Monde / World
France /
08H59 - mercredi 5 décembre 2018

« Je conduis, donc je suis » : la tribune de Stéphane Attal

mercredi 5 décembre 2018 - 08H59

Stéphane Attal explique comment les entraves à la mobilité sont génératrices de révoltes populaires, de la Révolution françaises aux gilets jaunes.

Les annonces d’Edouard Philippe en réponse aux gilets jaunes, principalement axées sur la voiture et le carburant, résonnent en écho à cette tribune de Stéphane Attal : on ne peut mettre la France « en marche » en empêchant les Français de se déplacer. Mais suffira-t-elle à calmer la colère des Français ?

Les évènements extrêmement graves qui se passent actuellement en France et ce week-end à Paris donnent une image consternante de notre pays à l’étranger, et, encore plus grave, sont le révélateur d’une fracture sociale, fiscale et territoriale dont nos dirigeants n’ont pas pris la mesure.

Quand on s’autorise à profaner les symboles de la république, du pays, comme l’Arc de Triomphe et la tombe du soldat inconnu, on installe un climat insurrectionnel qui reprend les codes de la Révolution Française à l’ère du digital.

Les Gilets Jaunes ne sont pas autre chose que la version 2.0 du Tiers État. Or quand on revisite l’histoire, on se rend compte que la mobilité était déjà au cœur du problème des insurgés révolutionnaires de 1789.

On ré-entend à nouveau les expressions révolutionnaires : cahiers de doléances, Etats généraux. La révolution française avait consacré cet idéal de mobilité sociale mais aussi géographique car, avant de prendre la Bastille, les insurgés avaient commencé par incendier les barrières d’octroi pour pouvoir circuler sans taxes.

Il est incroyable de constater que plus de 200 ans après, on retrouve les mêmes codes, les mêmes clivages. On les appelait les provinces, maintenant ils se nomment les territoires.

Emmanuel Macron avait promis de remettre la France en Marche.

Taxer le diesel, c’est empêcher les Français de bouger pour travailler.

En mettant la mobilité au cœur de son programme, il a immobilisé les Français qui pour travailler ne doivent pas traverser la rue, mais les territoires.

Taxer le carburant, c’est frapper la France qui travaille, qui fait bouger les lignes, qui « traverse la rue » pour travailler, créer de la croissance, améliorer son pouvoir d’achat.

La possibilité de se mouvoir seul au volant se confond avec l’idéal de liberté.

Jean Pierre Raffarin avait le premier, conceptualisé la France d’en bas et la France d’en haut mais force est de constater que ce clivage s’est accentué depuis près de 20 ans.

L’incompréhension est désormais totale entre les Français et leurs dirigeants.

Emmanuel Macron fait une intervention télévisée un mardi matin à 11 h à l’attention des gilets jaunes et de tous les Français. Une heure de philosophie politique pour des gens qui travaillent à la même heure. Où est la cohérence ? où est le maître des horloges ? Depuis le mois de Juillet, et l’affaire Benalla, il a clairement perdu le contrôle de sa communication et la puissance de ses réformes n’est plus audible aux yeux de la majorité des Français.

Les casseurs ne représentent pas les Français. Ceux-ci ont besoin d’amour !

Il faut avoir la force de voir plus loin que les images de chaos. Il ne faut pas chercher à calmer des gens en colère, il faut leur montrer de la compassion, de la présence bienveillante. On ne va quand même pas transformer le jour de Noël en jour de scrutin !

Emmanuel Macron a commencé son mandat par deux erreurs symboliques majeures qui le poursuivront jusqu’au bout : la fin de l’ISF et la baisse des APL.

En clair, il a fait un cadeau aux riches et taxé les jeunes.

Il a pulvérisé les partis traditionnels, anesthésié les syndicats, il n’y a plus de corps intermédiaires et il est donc en prise directe avec le peuple, alors qu’il dispose de 400 000 marcheurs tétanisés qui ne demandent qu’à l’aider à transmettre son message.

La posture jusqu’auboutiste des dirigeants empêchent leur base d’être entendue.

Pourquoi Macron aurait-il moins de courage que Chirac ? Celui-ci a retiré sa loi sur le CPE et a instantanément stoppé les manifestations et ramené le calme dans le pays.

C’est l’heure de vérité, Monsieur le Président : soit vous resterez dans l’histoire comme la plus grande déception de la VèmeRépublique, soit comme le héros qui a fait de la France le cœur de l’Europe du XXIèmesiècle. Pour cela il vous faut le peuple, Aimez-le, montrez le lui, il vous le rendra.

 

Stéphane Attal 

Co-fondateur des Influenceurs (groupe Repeat)