International
22H16 - mercredi 17 avril 2019

Pérou : un ancien président se suicide…

 

Avant son arrestation dans le cadre de l’enquête sur le scandale de corruption Odebrecht, Alan Garcia, l’ancien président de la République du Pérou, a mis fin à ses jours en se tirant une balle dans la tête. Retour sur cette journée tragique.

Ce mercredi 17 avril au matin, la police s’est présentée au domicile de l’ancien président de la République du Pérou, Alan Garcia. Ce dernier, qui devait être arrêté dans le cadre de l’enquête sur le scandale de corruption Odebrecht, a demandé à parler à son avocat. Alan Garcia s’est réfugié dans sa chambre puis il s’est tiré une balle dans la tête.  « Il est entré dans sa chambre et a fermé la porte derrière lui. Quelques minutes plus tard, une détonation a été entendue », a expliqué Carlos Moran, le ministre de l’Intérieur, dans une conférence de presse.

Transporté dans un état critique à l’hôpital Casimiro Ulloa de Lima, Alan Garcia est décédé malgré les efforts des médecins pour le réanimer. Président à deux reprises (de 1985 à 1990, puis de 2006 à 2011), Alan Garcia, a été accusé d’avoir reçu de l’argent du groupe brésilien Odebrecht, à l’occasion de la construction d’une ligne de métro dans la capitale.

Sur Twitter, Martin Vizcarra, l’actuel chef de l’Etat, a affirmé se sentir « consterné par le décès de l’ex-président Alan Garcia ». Je transmets mes condoléances à sa famille et à ses proches», a-t-il ajouté.

 

Guillaume Asskari

Chroniqueur Amériques latines

Journaliste, Chroniqueur « Amériques latines »

Hommage à Desmond Tutu

Emmanuel de Reynal rend hommage à l'archevêque et au militant pour les Droits de l'Homme Sud-Africain, Desmond Tutu, décédé le 26 décembre 2021.
Emmanuel de Reynal

سيف الإسلام القذافي على وشك إعلان ترشحه، هل سيكون هو الأبرز للرئاسيات في ليبيا؟ افتتاحية ميشال تاوب

إذا تم عقد مؤتمر دولي آخر عن ليبيا اليوم في باريس، بعد « برلين » و « روما » والعديد من العواصم الأخرى، فمن الممكن أن لا يعقد هذا الحدث لاحقا في العاصمة الفرنسية بل في…
Michel Taube

Libye : la démocratie ou la guerre

Le Président Emmanuel Macron, accueille, ce 12 novembre, à Paris, une énième Conférence sur la Libye. Encore une conférence de la dernière chance ? Peut-être, car il ne pourrait demeurer qu'une alternative à son échec : la guerre.
Michel Scarbonchi