Monde / World
Moyen-Orient /
16H33 - mercredi 21 mars 2018

Miguel Angel Moratinos : « sur la crise du CCG, laisser l’administration américaine régler seule le problème serait une mauvaise méthode. »

mercredi 21 mars 2018 - 16H33

Miguel Angel Moratinos, ancien ministre des affaires étrangères d’Espagne et ancien Représentant spécial de l’Union Européenne pour le Moyen-Orient a participé à la conférence « In the Middle », bridges and solutions with the Middle East, consacrée à la crise du Conseil de Coopération du Golfe. Entretien.

 

Miguel Angel Moratinos

 

Opinion Internationale : Vous avez été ministre des Affaires étrangères de l’Espagne pendant cinq ans, Représentant spécial de l’Union européenne pour le Moyen Orient et nous voudrions connaître votre lecture de la crise qui secoue aujourd’hui le Conseil de Coopération du Golfe.

Miguel Angel Moratinos : Au Moyen Orient, depuis les accords historiques Sykes – Picot de 1916 et la fin de la première guerre mondiale, il y a malheureusement toujours des crises et l’on ne doit pas être surpris par cette instabilité qui, il est vrai, était plutôt concentrée dans les pays du Machrek et entre Israël et les pays arabes. Le Golfe, la péninsule arabique semblaient être une oasis de stabilité. La crise qui a secoué les Etats membres d’un même club, d’une même institution comme l’est le Conseil de coopération du Golfe peut donc, à première vue, être une surprise. Elle n’a surpris que ceux qui ne suivaient pas le dossier.

Pour comprendre la situation actuelle il est impossible de faire abstraction des enjeux et des défis de la région dans leur globalité. Si on prête attention à ce qui se passe depuis la création du Conseil de coopération en 1981 et je dirais même depuis l’indépendance de ces pays de l’Empire britannique, il y a des rivalités. Ces rivalités apparaissent et se croisent dans la formulation de politiques communes au sein du Conseil de Coopération. Il ne faut donc pas se limiter à une explication superficielle. Il n’y a pas une cause unique qui puisse expliquer pourquoi du jour au lendemain on coupe les relations diplomatiques, on ferme des ambassades, on interdit le survol aérien. Ce sont des mesures très fortes. Mais dans le fond, il y a des visions, des attitudes, des perspectives que n’arrivent pas à concilier les différents partenaires, le Qatar et les autres pays du Conseil.

 

Il est reproché de façon récurrente au Qatar de soutenir certains mouvements extrémistes – des Talibans au front Al Nosra ou aux Frères musulmans. En même temps, Robert Corker, président de la Commission des Affaires étrangères au Sénat américain, déclarait il y a peu « le montant des soutiens au terrorisme de la part de l’Arabie saoudite ramène le Qatar au rang de nain en la matière ». Au-delà de la guerre des mots, quelle est votre perception de la réalité ?

La vérité, c’est qu’on a joué avec les appuis et les soutiens des uns et des autres. Il y a un moment où il faut dire non à toute proximité avec le terrorisme et il faut mettre les points sur les I. Le radicalisme djihadiste, qui a permis la création de Daesh et de toutes ces nouvelles franchises islamico-radicales, doit être stoppé. Le Qatar, mais ils ne sont pas les seuls dans la région, s’est trouvé dans un certain flou vis-à-vis de ce que l’on pourrait appeler l’islamisme radical. Mais ces contentieux peuvent être traités aujourd’hui si on les aborde d’une façon positive et si on les inscrit dans une perspective nouvelle de paix et de prospérité pour la région.

 

On prête à Donald Trump et à l’administration américaine la volonté de régler le conflit lors d’un prochain Sommet Etats-Unis – Conseil de coopération…

Il y a là des éléments de contradiction. D’un côté, il y a des analyses qui disent que cette crise a été ourdie lors du Sommet à Riyad lorsque Donald Trump a participé au Sommet du Conseil et que, soudain, s’est produite cette réaction de l’Arabie saoudite et de ses amis les plus proches. En même temps, on constate que les Américains entretiennent la plus grande base militaire de la région sur le territoire du Qatar à quelques kilomètres de Doha. Ce n’est pas d’aujourd’hui que les Etats-Unis disposent de cette base et ce n’est pas d’aujourd’hui non plus que le Qatar a encouragé le dialogue avec les Talibans et qu’il recevait les groupes djihadistes du Mali ou les soi-disant opposants syriens…

 

De votre point de vue, cette crise est-elle dangereuse ?

Elle est dangereuse parce qu’elle affaiblit l’unité du monde arabe. J’ai suivi pendant trente ans l’évolution du monde arabe et jamais, je dis bien jamais, je n’ai pu voir une telle fracture, une telle fragilisation du monde arabe. La crise est dangereuse parce qu’au moment où le monde arabe devrait être uni, soudé, pour s’engager dans un processus de modernisation à sa façon, on voit la division interne, la fragilisation des structures politiques et étatiques. La crise du Golfe est un exemple très grave de l’état de la famille arabe d’aujourd’hui.

 

On constate que le blocus du Qatar n’a pas porté ses fruits. Est-ce que vous pensez que cet échec est de nature à entraîner une escalade côté saoudien ?

Je ne crois pas qu’il y aura d’escalade. Il faut tous travailler pour le dialogue et pour la mise en œuvre de mesures de confiance. Le temps est venu de faire travailler la diplomatie car elle est la seule à pouvoir apporter une solution à ces problèmes qu’il faut poser sur la table pour identifier où se trouvent les difficultés. Il faudra ensuite proposer des mesures de confiance qui facilitent les rencontres et les solutions au problème. Les Etats-Unis sont un acteur principal dans ce cadre.

 

Et l’Union européenne ?

L’Union européenne peut jouer un rôle, mais malheureusement nous avons été trop timides dernièrement. Le président français peut jouer un rôle. Il l’a montré dans la dernière crise de la région entre le Liban et l’Arabie saoudite. La France et son gouvernement ont aujourd’hui d’excellents contacts et une capacité diplomatique qu’ils n’avaient pas auparavant. Comme Européen, je crois qu’il est nécessaire que la France mène l’action européenne et c’est aussi mon avis en tant qu’ancien représentant de l’Union européenne au Proche-Orient parce que j’ai constaté le poids et l’influence de toute l’Europe unie. Si l’Europe se mettait en marche, pour utiliser une expression qui plaît à votre président, on pourrait faire bien des choses. Pour autant, il ne faut pas qu’on revienne à cette vieille vision franco-britannique de Sykes-Picot. Non, l’Union européenne d’aujourd’hui doit être consciente des énormes enjeux du dossier. Enjeux sécuritaires, économiques, énergétiques et surtout de déterminer quels rapports on veut avoir avec le monde arabo-musulman. Et là on ne peut pas revenir à un appui à l’Islam politique, pourtant soutenu un moment par les Etats-Unis et l’Europe, jusqu’à ce que l’on se rende compte que cet Islam politique n’apportait pas les solutions au monde arabe. Il faut respecter la façon de faire de chaque régime.

 

Quel regard portez-vous sur la politique étrangère de l’Espagne au Moyen-Orient aujourd’hui ?

Le fait que l’Espagne soit une monarchie lui donne effectivement une capacité d’action particulière dans la relation avec ces pays. Je l’ai vu avec S.M. Juan Carlos 1er. Et c’est le cas aujourd’hui avec S.M. Felipe VI. Mais l’Espagne toute seule ne peut pas agir. L’Espagne, la France, l’Union européenne peuvent jouer ensemble un rôle de médiation avec le Koweït dont l’Emir, que je connais, est très respecté.

Comme dans toute médiation il faut que l’autorité du médiateur soit forte et que sa légitimité soit soutenue par d’autres. C’est comme cela que le Koweït peut avancer dans le processus de déminage de la situation pour arriver ensuite à une solution. Laisser l’administration américaine régler seule le problème serait, de mon point de vue, une mauvaise méthode. On n’est plus au début du XXème siècle, avec la Pax Americana. La situation est bien plus complexe. Ce n’est pas la faute des Etats-Unis si les pays arabes vivent encore beaucoup sur cette vision des rapports privilégiés avec Washington. Or, le pacte de la famille Saoud avec le président Roosevelt, Oil for Security, is gone. C’est fini. Il appartient au passé. On doit créer un nouveau pacte et ce pacte doit s’élargir à d’autres acteurs. Il y a l’élément terrorisme, il y a la relation avec l’Iran, avec Israël, alors pourquoi ne pas voir plus large ? C’est là que l’apport de l’Europe pourra être bénéfique pour la solution de tous ces problèmes.

 

Propos recueillis par François Vuillemin, conseiller éditorial d’Opinion Internationale