Monde / World
Europe /
13H35 - vendredi 24 juin 2016

Brexit : l’Union européenne touchée, Cameron coulé

vendredi 24 juin 2016 - 13H35

Les résultats sont tombés : les Britanniques ont voté pour leur sortie de l’Union européenne. Cette décision bouleverse bien plus que l’Europe. Mais elle renverse surtout la carrière d’un homme : David Cameron.

Crédit photo : DFID - UK Department for International Development, Flickr CC

Crédit photo : DFID – UK Department for International Development, Flickr CC

Durant la campagne du Brexit, le Premier ministre David Cameron, qui s’était engagé en faveur du maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne, avait affirmé que l’issue du référendum ne changerait rien à son rôle politique à la tête du pays. Pourtant, ce matin, sa vie politique a basculé. Dès l’annonce officielle des résultats, il a annoncé sa décision de démissionner sous trois mois.

Durant son mandat, David Cameron s’est illustré par son art de la cohabitation. Clairement, il n’est pas l’homme de son parti. Son appartenance à la classe privilégiée anglaise lui a attiré bon nombre de détracteurs chez les conservateurs. Néanmoins, il a su avec brio s’allier à d’autres courants politiques. Le Royaume-Uni se souviendra notamment de sa coalition avec Nick Clegg et les libéraux démocrates. Ses dernières prises de position en faveur du Remain l’ont plus isolé encore parmi les conservateurs.

Le pari d’un référendum était risqué, mais David Cameron l’a tenu jusqu’au bout. Après avoir offert à l’Écosse il y a deux ans la possibilité de décider de son futur, il a renouvelé l’exercice démocratique dans tout le Royaume Uni, au prix, cette fois, de sa carrière.

Il ne lui reste désormais qu’à en assumer les conséquences face au conseil européen, qui se réunira dès la semaine prochaine. Quant à la gestion de la sortie de l’Union européenne, il a déclaré préférer laisser son successeur s’en charger, estimant avec l’humilité du défait « ne pas avoir les épaules pour mener le pays vers cette nouvelle destination ». Ces trois mois seront sans doute consacrés à essayer de sauver ce qu’il peut des valeurs qu’il a défendues durant son mandat et sa campagne.