Monde / World
Monde /
10H38 - jeudi 20 septembre 2018

Monsieur Trump, mieux vaut un tapis de panneaux solaires et d’éoliennes qu’un mur contre les migrants dans le Sahara. L’édito de Michel Taube

jeudi 20 septembre 2018 - 10H38

Monsieur le Président des Etats-Unis, selon The Guardian, vous avez suggéré au ministre des affaires étrangères de l’Espagne de construire un mur pour stopper la progression des migrants d’Afrique vers l’Europe.

Avez-vous demandé aux autorités marocaines et algériennes ce qu’elles en pensent ? Les murs ne sont jamais des solutions et l’histoire, au moins celle du rideau de fer et du mur de Berlin, nous montre qu’ils sont bien plus fragiles que ce que l’on croit. Votre mur à la frontière mexicaine réglera-t-il la pression migratoire que vous connaissez au sud des Etats-Unis ?

En revanche, puisque vous évoquez le Sahara, votre bon conseil nous rappelle que « le grand désert », barrière naturelle au nord de l’Afrique, pourrait être utile au règlement des conflits qui montent avec le réchauffement climatique. Régulièrement, revient cette idée de tapisser le Sahara, cette bande de 5000 kms, de millions de panneaux solaires et d’éoliennes, ce qui permettrait, selon certaines études, de couvrir l’ensemble des besoins énergétiques de la planète et de reverdir le Sahara.

Il y a vingt ans, un célèbre réassureur avait déjà publié une étude en ce sens et la célèbre revue Science vient de confirmer que ce serait possible techniquement.

Les compétences existent : le Maroc par exemple est très avancé avec les centrales Nour qui se développent dans le royaume chérifien. Et la situation mondiale d’accélération des dérèglements climatiques exige que la communauté internationale se donne des projets à la mesure de la catastrophe annoncée…

Alors, Monsieur Trump, plutôt que des idées qui divisent, make our planet great again et mettez-vous autour d’une table avec vos homologues dans le monde pour engager un tel projet herculéen. La France, qui présidera le G7 l’an prochain et l’accueillera à Biarritz à l’été, pourrait prendre ce projet à son compte…

 

Michel Taube

Directeur de la publication