International
10H42 - lundi 8 avril 2013
Irak

Bagdad renaît de ses cendres

 

Depuis samedi 23 mars, la capitale irakienne a l’occasion de tourner une page. Dix ans après l’intervention américaine dans le pays et la chute de Saddam Hussein, Bagdad a été choisie comme la capitale du monde arabe pour l’année 2013.  La ville entend bien redonner une image positive du pays, meurtri par des années de guerre et de violence.

 

Bagdad

 

Au cœur de la capitale, dans le parc Zawra, les festivités se sont ouvertes sur les discours du Premier ministre irakien Nouri-al-Maliki et du Secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, suivis par des représentations artistiques, avec, notamment la présence du musicien irakien Nasser Chamma.

Une nouvelle ère ?

C’est donc une nouvelle ère qui s’ouvre dans le pays. Bagdad peut ainsi retrouver le rayonnement culturel d’antan. Une opportunité à saisir, soulignée par le Premier ministre Nouri- al-Maliki : «Bagdad a été par le passé une source de savoir pour le monde entier. Aujourd’hui, grâce aux efforts conjugués des Irakiens et de leurs frères arabes, Bagdad va retrouver sa place ».

Espérons que la capitale irakienne saura faire fructifier ce titre et redevenir une référence culturelle et architecturale dans le paysage arabo-musulman.

Marie-Julie Herrmann

Hommage à Desmond Tutu

Emmanuel de Reynal rend hommage à l'archevêque et au militant pour les Droits de l'Homme Sud-Africain, Desmond Tutu, décédé le 26 décembre 2021.
Emmanuel de Reynal

سيف الإسلام القذافي على وشك إعلان ترشحه، هل سيكون هو الأبرز للرئاسيات في ليبيا؟ افتتاحية ميشال تاوب

إذا تم عقد مؤتمر دولي آخر عن ليبيا اليوم في باريس، بعد « برلين » و « روما » والعديد من العواصم الأخرى، فمن الممكن أن لا يعقد هذا الحدث لاحقا في العاصمة الفرنسية بل في…
Michel Taube

Libye : la démocratie ou la guerre

Le Président Emmanuel Macron, accueille, ce 12 novembre, à Paris, une énième Conférence sur la Libye. Encore une conférence de la dernière chance ? Peut-être, car il ne pourrait demeurer qu'une alternative à son échec : la guerre.
Michel Scarbonchi