Monde / World
Monde /
10H52 - jeudi 5 octobre 2017

L’agenda culturel engagé d’octobre 2017

jeudi 5 octobre 2017 - 10H52

Nous et les Autres – des préjugés au racisme

Jusqu’au 8 janvier 2018 à Paris, Musée de l’Homme

En France, le Musée de l’Homme de Paris, sous le patronage de l’UNESCO, témoigne de son engagement citoyen avec l’exposition “Nous et les Autres – des préjugés au racisme”. Avec une approche sociale et rationnelle, le Musée nous invite à comprendre pourquoi la peur et la haine de l’autre font si fréquemment, et violemment, surface. Une sortie familiale à ne pas dédaigner : adolescents ou expérimentés, tout le monde en tirera des leçons…

Informations pratiques.


Andres Serrano

Du 7 octobre 2017 au 14 janvier 2018 à Paris, Petit Palais

Le Petit Palais expose, à partir de cette semaine, une quarantaine d’œuvres de l’artiste-photographe américain Andres Serrano, renommé pour ses sujets symboliques et percutants. En 2014, avec la série Residents of New York, l’artiste invitait ses concitoyens à arrêter d’ignorer les plus de 60.000 sans-abri de la métropole.

Ces derniers quinze ans, le chiffre a augmenté de 70%, dans une générale apathie de ceux qui les croisent tous les matins. «Mon intention était de les photographier dans la rue, comme on peut les voir – ou non! – tous les jours. Même si ils sont là, la plupart des gens ne les voit plus», expliquait l’artiste.

Informations pratiques.


OBEY – L’art propagande de Shepard Fairey

Jusqu’au 13 janvier 2018 à Montpellier, espace Pierresvives

Vous avez peut-être apprécié ses fresques coloriées à Paris avec une impression de déjà vu… Les œuvres de Shepard Fairey ne passent jamais inaperçues, surtout en raison des symboles qu’elles évoquent. Parmi les street artists de renommée globale (seul Banksy le devance), l’artiste américain est apprécié pour son activisme politique et culturel (honneur rare dans le milieu).

Le monde l’a connu, sans le savoir, à travers le portrait historique qu’il a réalisé pour Barack Obama en 2008, immédiatement devenu symbole de la victoire électorale du premier Président afro-américain des États-Unis.

Pour l’inauguration de la Présidence Trump, il n’a pas hésité à glorifier le peuple américain dans toute sa diversité. Jusqu’au 13 janvier 2018, les Français pourront enfin apprécier l’ensemble de son parcours artistique, grâce à une exposition comptant plus de 250 œuvres à l’espace Pierresvives de Montpellier.

Informations pratiques.


Mémoire augmentée, la nouvelle dimension de l’histoire

À partir du 27 septembre à Mayenne, Mémorial des Déportés de la Mayenne, 

Pour les cinq ans de sa fondation, le Mémorial des Déportés de la Mayenne inaugure une nouvelle dimension de la mémoire. En passant une tablette devant les objets exposés, les visiteurs pourront à présent connaître les conditions de détention auxquelles étaient soumis les déportés pendant l’occupation allemande.

Informations pratiques.


Revue des meilleurs documentaires internationaux

du 10 au 15 octobre 2017 à Rome, Palazzo delle Esposizioni (Sala Cinema)

Si vous passez par Rome à la mi-octobre, ne ratez pas l’événement organisé au Palais des Expositions par la revue Internazionale, qui diffuse le meilleur de la presse étrangère auprès du grand public italien. Un tour d’horizon de l’actualité mondiale vous est proposé avec la projection d’une dizaine de documentaires (tous en entrée libre, dans la limite des places disponibles). De l’homophobie des évangéliques au Brésil, à la xénophobie en Finlande, en passant par le Brexit et l’exploitation des travailleurs étrangers au Qatar en vue de la coupe FIFA de 2022… Le programme offrira certainement des occasions de réflexion, bien à l’abri du pluvieux mois d’octobre de la capitale italienne (et à 10 minutes de la gare centrale “Termini”).

Informations pratiques.


Banksy, voix de l’irrévérence artistique 

Le mystérieux artiste (ou collectif?) Banksy, basé en Angleterre et célèbre pour l’irrévérence politique de ses graffitis et murales, continue de faire parler de lui. Il a voulu léguer les profits (230.000 €) de la vente aux enchères de sa dernière œuvre, Civilian Drone Strike, aux associations Campaign Against Arms Trade, qui milite pour l’abolition du commerce international d’armes et Reprieve, contre la peine de mort, les exécutions et détentions sommaires.

D’autant plus provocateur que la vente était organisée parallèlement à la Defence and Security Equipment International, foire qui rassemble tous les deux ans les entrepreneurs des “usines à guerres”. 

Dernièrement, Banksy rendait également hommage au graffeur-peintre américain Jean-Michel Basquiat, que le Barbican Centre de Londres célèbre en ce moment avec une sélection d’une centaine d’œuvres (jusqu’au 28 janvier 2018).

Sélection par Gabriel Di Battista. Remerciements à Vincent Monney et Christophe Lyard (Futuria Production).

Journaliste