Monde / World
Asie /
10H37 - lundi 14 mars 2016

Une semaine en Inde (du 7 au 14 mars 2016)

lundi 14 mars 2016 - 10H37

Budget 2016 : Une session parlementaire importante pour les élections à venir

La session parlementaire s’étendra jusqu’au 18 mai et sera décisive pour les élections à venir - Crédit photo : Sarvagnya / Wimedia Commons

La session parlementaire s’étendra jusqu’au 18 mai et sera décisive pour les élections à venir – Crédit photo : Sarvagnya / Wimedia Commons

C’est une nouvelle session parlementaire qui s’ouvre – ou plutôt un marathon législatif. Pas moins de 16 lois doivent être votées par le Parlement d’ici le 13 mai. Mais après des semaines tendues par de nombreuses contestations, le risque d’un surplace est réel – au point que le président Pranab Muckerjee a dû s’exprimer : « J’appelle les membres du Parlement à prendre leurs responsabilités et à travailler dans un esprit de coopération. Œuvrons ensemble à la prospérité de l’Inde. »

Les mesures importantes de cette session ? L’effort budgétaire en faveur de l’agriculture (voir plus bas), la loi harmonisée sur les biens et les services, connue sous le sigle GST (Good and Service Taxes) et encore bloquée à la Chambre haute, où le principal parti d’opposition, le Congrès, conteste le texte. Cette mesure est pourtant très attendue des investisseurs et pourrait augmenter de 2 points la croissance indienne, en créant un marché intérieur unique. Enfin, les infrastructures sont la troisième priorité de ce budget assez explicitement électoraliste. Le gouvernement, qui construit actuellement 100 kilomètres de routes par jour, a ainsi annoncé : « Au total, 85 % des projets routiers actuellement bloqués vont être relancés ».

Comment financer de telles dépenses ? Les taxes sur les voitures de luxe, le tabac, les billets d’avion, les vêtements de marque vont être augmentées – une hausse qui concerne donc très principalement la classe moyenne urbaine. Les patrons des grandes entreprises vont devoir également s’acquitter d’une hausse de taxe sur les dividendes. « Très clairement, ce budget est une mauvaise nouvelle pour la classe moyenne urbaine, mais aussi pour les riches qui vont subir des hausses d’impôts (12 à 15 % pour la dernière tranche) », soulignait, lundi, le quotidien Times of India.

 

Budget 2016 : Modi promet une électrification totale de l’Inde et double les revenus des agriculteurs

http://www.courrierinternational.com/depeche/linde-veut-doubler-les-revenus-de-ses-agriculteurs-dici-2022.afp.com.20160229.doc.8c0xh.xml?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1456731042

La différence de modes de vie, entre villes et campagnes, considérable, est un enjeu crucial pour le gouvernement s’il veut définitivement sortir l’Inde du sous-développement - Crédit photo : Ipsita Kabiraj

La différence de modes de vie, entre villes et campagnes, considérable, est un enjeu crucial pour le gouvernement s’il veut définitivement sortir l’Inde du sous-développement – Crédit photo : Ipsita Kabiraj

Parmi les émeutiers de la semaine dernière, demandant des réservations dans les universités, figuraient les Jats, communauté d’agriculteurs et de propriétaires terriens. Les dernières élections dans l’État du Bihar, un des plus grands et pauvres du pays, ont marqué également un tournant, confrontant le Premier ministre Modi à une défaite cuisante. De nouveaux scrutins, dans d’autres États, sont à venir. Quel est le point commun entre les différents acteurs d’une contestation qui s’accentue ? Ils viennent tous d’un milieu rural, qui rassemble aujourd’hui 120 millions d’agriculteurs et 145 millions de travailleurs journaliers, selon le dernier recensement qui date de 2011. L’écart de développement entre villes et campagnes demeure abyssal, alors que plus de la moitié de la population indienne vit en milieu rural – et semble devenir le nouveau cheval de bataille du gouvernement.

Narendra Modi veut donc doubler le revenu des agriculteurs au cours des cinq prochaines années, et promet d’électrifier tous les villages d’ici mai 2018. Cette annonce a été faite par Arun Jaitley, ministre des Finances, lors de la présentation du budget 2016-2017. « Nous sommes reconnaissants envers nos agriculteurs parce qu’ils sont la colonne vertébrale de la sécurité alimentaire de notre pays, a clamé le ministre devant le Parlement. Nous devons redonner à nos agriculteurs l’assurance d’une sécurité sur leurs revenus. » Ces mesures vont se voir allouer une enveloppe de 877,6 milliards de roupies, soit 12,7 milliards de dollars. La décision d’une électrification totale, d’ici 2018, est particulièrement significative : 300 millions d’Indiens n’ont pas encore accès à l’électricité.

 

Face à une médecine hors de prix, l’Inde devient la pharmacie du monde

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/03/04/24700-ces-occidentaux-qui-partent-se-faire-soigner-bas-prix-inde

Crédit photo : Morgane File / Wikimedia Commons

Crédit photo : Morgane File / Wikimedia Commons

Son blog est né d’un diagnostic, celui d’une hépatite C, et d’un constat, celui de l’impossibilité de se soigner à cause d’un prix trop élevé. Pour survivre, l’Australien Greg Jefferys a donc décidé de partir en Inde, à Chennai, pour se soumettre à un cycle médical coûtant 900 dollars pour 12 semaines, contre 84 000 dollars aux États-Unis. Aujourd’hui, son blog reçoit des centaines de messages de lecteurs voulant suivre la même voie de guérison. Comment une telle différence peut-elle être possible ?

En Inde, seuls les médicaments vraiment nouveaux et innovants font l’objet d’un brevet. La création de génériques, à prix très compétitifs, est donc devenue une sorte de sport national, donnant à l’Inde un nouveau surnom, celui de « la pharmacie du monde en développement ». Responsable de la campagne d’accès aux médicaments essentiels, de Médecins sans Frontières, Leena Menghaney affirme qu’il s’agit là d’un phénomène de plus en plus courant. « Toutes sortes de gens et de patients dans le monde commencent à avoir accès aux médicaments venant de l’Inde. Ils font le déplacement ou contactent un ami », explique-t-elle. Sur son blog, Jefferys renchérit : « La production indienne de ces génériques de traitements de l’hépatite C sauve des milliers de vies chaque semaine ».

Dès lors, un trafic de ces médicaments à bas prix s’est mis en place. La plupart des pays autorisent l’importation d’une petite quantité de médicaments seulement pour une utilisation personnelle. L’essor de ce trafic, du à l’absence de brevets, semble pour certains constituer une menace pour l’innovation : D’autre part, des « clubs d’achats » s’organisent ou facilitent ce qui pourrait être qualifié de « tourisme médical » s’il ne s’agissait de sauver des vies.

 

L’étudiant qui avait soulevé les foules est libéré

http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/inde-le-mouvement-etudiant-donne-naissance-un-nouveau-leader?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1457108364

Son arrestation pour « sédition » a soulevé des manifestations conséquentes et représente à présent une tache notoire sur l’action gouvernementale. Mais Kanhaiya Kumar a été libéré après trois semaines de prison. Le discours qu’il a aussitôt prononcé dans son université à Delhi, JNU, est unanimement salué par les médias.

Scroll.in, journal en ligne, raconte comment « il a prononcé, au milieu de centaines d’étudiants, un discours remarquable qui a été diffusé en direct », demandant la liberté (Azadi) et dénonçant les fléaux qui barrent la route à celle-ci : la corruption, la faim, les discriminations, le sous-développement. L’étudiant a notamment martelé : « Nous ne voulons pas être libérés de l’Inde, mes frères, nous voulons être libérés en Inde. Libérés de la pauvreté et de l’oppression du système de castes. »

Pour le journal The Hindu, c’est en l’arrêtant que le gouvernement de Modi a donné à l’étudiant une ampleur et un écho dans le pays considérable. « Le discours de Kumar est une révélation. Il a convaincu de nombreux observateurs que le gouvernement Modi, en l’arrêtant, a donné naissance à un nouveau leader. Et les unes des journaux s’en font l’écho. »