Monde / World
Amériques /
10H21 - mercredi 16 décembre 2015

Colombie : le chemin de sortie vers la paix est très proche

mercredi 16 décembre 2015 - 10H21

Après trois ans et demi de pourparlers, le gouvernement colombien et les FARC (Forces Armées Révolutionnaire de Colombie) ont annoncé, depuis la Havane, s’être mis d’accord sur le cinquième point de l’agenda des négociations de paix, qui concerne les victimes du conflit.

L’accord auquel sont arrivés les FARC et le gouvernement Santos ce mardi 15 décembre, qui concerne les victimes, définit notamment les peines qu’encourent les responsables de crimes contre l’humanité (guérilleros). Un système spécial de justice sera créé afin de proposer des peines alternatives à la prison fermée, et des programmes d’amnistie seront mis en place pour les guérilleros qui ont pris les armes mais qui ne sont pas impliqués dans les actions graves de violations du Droit international humanitaire (crimes contre l’humanité, génocide).

En effet, depuis 2012, les délégués des deux parties se sont engagés dans un processus de paix, nommé « agenda pour la paix », qui compte six points : une politique de développement intégrale, la garantie d’une participation politique pluraliste, la mise en place de la fin du conflit, une solution au problème des cultures illicites, les victimes (avec garantie de non répétition, commission spéciale pour identifier et chercher les personnes disparues dans le contexte du conflit, vérité et réparation) et finalement la mise en œuvre, la vérification et la ratification des accords sur les point précédents.

Le 26 septembre 2015, Juan Manuel Santos et le chef des FARC, Timochenko, avaient annoncé aux Colombiens et à l’opinion publique internationale leur souhait de signer un accord définitif sous un délai de six mois, soit au plus tard le 26 mars 2016. Pour le moment, et malgré les critiques envers le processus des négociations de paix venant de différents secteurs politiques du pays, l’obtention d’une résolution négociée du conflit armé interne semble en bonne voie. Il reste aux deux parties à négocier le point 6 de l’agenda des négociations, concernant le désarmement de la ratification de l’accord de paix (mise en œuvre, vérification et ratification).