Actu
18H48 - vendredi 19 juillet 2019

Canicule, drone iranien, Bali et le plastique, Alaphilippe, l’actualité du 19 juillet en 4 photos

 

Nouvel épisode de canicule en France – AFP / Thomas SAINT-CRICQ

Le nouvel épisode caniculaire prévu pour durer quelques jours, prévient Météo-France

L’épisode de canicule prévu en début de semaine pourrait s’estomper à partir de mercredi, indique vendredi dans un bulletin Météo-France, qui précise que « la durée de cet épisode et son étendue géographique restent encore à surveiller ».

« Les températures vont monter progressivement à partir de ce week-end, devenant très élevées en début de semaine avec des températures maximales dépassant les 35 degrés sur une grande partie du pays entre lundi et mercredi », fait savoir Météo-France.

« On pourrait atteindre les 40 degrés localement, du Sud-Ouest au Centre-Est et du Languedoc à la Provence », poursuit le service météorologique.

« Une baisse des températures pourrait s’amorcer dès mercredi par l’ouest, mais devra être confirmée ces prochains jours », poursuit-il. « La durée de cet épisode et son étendue géographique restent encore à surveiller à cette échéance ».

Fin juin, une canicule exceptionnelle par sa précocité et son intensité avait déjà fait suffoquer une grande partie du pays pendant plusieurs jours. Le seuil de 45°C avait même été dépassé pour la première fois, avec un record absolu de 45,9°C enregistré le 28 juin à Gallargues-le-Montueux, dans le Gard.

Ces vagues de chaleur sont appelées à se multiplier et à s’intensifier sous l’effet du réchauffement climatique provoqué par les activités humaines.

 


 

Le navire militaire américain USS Boxer, le 15 juin 2016 dans le Golfe – US NAVY/AFP/Archives / Craig Z. Rodarte

Drone iranien détruit : Téhéran dément des « allégations délirantes »

Téhéran a catégoriquement démenti vendredi les propos de Donald Trump selon lesquels un navire américain aurait « détruit » un drone iranien, et a ironisé en suggérant que Washington pourrait avoir abattu un de ses propres appareils « par erreur ».

Le président des Etats-Unis a affirmé jeudi qu’un navire américain, l’USS Boxer, avait détruit au-dessus du détroit d’Ormuz un drone iranien qui s’approchait dangereusement.

« Allégations délirantes et sans fondement », a réagi vendredi le général de brigade et porte-parole des forces armées iraniennes Abdolfazl Shékarchi, cité par l’agence Tasnim.

« Tous les drones […] sont biens rentrés à leur base » hier, a ajouté l’officier.

« J’ai peur que l’USS Boxer ait abattu un de leurs propres [drones] par erreur », a écrit pour sa part le ministre des Affaires étrangères adjoint iranien Abbas Araghchi sur Twitter.

La région du Golfe et du détroit d’Ormuz, par où transite le tiers du pétrole acheminé par voie maritime sur la planète, est depuis plus de deux mois au coeur de vives tensions géopolitiques, sur fond de bras de fer entre l’Iran et les Etats-Unis, qui y ont renforcé leur déploiement militaire.

Selon M. Trump, le Boxer a entrepris « une action défensive » contre un drone iranien qui s’était approché dangereusement après avoir ignoré de multiples appels à s’éloigner du vaisseau, et l’appareil « a été détruit immédiatement ».

 


 

Une femme collecte des déchets plastiques sur une plage, le 9 décembre 2018 à Bali – AFP / SONNY TUMBELAKA

Bali s’attaque à l’invasion du plastique

Un cachalot retrouvé mort en Indonésie avec 6 kilos de plastique dans l’estomac, soit 115 verres et 25 sacs. Des plongeurs nageant dans une mer de déchets à Manta Point. Pour lutter contre l’invasion du plastique qui pollue ses côtes et risque de chasser les touristes, Bali a interdit l’usage des pailles et des sacs dans cette matière.

Des millions de voyageurs viennent chaque année bronzer sur les célèbres plages bordées de palmiers, surfer et admirer les fonds marins de l’île tropicale mais Bali n’échappe pas au fléau de la pollution marine, particulièrement aigu en Indonésie. Des vidéos devenues virales montrent des vagues de détritus s’échouant sur les côtes les plus prisées des touristes. Le paradis indonésien est en danger.

L’île a décidé l’an dernier d’interdire le plastique à usage unique mais l’application de ce règlement local était en suspens jusqu’à la semaine dernière, quand le dernier obstacle a été levé: la justice a rejeté un recours d’une association d’industriels du recyclage des plastiques (ADUPI), qui craignaient de ne plus avoir suffisamment de matière première.

« La plainte a été rejetée (…) et en conséquence le règlement peut être appliqué », a indiqué Made Teja, le responsable de l’agence pour l’environnement de Bali à l’AFP. « Nous espérons que les habitants, les consommateurs, comme les entreprises vont soutenir ce programme. »

L’Indonésie, comme d’autres nations d’Asie du Sud-Est, retraite peu ses propres détritus et doit depuis 2018 faire face à un afflux de déchets importés, après que la Chine qui recyclait beaucoup de déchets occidentaux leur a fermé ses portes.

Jakarta a annoncé depuis juin le renvoi de dizaines de conteneurs d’ordures impropres au recyclage vers leurs pays d’origine, aux Etats-Unis, en Australie ou en Europe : l’Indonésie refuse de devenir « une décharge » pour les bouteilles, les emballages et les couches usagées des pays occidentaux.

 


 

Photo by JEFF PACHOUD / AFP

 

Super Alaphilippe gagne encore !

Julian Alaphilippe conserve son maillot jaune en remportant le contre-la-montre du Tour de France. Le français fait désormais partie des favoris pour la victoire finale à Paris.