Monde / World
11H08 - mardi 9 juin 2015

Les percussions caribéennes ont fait vibrer le théâtre du Châtelet

mardi 9 juin 2015 - 11H08
Les musiciens de Calypsociation lors du concert donné au théâtre du Châtelet le 31 mai dernier.  © Théâtre du Châtelet - Marie-Noëlle Robert

Les musiciens de Calypsociation lors du concert donné au théâtre du Châtelet le 31 mai dernier.
© Théâtre du Châtelet – Marie-Noëlle Robert

Dimanche 31 mai dernier, les sonorités festives caribéennes ont résonné au sein du théâtre du Châtelet, dans un concert de percussions de Trinidad et Tobago, donné dans le cadre de la Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes (26 mai/7juin). 

Cette prestation musicale, menée par Mathieu Borgne et réalisée par l’association Calypsociation Steelband, a largement conquis le public qui a même esquissé quelques pas de danse et chanté, tout en prodiguant de larges applaudissements. 

Le genre musical du steelband, composé de bidons métalliques appelés steelpans et steeldrums (littéralement : casseroles en acier et tambours en acier) a vu le jour dans l’île antillaise de Trinidad et Tobago au cours des années 1940. Il est actuellement très populaire sur l’île où des compétitions se déroulent chaque année. 

Les orchestres de Steelband interprètent souvent des morceaux de Calypso, la musique traditionnelle de Trinidad, mais le répertoire s’élargit également au jazz, à la variété, à la musique classique ou populaire …

Ainsi, une version de la chanson: Tous les mêmes de Stromae a été interprétée lors de ce concert aux notes entraînantes. 

Calypsociation steelband © Théâtre du Châtelet - Marie-Noëlle Robert

Calypsociation steelband
© Théâtre du Châtelet – Marie-Noëlle Robert

 

Calypsociation steelband © Théâtre du Châtelet - Marie-Noëlle Robert

Calypsociation steelband
© Théâtre du Châtelet – Marie-Noëlle Robert

 

 

Mathieu Borgne, à la tête de Calypsociation Steelband, explique les origine de la musique Calypso, née à Trinidad et Tobago. 

https://soundcloud.com/clarinetta/mathieu-borgne-la-musique-calypso-vient-des-quartiers-pauvres-de-trinidad