Monde / World
Monde /
12H33 - vendredi 12 août 2016

Dominique Attias, Vice-bâtonnière de Paris, réagit à l’assassinat d’un Bâtonnier au Pakistan

vendredi 12 août 2016 - 12H33
Bilal Anwar Kasi - Crédit photo : dailypakistan.com

Bilal Anwar Kasi – Crédit photo : dailypakistan.com

Lundi 8 août, Bilal Anwar Kasi, Président du Barreau du Balouchistan, a été assassiné à Quetta dans la province du Balouchistan au Pakistan. Quelle est votre réaction ?

Crédit photo : Edouard S Loop, Wikimedia Commons

Dominique Attias – Crédit photo : Edouard S Loop, Wikimedia Commons

Nous avons publié un communiqué dans le cadre de l’Observatoire international des avocats en danger, dont le Barreau de Paris est co-initiateur. Ce drame nous rappelle que les avocats sont porteurs et défenseurs des libertés de ceux qui ne peuvent plus s’exprimer. De manière générale, en Chine, au Burundi et ailleurs, la seule sauvegarde, c’est de s’unir et de faire réagir nos gouvernements.

En Amérique du Sud, les avocats kidnappés, torturés, assassinés dont on ne retrouve que rarement les meurtriers sont en grand danger. Tout cela démontre à quel point l’avocat est en danger, y compris, dans une société qui se veut démocratique.

 

A Quetta, un deuxième attentat a fait 70 morts quelques heures plus tard, principalement des avocats et des journalistes…

Les journalistes et les avocats portent l’information et la parole. Ces professions ne sont pas étanches, avocat et journaliste doivent de protéger l’un l’autre et avoir des stratégies communes pour ne pas faire le jeu des gouvernements ou de groupes du type de Daesh. Les médias ont une lourde responsabilité, surtout quand ils sont muselés dans nos sociétés et menacés par la crise économique.

Que les moyens de pression soient visibles ou invisibles comme le retrait de la licence pour certains avocats en Chine, nous ne devons pas transiger sur les valeurs des métiers d’avocat et de journaliste. Ces métiers, on ne les choisit pas par hasard.

 

Propos recueillis par Stéphanie Petit

Journaliste