur esthétisme sibyllin que par l’intensité de leur message. Mais elle nous donne à voir aussi le regard optimiste que l’être humain reste encore capable de porter sur un monde pourtant bien mal en point.

 

Louise Biard

Demain : Taketana Matsutani pour finir les vacances en beauté…

 

 

 

Chroniqueuse Cultures - Opinion Internationale