Solutions 21
Autriche /
11H27 - jeudi 19 novembre 2015

La Basse-Autriche, région modèle de la transition énergétique

jeudi 19 novembre 2015 - 11H27

Les énergies renouvelables représentent actuellement à peine 5% de la consommation totale d’énergie dans le monde. Pourtant, l’objectif 100% énergies renouvelables n’est pas si inaccessible si on s’intéresse à l’exemple de la Basse-Autriche : le Gouverneur fédéral Erwin Pröll a annoncé le lundi 5 novembre dans une conférence de presse que la région avait atteint l’objectif qu’elle s’était fixé il y a 6 ans : assumer 100% de sa consommation d’électricité grâce aux énergies renouvelables.

La Basse-Autriche est la région la plus étendue du pays et compte environ 1,65 millions d’habitants. Elle a atteint cet exploit grâce à un « mix énergétique »-le recours simultané à différents types d’énergie- basé principalement sur l’électricité hydraulique (63%), mais également composé d’énergie éolienne (26%), d’énergie issue de la biomasse, c’est-à-dire des matières organiques (9%) et d’énergie solaire (2%). Comme l’a rappelé Erwin Pröll, le gouvernement de la région a investi près de 2,8 milliards d’euros depuis 2002 dans les énergies renouvelables.

L’importante prise de conscience citoyenne du caractère prioritaire des questions environnementales a également joué un rôle majeur dans cet accomplissement qui a subitement projeté la région sous les feux de la rampe la semaine dernière. Près de 300 000 habitants ont ainsi participé à un programme de transition énergétique local en isolant mieux leur logement afin d’économiser de l’énergie et en installant des panneaux en photovoltaïque.

Le Gouverneur régional a également salué la qualité des formations universitaires régionales, facteur clef dans l’accomplissement de l’objectif selon lui : l’Autriche est par exemple mondialement reconnue pour son expertise dans le domaine bâtiment durable. Mais la Basse-Autriche ne compte pas s’arrêter là : Erwin Pröll a annoncé l’ambition de couvrir 50% des besoins énergétiques de la région (transports et chauffage inclus) grâce aux énergies renouvelables d’ici 2030, objectif trop peu ambitieux pour l’ONG de défense environnementale Global 2000. Il souhaite également faire passer le nombre d’ « emplois verts » de 36000 à 50000 d’ici cette date.

De façon plus générale, l’opinion publique autrichienne fait preuve d’une importante sensibilité aux questions écologiques : le pays où il est (très) rare de descendre dans les rues pour manifester contre quoi que ce soit avait été l’un des premiers à s’opposer à la signature du Traité Transatlantique TTIP, considéré comme une menace pour l’environnement par une grande partie de la population. L’annonce de Pröll a coïncidé avec le 27ème anniversaire du célèbre référendum sur la centrale nucléaire de Zwentendorf : le 5 novembre 1978, les Autrichiens avaient, d’une courte majorité, voté contre la mise en service de la centrale qui venait d’être construite en Basse-Autriche. Le pays fait ainsi partie des rares Etats européens qui ne se soient pas dotés d’un programme nucléaire- en important toutefois de l’énergie (41% en 2014) d’autre pays comme l’Allemagne qui en sont dotés.

Depuis, la centrale fantôme a servi à tourner des films et documentaires mettant en garde contre les dangers du nucléaire comme « Grand central » de Rebecca Zlotowski ou « Jour de vérité » produit par Arte. Pour tirer définitivement un trait sur ce passé, le producteur d’électricité autrichien EVN a racheté la centrale en 2005 et est en train de la transformer en site de production d’énergie solaire…