Monde / World
13H02 - lundi 7 septembre 2015

Une semaine en Inde (du 30 août au 5 septembre)

lundi 7 septembre 2015 - 13H02

Un Conseil de Sécurité plus dynamique, adapté à son époque…Et avec l’Inde comme membre permanent

http://timesofindia.indiatimes.com/india/Time-to-make-UN-vibrant-with-India-as-permanent-member-Mahajan/articleshow/48769115.cms

Il est temps pour le Conseil de s’adapter au monde et aux acteurs qu’il prétend réguler : voilà la teneur du message délivré par Sumitra Mahajan, Présidente de la Lok Sabha – Chambre basse du Parlement indien – lors de la Quatrième Conférence des Présidents de Parlement, où se trouvait également Ban Ki Moon, secrétaire général des Nations Unies.

Alors que celui-ci louait le « dynamisme » de celle toujours surnommée « la plus grande démocratie du monde », Mme Mahajan l’a pris au mot en présentant une Inde désireuse de s’engager toujours davantage dans le maintien de la paix. Saisissant notamment l’enjeu de la montée du terrorisme, la représentante indienne a affirmé que les états offrant asile aux terroristes doivent, eux aussi, être condamnés par une communauté internationale jugée trop complaisante.

Car le manque de réforme affecte aujourd’hui l’efficacité et la crédibilité du Conseil, dont l’Inde souligne combien il n’est plus représentatif de la nouvelle donner internationale. Le Conseil doit être dynamisé et plus efficace, adapté aux mutations et à l’émergence de nouveaux acteurs – et inclure l’Inde comme membre permanent.

Le Conseil de Sécurité de l’ONU fête cette année ses 70 ans. Crédit: Wikimedia commons

Le Conseil de Sécurité de l’ONU fête cette année ses 70 ans. Crédit: Wikimedia commons

 

L’Inde franchit le cap des 350 millions d’utilisateurs…avec seulement 19% de sa population connectée

http://indianexpress.com/article/technology/tech-news-technology/india-now-has-over-350-million-internet-users-iamai/

http://indianexpress.com/article/technology/tech-news-technology/iamai-says-india-to-have-236-million-mobile-internet-users-by-2016/

Avec une hausse de plus de 50 millions d’utilisateurs pour les six premiers mois de l’année, l’Inde réunit aujourd’hui plus de 350 millions d’utilisateurs d’internet, et devient la deuxième communauté d’internautes au monde.

Parmi les remarques suscitées par la publication de ces chiffres, l’Association de Mobile et d’Internet pour l’Inde (the Internet and Mobile Association of India, IAMAI) souligne qu’Internet «  a mis plus d’une décennie pour passer de 10 à 100 millions d’utilisateurs, trois ans de 100 à 200 millions, et seulement un an pour passer de 200 à 300 millions ».

En 2017, l’IAMAI table sur 500 millions d’utilisateurs, et malgré cette propagation rapide, l’Inde ne connecte que 19% de ses habitants– ce qui laisse des capacités d’augmentation vertigineuse pour ses exploitants.

La population aujourd’hui en marge de cette connexion – et principale cible de l’IAMAI – est la population rurale : M. Subho Ray, président de l’IAMAI, présente cette population comme le principal vecteur de la croissance d’internet – et affirme que la clé se trouve dans un accès via téléphone portable…d’ores et déjà le support de connexion de 60% des internautes indiens.

Plus de la moitié des téléphones achetés en Inde en 2012 étaient des smartphones. Crédit : Wikimedia commons

Plus de la moitié des téléphones achetés en Inde en 2012 étaient des smartphones.
Crédit: Wikimedia commons

 

Delhi met Greenpeace dehors en suspendant sa licence

http://www.thehindu.com/news/national/greenpeace-indias-registration-cancelled/article7613184.ece?homepage=true

L’antenne indienne de Greenpeace ne pourra plus recevoir aucun don financier de l’étranger, a décidé mercredi le ministère des Affaires intérieures. Accusé d’ « affecter l’intérêt public  et de porter atteinte à l’intérêt économique du pays », Greenpeace est censée fermer ses portes prochainement.

Néanmoins, Vinuta Gopal, codirigeant de Greenpeace en Inde, semble ne pas être prêt à abandonner un combat porté déjà depuis plusieurs mois, lorsque des décisions du gouvernement avait ordonné le gel des comptes et suspendu la licence de l’ONG. Condamnant « la répression des libertés civile » organisée par un gouvernement refusant selon lui la transparence des processus publics conduisant au développement durable, M. Gopal rappelle le grand nombre de bénévoles de l’organisation œuvrant dans tout le pays, et déterminés à agir malgré la répression croissante de Delhi.

Crédit : wikimedia commons

Crédit: Wikimedia commons

 

Conflit indo-pakistanais: Delhi refuse de dialoguer avec les séparatistes

http://indianexpress.com/article/india/india-others/no-role-for-any-third-party-in-indo-pak-talks-bjp/

Il n’y a aucune place pour un interlocuteur autre que le gouvernement pakistanais, a soutenu Delhi mercredi 2 septembre – y compris lorsque cet interlocuteur est de taille, et en l’occurrence la représentation politique des séparatistes du Cachemire.

Ce n’est pas la première fois que l’Inde refuse de dialoguer avec cette plateforme établie depuis 1993 qui clame que l’Inde occupe l’état de Jammu et du Cachemire, sans reconnaître les véritables aspirations de la population qui devraient pourtant motiver la résolution finale du conflit. Deux idéologies ont émergé de cette plateforme : d’une part, ceux qui défendent une région autonome à la fois du Pakistan et de l’Inde, et d’autre part, ceux qui prétendent se rattacher au Pakistan.

Le porte-parole du gouvernement, Senil Sethi, a affirmé que les discussions entre les deux états, concernant frontière et cessez-le-feu, ne peut inclure ceux qui désignés comme des terroristes séparatistes soutenus par le Pakistan – ce qu’Islamabad avait pourtant demandé, rajoutant un conflit de plus entre les deux belligérants.

Militaires indiens - Crédit: Wikimedia commons

Militaires indiens – Crédit: Wikimedia commons

 

Laure Lezat