Actu
17H49 - vendredi 2 août 2019

Revers électoral pour Boris Johnson, virus Ebola, mort du traité nucléaire INF, arbitrage au féminin, l’actualité du 2 août en 4 photos

 

La candidate libérale-démocrate Jane Dodds (au centre) célèbre sa victoire à l’élection partielle de Brecon et Radnorshire, au Pays de Galles, le 2 août 2019 – AFP / Isabel INFANTES

Boris Johnson essuie son premier revers électoral

Le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson a subi son premier revers dans les urnes, une défaite de son parti à une élection partielle ayant ramené sa faible majorité parlementaire à seulement une voix, compliquant sa stratégie pour le Brexit.

Le Parti conservateur au pouvoir, dont Boris Johnson a pris la tête la semaine dernière, a perdu le siège de la circonscription de Brecon et Radnorshire, au Pays de Galles (ouest), au profit d’une candidate pro-européenne, selon les résultats officiels annoncés vendredi.

Cette défaite fragilise le tout nouveau gouvernement qui vient d’annoncer le doublement de son budget annuel consacré aux préparatifs d’un Brexit sans accord, en leur allouant 2,1 milliards de livres supplémentaires (2,3 milliards d’euros).

Cet argent servira à « accélérer les préparations à la frontière, soutenir les préparatifs des entreprises et assurer l’approvisionnement des médicaments essentiels » ainsi qu’à lancer une nouvelle campagne de communication sur le Brexit, a précisé le ministère des Finances.

Au total, 6,3 milliards de livres (6,9 milliards d’euros) auront été alloués pour préparer le Brexit, dont 4,2 milliards cette année.

 


 

L’Américain Ronald Reagan et le Soviétique Mikhaïl Gorbatchev lors de la signature du traité INF à Washington le 8 décembre 1987 – AFP/Archives / JEROME DELAY

Washington et Moscou actent la mort du traité nucléaire INF

Les Etats-Unis et la Russie ont acté vendredi la fin du traité de désarmement INF, les deux parties s’accusant mutuellement d’être responsables de la mort de ce texte bilatéral emblématique conclu pendant la Guerre froide.

Sans surprise, après six mois de dialogue de sourds et d’accusations réciproques de violations, les deux puissances ont laissé expirer l’ultimatum lancé par l’administration de Donald Trump en février sans bouger sur leurs positions.

« Le retrait des Etats-Unis conformément à l’article XV du traité prend effet aujourd’hui car la Russie n’a pas renoué avec son respect total et vérifié », a déclaré dans un communiqué le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, depuis Bangkok où il assiste à des réunions régionales.

Quelques minutes plus tôt, le ministère russe des Affaires étrangères avait pris acte de la fin de cet accord-clé « à l’initiative » de Washington, proposant de nouveau en parallèle un « moratoire sur le déploiement d’armes de portée intermédiaire ».

« Washington a commis une grave erreur », a fustigé dans un autre communiqué la diplomatie russe, en accusant les autorités américaines d’avoir créé une « crise pratiquement insurmontable » autour de ce traité stratégique.

Washington avait suspendu début février sa participation au traité INF en accusant Moscou de fabriquer des missiles non conformes au traité. Cette suspension avait ouvert une période de transition de six mois qui se terminait ce vendredi.

 


 

Contrôle de température dans une rue de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, le 31 juillet 2019 – AFP / PAMELA TULIZO

Ebola en RDC : un décès, deux nouveaux cas en 24 heures, le Rwanda inquiet

Avec un décès et deux nouveaux cas de contamination au virus Ebola détectés en seulement 24 heures à Goma, le grand carrefour commercial de l’est de la RD Congo, la crainte de propagation régnait notamment à la frontière avec le Rwanda, fermée plusieurs heures jeudi.

Un an après l’apparition du virus en République démocratique du Congo et une quinzaine de jours après la détection du premier cas dans la grande métropole du Nord-Kivu, trois membres d’une même famille ont été touchés par l’épidémie, accroissant les risques de diffusion.

Après le père décédé mercredi, puis une de ses filles âgée d’un an détectée la nuit suivante, sa femme a été testée positive jeudi.

« Il y a un quatrième cas positif à la maladie à virus Ebola dans la ville de Goma. Ce nouveau cas est la femme de l’homme qui est décédé hier matin. Nous sommes en train d’effectuer les investigations autour de ce cas », a déclaré à l’AFP le Dr Boubacar Diallo, coordonnateur en charge de la surveillance de cette épidémie pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’épidémie de fièvre hémorragique, qui se transmet par contacts humains directs et étroits et dont le taux de létalité est très élevé, a longtemps été cantonnée aux régions rurales du Nord-Kivu (essentiellement Beni et Butembo) et en Ituri voisine.

Sa propagation à de grands centres urbains densément peuplés et au-delà des frontières de la RDC lui donnerait une nouvelle dimension.

Son arrivée à Goma, qui forme un hub régional, disposant d’un aéroport reliant les capitales de Kinshasa en RDC, Entebbe-Kampala en Ouganda et Addis Abeba en Ehtiopie, et d’où des bateaux partent vers le Sud-Kivu, inquiète. En juin, deux cas d’Ebola en provenance de RDC ont été détectés en Ouganda.

 


 

L’arbitre française Stéphanie Frappart lors du quart de finale du Mondial féminin entre l’Allemagne et la Suède, à Rennes, le 29 juin 2019 – AFP/Archives / Damien MEYER

Arbitrage : Stéphanie Frappart fait tomber une nouvelle barrière

Ils vont devoir dire « Madame l’arbitre ». Les Anglais de Liverpool et Chelsea, respectivement vainqueurs de la Ligue des champions et de la Ligue Europa, seront en effet arbitrés en Supercoupe d’Europe le 14 août par la Française Stéphanie Frappart, première femme à diriger une rencontre majeure.

« L’UEFA a choisi d’innover en désignant Stéphanie Frappart pour arbitrer la Supercoupe 2019 le 14 août prochain », a annoncé vendredi l’instance dirigeante du football européen.

« Cela fait plusieurs années déjà que Stéphanie Frappart prouve qu’elle est l’une des meilleures femmes arbitres non seulement sur la scène européenne mais aussi à l’échelle mondiale », a expliqué Roberto Rosetti, responsable en chef de l’arbitrage de l’UEFA.

« Elle est capable de diriger des rencontres de très haut niveau, comme elle l’a prouvé lors de la finale de la Coupe du monde féminine cette année. J’espère que ce match à Istanbul lui apportera encore plus d’expérience, alors qu’elle est au sommet de sa carrière arbitrale », a-t-il ajouté.

Cette pionnière de 35 ans, exigeante et discrète, a donc fait voler en éclats toutes les barrières, devenant la première femme à diriger un match de Ligue 1, en avril, un match nul entre Amiens et Strasbourg (0-0) puis Nice-Nantes (1-1) en mai, après cinq saisons en deuxième division.

Responsable du développement numérique