Actu
18H07 - mercredi 21 août 2019

Groenland, migrants de l’Ocean Viking, Soudan, mort de Fred Rister, l’actualité du 21 août en 4 photos

 

Groenland : la Première ministre danoise « contrariée » mais « pas de crise » avec les Etats-Unis

La Première ministre danoise Mette Frederiksen lors d’une conférence de presse à Copenhague, le 21 août 2019 – Ritzau Scanpix/AFP / Mads Claus Rasmussen

 

La Première ministre du Danemark s’est dite mercredi « contrariée » par l’annulation d’une visite de Donald Trump après le rejet de son offre d’achat du Groenland, territoire autonome danois, assurant toutefois qu’il n’y avait « pas de crise » entre Copenhague et Washington. « Je suis évidemment contrariée et surprise par l’annulation de la visite d’Etat du président américain », a déclaré Mette Frederiksen lors d’une conférence de presse. Mais « le Danemark et les Etats-Unis ne sont pas en crise », a-t-elle ajouté, soulignant que l’invitation du royaume scandinave « restait valable ».

La Maison Blanche a annoncé mardi soir que la visite de Donald Trump au Danemark prévue les 2 et 3 septembre avait été annulée. En fin de semaine dernière, la presse américaine avait révélé que Donald Trump s’était renseigné sur la possibilité pour les Etats-Unis d’acheter le Groenland, immense territoire autonome de quelque 56.000 habitants, rattaché au Danemark. M. Trump avait ensuite publié une série de tweets confirmant son intérêt pour l’île glacée de l’Arctique, déclenchant une salve de réactions mi-indignées, mi-amusées au Groenland et au Danemark.

En déplacement sur le territoire, Mme Frederiksen avait qualifié d’absurde la proposition d’achat du président américain. La maison royale danoise, à l’origine de l’invitation de M. Trump, a exprimé sa « surprise » à l’annonce de l’annulation de son voyage, dans un commentaire écrit transmis à la chaîne de télévision publique DR.

 


 

L’Ocean Viking attend toujours une réponse des Etats européens

Attente des migrants à bord de l’Ocean Viking entre Malte et Lampedusa, le 21 août 2019 – AFP / Anne CHAON

 

Après l’arrivée à terre des rescapés de l’Open Arms à Lampedusa, dans le sud de l’Italie, l’Ocean Viking, le dernier bateau humanitaire présent en Méditerranée, attendait toujours mercredi la désignation d’un port où débarquer les 356 personnes qu’il a recueillies à son bord. Aucune réponse n’a été apportée aux demandes répétées de l’équipage, a affirmé mercredi à l’AFP Frédéric Penard, le directeur des opérations de l’ONG SOS Méditerranée qui gère le bateau avec Médecins Sans Frontières.

L’Ocean Viking, battant pavillon norvégien, se trouve pour la dixième journée, pratiquement à l’arrêt, dans le canal de Sicile entre Malte et la petite île sicilienne de Lampedusa. Interdit par Malte au dernier moment de se ravitailler, à l’aller, en eau et en carburant, il est contraint d’économiser ces ressources. Face à des jeunes gens marqués par les épreuves déjà endurées, les équipes se sont bien gardées, ces derniers jours, de relater les péripéties qui ont conduit à plusieurs reprises des rescapés du navire humanitaire espagnol Open Arms à se jeter à l’eau pour tenter de gagner Lampedusa à la nage.

« Comme le droit maritime le prévoit, nous avons demandé dès le premier secours, le 9 août, aux centres de coordination des sauvetages en mer d’Italie et de Malte la désignation d’un port sûr pour débarquer les personnes secourues. Pour le moment, nous n’avons eu aucune réponse de l’Italie et une réponse plutôt négative de la part de Malte », a raconté M. Penard. « Nous savons que plusieurs Etats européens (…) souhaitent en finir avec ces solutions au cas par cas et mettre en place un système » pour l’accueil des migrants, a relevé ce responsable.

« C’est ce qu’on demande, mais ces gens doivent débarquer maintenant : les négociations ne peuvent se dérouler alors que plus de trois cents personnes sont bloquées en mer dans des conditions difficiles », a-t-il insisté.

Aucune des personnes secourues, des jeunes gens pour la plupart, n’a pu suivre les sursauts de la vie politique italienne ni les méandres comptables des décisions européennes. Mais la nouvelle de l’accostage de l’Open Arms à Lampedusa, après une attente de 19 jours et de fortes tensions à son bord, a commencé à se répandre sur le pont de l’Ocean Viking.

« Que Dieu nous entende » s’est réjoui Hanil, un Soudanais de 22 ans originaire du Kordofan (sud), qui est accompagné de son jeune frère Adam, au terme d’un long périple entamé il y a cinq ans en Egypte puis en Libye, via Khartoum.

 


 

La nouvelle instance de transition intronisée au Soudan

Photo fournie par le palais présidentiel soudanais montrant les membres du Conseil souverain, qui prend les rênes du pays, prêter serment le 21 août 2019 à Khartoum – SUDAN PRESIDENTIAL PALACE/AFP / –

 

La transition vers un pouvoir civil au Soudan, née de l’accord historique entre les militaires et la contestation, a pris corps mercredi avec l’intronisation du Conseil souverain, qui doit être rapidement suivie de la nomination d’un Premier ministre de consensus.

Le Conseil souverain remplace le « Conseil militaire de transition », au pouvoir depuis la destitution du président Omar el-Béchir, le 11 avril. Le Soudan n’est désormais plus exclusivement dirigé par des militaires, pour la première fois en trois décennies, même si l’armée doit dans un premier temps conserver la tête de la nouvelle instance.

Le chef du Conseil militaire sortant, le général Abdel Fattah al-Burhane, a prêté serment comme président du nouveau Conseil souverain peu après 11H00 (09H00 GMT). Vêtu de son uniforme militaire et coiffé de son habituel béret vert, il a été intronisé lors d’une courte cérémonie, une main sur un exemplaire du Coran et un bâton de maréchal sous le bras. Les autres membres de la nouvelle instance –composée de six civils et cinq militaires– ont prêté serment peu après.

La nomination du Premier ministre choisi par la contestation, Abdallah Hamdok, doit également intervenir mercredi à Khartoum où il doit arriver vers 15H00 GMT, à l’issue d’une visite à Addis Abeba.

Selon les termes de l’accord officiellement signé samedi, le général Burhane sera aux manettes du Conseil pendant 21 mois et un civil lui succédera pour le reste des 39 mois de transition prévus.

La formation de cette instance survient après des mois de manifestations réclamant un pouvoir civil, sur fond de grave situation économique.

 


 

Fred Rister « le plus célèbre des inconnus » de l’électro est mort

David Guetta (g) et Fred Riester (d) reçoivent ensemble un prix aux ASCAP Awards à Hollywood en 2013 – GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives / Paul A. Hebert

 

Mort à l’âge de 58 ans, le Français Fred Rister se définissait comme « le plus célèbre des inconnus »: ancien coiffeur, il était à l’origine de tubes planétaires comme « I Gotta feeling » des Black Eyed Peas et co-compositeur de l’ombre de David Guetta.

« C’est David Guetta l’artiste, moi je travaille avec plaisir pour les autres sans chercher la gloire », avait coutume de dire ce musicien atypique qui a débuté comme animateur au micro de Maxximum, radio parisienne légendaire des années 80 et 90.

Devenu Dj, producteur et compositeur, Fred Rister, de son vrai nom Frédéric Riesterer, né le 19 juin 1961 près de Dunkerque (Nord), collaborait avec David Guetta depuis les années 2000 et a coécrit plusieurs de ses grands succès. « Fils d’ouvrier tranquille », « aimé de (ses) parents » et titulaire d’un diplôme de coiffure, il gagnait « tranquillement (sa) vie » mais « quelque chose (lui) manquait », a-t-il raconté dans son autobiographie. « C’est au Stardust, la boîte mythique de La Panne (en Belgique), assis dans la cabine du DJ, qu’un soir tout changea. La musique, cette musique, me percuta pour la vie », poursuivait-il dans « Faire danser les gens », dont les bénéfices ont été reversés à la recherche contre le cancer, la maladie qui a fini par l’emporter mardi.

Dès 2006, Fred Rister a coécrit en studio les tubes planétaires de David Guetta qui leur permirent de décrocher notamment le Grammy Award de la Meilleure chanson dance pour « When Love Takes Over ». D’autres succès en cascade dont « Love is Gone » et « I Gotta Feeling » des Black Eyed Peas, resté seize semaines numéro un aux USA, leur ont permis de décrocher aussi le Grand prix du répertoire Sacem à l’étranger.

De sa collaboration avec David Guetta, l’homme estimait qu’elle reposait sur « un profond respect mutuel et une passion commune pour la soul, la funk, le disco, la house et la techno ».

Responsable du développement numérique