Monde
18H35 - jeudi 4 juillet 2019

Pédophilie, loi « pour une école de la confiance », Stromboli, Tennis, l’actualité du 4 juillet 2019 en 4 photos

 

Des prêtres catholiques – AFP/Archives / GABRIEL BOUYS

Pédophilie : l’Eglise défroque le père Preynat, au cœur de l’affaire Barbarin

Le père Bernard Preynat, dont les abus sexuels sur de jeunes scouts ont par effet de ricochet déclenché l’affaire Barbarin, a été défroqué jeudi par un tribunal ecclésiastique, la peine la plus lourde que pouvait infliger l’Eglise à l’abbé de 74 ans.

« Le tribunal a décidé de lui appliquer la peine maximale prévue par le droit de l’Église dans un tel cas, à savoir le renvoi de l’état clérical », détaille la juridiction ecclésiastique dans un communiqué.

« Ce procès est sans doute dans les deux derniers siècles le plus gros procès que l’Eglise a eu à gérer eu égard au nombre de tierces parties et à la qualité même des faits », raconte le père Bruno Gonçalves, président du tribunal, à l’antenne de RCF.

« Nous nous sommes déplacés pour écouter les uns et les autres » et « le père Preynat a collaboré », ajoute-t-il.

Bernard Preynat dispose désormais d’un mois pour interjeter un appel qui serait suspensif. S’il ne fait pas appel, il ne faudra plus l’appeler « père ». Et l’Eglise fera en sorte qu’il ne se retrouve pas « dans une situation d’indigence », précise encore le père Bruno Gonçalves

 


AFP / ROMAIN LAFABREGUE

Adoption du projet de loi qui prévoit l’instruction obligatoire dès trois ans

Le Parlement a adopté définitivement jeudi, par un ultime vote du Sénat à main levée, le projet de loi « pour une école de la confiance », qui prévoit l’abaissement à trois ans, dès la rentrée prochaine, de l’âge de l’instruction obligatoire.

La majorité sénatoriale de droite s’est félicitée de voir les deux chambres parvenir à un « bon accord », la gauche votant elle contre un texte « qui ne répond pas aux enjeux » de l’Education nationale.

Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a dû laisser de côté le projet contesté de regroupement des classes d’un collège et d’une ou plusieurs écoles au sein d’un nouveau type d’établissement dit « des savoirs fondamentaux ».

Injectée via un amendement LREM à l’Assemblée, cette mesure a provoqué un tel tollé auprès du corps enseignant, de parents d’élèves et d’élus locaux qu’elle a été effacée par le Sénat, sans opposition de M. Blanquer.

La mesure phare du texte, l’abaissement à trois ans de l’âge de l’instruction obligatoire, contre six aujourd’hui, entrera en vigueur dès la rentrée de septembre. Elle ne concernera que 26.000 enfants qui ne fréquentent pas l’école actuellement.

 


Photo publiée sur le compte Twitter de @mariocalabresi montrant l’éruption du Stromboli, le 3 juillet 2019 en Italie – Twitter account of @mariocalabresi/AFP / Mario CALABRESI


Après l’éruption du Stromboli, l’île se réveille sous les cendres

Le petit village de Ginostra, au pied du Stromboli, s’est réveillé sous les cendres et quasi-vide jeudi, au lendemain de la spectaculaire éruption du volcan, qui a tué un randonneur de 35 ans.

Seules quelques fumées s’échappaient du volcan, au lendemain des deux énormes explosions qui avaient projeté un panache de fumée à 2 km de haut mercredi après-midi.

Dans les airs, des avions Canadair continuaient de larguer de l’eau pour finir d’éteindre les différents incendies déclenchés par les projections de lave et de pierres brûlantes.

Depuis l’éruption, « on a fait 320 largages et on continue », a expliqué Giovanni Giacoppo, responsable des garde-forestiers qui coordonne leur ballet depuis le sol.

Non loin de lui, des pompiers tentaient de déblayer l’épaisse couche de cendres qui recouvre Ginostra et ses alentours.

 


L’Australien Bernard Tomic face au Français Jo-Wilfried Tsonga lors du 1er tour de Wimbledon, le 2 juillet 2019 – AFP / Ben STANSALL

Tennis : 50 000 euros d’amende pour Bernard Tomic pour non-combativité à Wimbledon

L’Australien Bernard Tomic, éliminé en moins d’une heure au premier tour de Wimbledon, s’est vu infliger une amende d’environ 50.000 euros (45.000 livres), soit l’équivalent de ses gains dans le tournoi, ont annoncé les organisateurs jeudi.

« Selon l’opinion du juge-arbitre, la performance de Bernard Tomic lors de son match du premier tour n’était pas à la hauteur des standards professionnels attendus. Par conséquent, une amende du montant maximal de 45.000 livres lui a été infligée », écrit le tournoi dans un communiqué.

Le joueur âgé de 26 ans peut faire appel auprès du directeur du Grand Slam Board, le conseil qui chapeaute les quatre tournois du Grand Chelem.

Tomic (96e mondial, 26 ans) s’était incliné en seulement 58 minutes face au Français Jo-Wilfried Tsonga mardi (6-2, 6-1, 6-4), soit le match le plus court des quinze dernières éditions de Wimbledon.

Interrogé à l’issue du match sur son investissement, Tomic n’avait pas souhaité répondre.

« Je crois que j’ai joué du mieux que je pouvais. C’est juste que j’ai affreusement mal joué et qu’il a servi 24 aces » (21 en réalité, ndlr), avait ensuite répliqué le joueur de 26 ans, interrogé sur la possibilité d’une amende pour un éventuel manque d’effort.

Tomic avait été condamné pour avoir feint une blessure en 2017, lors d’une défaite face à l’Allemand Mischa Zverev.

Peu après, le tennisman avait déconseillé aux jeunes de se lancer dans une carrière professionnelle, qualifiant son sport de « corvée ».

Le miracle du pois jaune

Depuis quelques années se dessine un intérêt net pour la protéine de pois jaune. Un rapport de Grand View Research, publié en mars dernier, évoque un marché de près de 315 millions…
Anne Carole Nilsson