Citizen Kids
Monde /
10H40 - mercredi 8 octobre 2014

Une seule envie en refermant le livre : goûter et regoûter à la magie des mots

mercredi 8 octobre 2014 - 10H40

La littérature n’est pas que pour les grands… Et l’ouverture au monde encore moins ! Deux fois par mois, une libraire jeunesse « La boîte à histoires » vient partager ses coups de cœur dans la rubrique Citizen Kids.
Au menu : albums, romans, poésie, documentaires, livres pop-up et autres ovnis littéraires pour les petits et les grands de 0 à 16 ans. Il est fortement conseillé aux adultes d’y jeter un œil…


Le ventre de l’arbre

3 contes africains racontés par Hassane Kassi Kouyaté
Illustrés par Joëlle Jolivet Editions
Didier Jeunesse. 16,00 €

Arbre1

Peut-être vous êtes-vous toujours demandé pourquoi la hyène avait un postérieur si bas ?

La réponse se trouve à coup sûr dans ce recueil de contes plein de sagesse.

Vous y découvrirez également qu’en Afrique de l’Ouest cette même hyène traîne la sale réputation d’être idiote et butée, tandis que le lièvre lui est considéré comme un animal plein d’intelligence et de malice.

Les voici réunis dans les deux premiers contes de ce livre-cd.

Arbre2A la recherche de nourriture, Papa Lièvre a trouvé un arbre miraculeux qui enferme en son coeur une immense tablée garnie de délicieuses victuailles et occupée par une assemblée … d’aveugles ! Observateur et rusé, Papa Lièvre saura se montrer assez discret pour ne pas se faire repérer. Mais en sera-t-il de même pour la hyène impatiente et terriblement indélicate ?

“Mon grand-père qui m’a raconté cette histoire m’a dit : – Hassan, le jour où tu auras la chance de trouver devant toi quelqu’un qui s’ouvre pour toi, ne sois pas hyène, sinon la personne se refermera à jamais”.

On retrouve ainsi dans ces trois récits d’Afrique de l’Ouest toute la truculence du conteur burkinabé Hassane Kassi Kouyaté, que l’on peut entendre sur le CD qui accompagne l’album.

Des expressions africaines se mêlent au français, les dialogues claquent et les mésaventures de ces personnages haut en couleur nous font rire en même temps qu’ils nous donnent à réfléchir sur la bêtise qui le dispute à la sagesse.

Une ponctuation musicale avec des instruments traditionnels introduit chaque conte.

L’ensemble est accompagné des superbes illustrations cernées de noir de Joëlle Jolivet qui sait si bien retranscrire la chaleur et l’humour de ces histoires traditionnelles.

A lire et à écouter à partir de 6 ans.


Les mots bleus de Félicie

Texte de Nathalie Lloyd
Traduit de l’anglais pas Cécile Nelson
Editions du Seuil. 15,90€

MotsBleuesOn raconte qu’autrefois à Midnight Gulch, les gens vivaient heureux, bercés et enchantés par la magie qui régnait alors dans cette petite ville du Tennessee. La magie a disparu depuis longtemps, les habitants semblent même déserter peu à peu l’endroit.

Mais la mère de Félicie a décidé d’y revenir et peut-être de s’y poser un peu au lieu de passer sa vie à déménager, à traverser les états sans jamais se fixer.

La jeune Félicie s’y sent tout de suite un peu comme chez elle et son don semble s’y épanouir mieux qu’ailleurs encore : voir des mots voleter autour des gens, autour des lieux, les collecter et les consigner dans un petit carnet bleu, voilà ce qui permet à Félicie de se rassurer, elle qui a tant de mal à parler aux autres. “Certains mots luisent et certains mots dansent. Parfois je pense que je vois les mots auxquels les gens pensent ou les mots qu’ils veulent”.

Ainsi, les mots cueillis à Midnight Gulch, les rencontres étonnantes qu’elle va y faire vont aider la jeune-fille à percer le secret de cette étrange ville et peut-être convaincre sa mère de poser enfin ses valises…

Mêlant le surnaturel au quotidien, le merveilleux aux réalités plus prosaïques, ce roman singulier dépeint un univers rocambolesque et poétique où les personnages à la Tim Burton apportent beaucoup de fantaisie au récit.

Sous des dehors naïfs et enchanteurs, le texte n’en est pas moins profond, abordant avec finesse les thèmes de temps qui passe, des liens familiaux et de la difficulté parfois à trouver sa place.

Une seule envie en refermant ce livre : goûter et regoûter comme Félicie à la magie des mots, Se mettre à les collectionner peut-être ?

Un premier roman étonnant et résolument optimiste à découvrir dès 12 ans !


Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ?

Texte de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon
Illustrations Etienne Lécroart
Editions La Ville Brûle. 8,50 €
 

RichePauvres1Partant du principe que l’injustice et la pauvreté n’ont rien de naturel ni d’irrémédiable, les auteurs s’attachent ici à démonter les mécanismes des inégalités sociales.

Ce célèbre couple de sociologues qui a porté son sujet d’étude sur les classes dominantes et la grande bourgeoisie, investit ici le champ de la littérature jeunesse, cherchant à affûter le sens critique des jeunes lecteurs qui feront la société de demain.

Leur cheval de bataille reste le même : dénoncer la domination des très riches et l’écrasement du reste de la population.

La notion de classe sociale est ici largement expliquée et les auteurs cherchent à définir au plus près et avec des mots simples ce qu’on entend par “classe dominante”, la déterminant à la fois par la grande richesse, l’héritage familial et l’accès aux milieux culturels, politiques et financiers

RichePauvres2“C’est la richesse qui crée la richesse. Plus on est riche, plus on peut investir son argent dans des activités qui rapportent encore plus d’argent, et plus on a de moyens pour faire pression sur les autres classes et sur les pouvoirs politiques… pour s’enrichir encore plus !” 

Les Pinçon-Charlot n’ont jamais fait mystère de leur orientation politique, et si le propos est un tantinet manichéen, vulgarisation oblige, il a le mérite d’apporter des explications claires à des notions souvent débattues : chômage, classes sociales, coût du travail, paradis fiscaux…

Un pavé dans la mare qui incite à ne surtout pas se conformer au modèle dominant.

Un premier manuel de pensée critique, illustré avec beaucoup d’humour et publié chez La Ville brûle, un éditeur engagé. A partager avec les enfants dès 8 ans !