Monde / World
Monde /
12H58 - mercredi 15 juin 2016

Entretien avec Loïc Tribot La Spière, directeur du CEPS (Centre d’étude et de prospective stratégique)

mercredi 15 juin 2016 - 12H58

Il nous reçoit dans son cabinet d’étonnement, un bureau comme on n’en trouve plus, un lieu de vie où se côtoient œuvres d’art et objets singuliers qui l’ont étonné dans ses pérégrinations de par le monde. L’homme est comme son bureau : créateur d’étonnement ! À la tête d’un des think tanks (il n’aime pas le mot) les plus influents de Paris (et bien au-delà).

Entretien avec Loïc Tribot La Spière, directeur du CEPS.

IMG_1662

Loïc Tribot La Spière – Crédit photo : Michel Taube

Comment définiriez-vous le CEPS ? Un think tank de plus ?

Nous sommes plutôt une société de pensée humaniste forte de trente-et-une années d’expérience et de nos 930 membres issus de cinquante nations ! Nous bénéficions également du statut d’organisation internationale non gouvernementale qui nous permet de rayonner auprès de nombreuses institutions internationales et nationales.

Nous rassemblons un noyau solide et soudé d’acteurs et de leaders de la société civile actifs dans les débats qui animent le monde. Notre méthodologie, l’esprit de nos travaux permettent d’accoucher d’analyses techniques et opératives qui paradoxalement « décomplexifient le complexe » et apportent à nos membres une aide précieuse à la décision.

 

Quelle est votre valeur la plus forte ? La liberté ?

La liberté certainement. L’homme a-t-il besoin d’être encadré, dirigé ? Non. L’homme a-t-il besoin d’être communisé ? Non. L’homme a-t-il besoin d’être libre ? Oui. On ne peut bâtir sans liberté ! Mais permettez-moi d’insister sur une autre valeur qui nourrit la liberté des hommes : personnellement et avec nos membres, nous aimons cultiver cette faculté essentielle qu’est l’étonnement ! Vous êtes ici dans un cabinet d’étonnement. Nos clubs produisent des notes d’étonnement qui invitent nos membres à bousculer les conservatismes. Les décideurs sont à la recherche d’étincelles qui allument leur regard et celui des femmes et des hommes qui les entourent et qu’ils managent au quotidien. Cette faculté aide à décloisonner les enjeux et les solutions. Dans le même esprit, la culture, toujours présente dans les activités du CEPS, nous aide à réenchanter le monde qui en a bien besoin.

 

Une question au cœur de l’actualité : que pensez-vous du Brexit ?

Au-delà de ce que l’édifice institutionnel et la puissance économique ont à perdre, si l’Union européenne perd la Grande-Bretagne, qui d’autre en Europe défendra une position libérale ?

Vous tenez le 20 juin le dîner des œillets, le grand rendez-vous annuel des membres et amis du CEPS. Quelle en sera la thématique ?

« Incarnons, vivons et exprimons les complémentarités de nos différences. » C’est la liberté qui crée la différence, la diversité. Et nous nous enrichissons de nos complémentarités…

Directeur de la publication