Monde / World
France /
20H12 - vendredi 17 novembre 2017

La Refondation est-elle vraiment en marche là où tout le monde l’attend ? La tribune de Régis Passerieux et Philippe de Roux.

vendredi 17 novembre 2017 - 20H12

Pendant que La République En Marche tient son premier Congrès dans la région lyonnaise, un nouveau mouvement politique, Refondation, sera lancé au même moment à Paris les 18 et 19 novembre 2017. A cette occasion, Opinion Internationale publie la tribune de Régis Passerieux et Philippe de Roux, respectivement Secrétaire Général et Porte-parole de Refondation.

Un nouveau mouvement politique est né : Refondation a vocation à faire émerger un projet qui devienne majoritaire mais aussi alternatif.

Un projet qui est alternatif à une économie en surchauffe financière fondée sur la servitude de la surconsommation, la ruine écologique, la drogue du surendettement public et privé, l’évasion fiscale pratiquée de manière organisée par des élites indifférentes et par nos grandes entreprises.

Un projet qui combattra la dissolution des liens de fidélité dans un travail dont le sens est trop souvent incertain ; un refus de l’impasse d’une vision individualiste de la personne humaine, dont les désirs sans limite sont légitimes pourvu qu’il y ait un marché : cette vision conduit à la marchandisation de la vie, de lourdes failles éthiques, sources de précarité, et la mise au rebus des anciens.

Il faut dire stop à un esclavage de la technique, une âpreté et une peur dans les rapports sociaux entre nos concitoyens, une injustice grandissante dans les moyens d’agir et une mise hors-jeu de tout un peuple des périphéries, confiné dans des trappes de désespérance.

La fausse solution des replis identitaires de tous poils est la conséquence logique de ces choix et de ces accommodements.

En effet, les politiques actuellement menées ne correspondent pas aux aspirations profondes des Français. Les Français basculent dans l’identitaire parce qu’ils n’arrivent pas à trouver un chemin raisonné et clair. On voit la soif de ceux qui vont chez Mélenchon, à Sens Commun, et même parfois, ceux qui ont voté Macron qui sont dans un identitaire technocratique (ils pensent que la France doit s’adapter au monde globalisé). Tous ces identitaires se renforcent les uns les autres. Les Français attendent une voie de sagesse et de modernité qui permette de retrouver du lien.

Refondation est une alternative au basculement identitaire généralisé.

Avec d’abord, une toile de fond :  l’écologie humaine. Il faut retrouver une société du lien et de l’engagement en reconstruisant des repères et en s’enracinant. Nous voulons établir de nouvelles règles du jeu. L’homme est une personne reliée, solidaire et engagée, responsable de l’autre et du bien commun. Nous souhaitons recréer des espaces de communication, restaurer le respect de la vie…

Notre deuxième axe, c’est de changer de moteur économique. Nous voulons mettre en place un entrepreneuriat fécond qui s’appuie sur l’intelligence du travail dans une économie de la réciprocité, qui combine de manière équilibrée capital, richesse sociale et biens naturels. Nous voulons établir de nouveaux indicateurs dans lesquels le capital et le travail ne soient plus évalués comme ils le sont aujourd’hui, en fonction de la productivité uniquement financière.

Enfin, nous proposons une rupture en matière de méthode politique. Nous devons reconstruire la nation et l’Europe en leur redonnant un sens communautaire, meilleur vaccin contre le communautarisme. La nation doit redevenir un maillage de communautés de territoires, de partages de projets vivants, d’entreprises, de solidarité, de proximité, qui se relient, se passent le message, collaborent. Nous devons rebâtir l’Europe sur ce même modèle.

Nous considérons qu’il y a urgence à construire un projet de société positif, enraciné et rassembleur : la France sera un des lieux privilégiés du post-libéralisme, comme le pense Phillip Blond, théoricien de la « Big Society ».  Car dans notre pays, ce sentiment d’urgence d’une bifurcation raisonnable est de plus en plus partagé au sein de la population, par des personnes venues (alors que les vieux clivages cèdent) d’horizons très divers. Le temps est venu de les rassembler tout à la fois dans des communautés de base entreprenantes et dans un mouvement politique à vocation majoritaire, équivalent à celui que suscita, à l’après-guerre, le programme du Conseil National de la Résistance.

 

Régis Passerieux et Philippe de Roux, Secrétaire Général et Porte-parole de Refondation.

 

Pour aller plus loin : http://www.refondation.fr/

Pour participer au Congrès fondateur de Refondation : http://www.refondation.fr/agenda/lancement-de-refondation-18-19-novembre-paris/