Monde / World
Chine /
16H59 - lundi 11 février 2013

De la liberté de la presse en Chine…

lundi 11 février 2013 - 16H59

Depuis une trentaine d’années, les conditions de vie du peuple chinois ont connu une amélioration considérable, malgré le lent progrès de la démocratie, de la liberté, et des  droits de l’homme. Récemment, la censure d’un article dans un hebdomadaire a provoqué la fureur des internautes et des journalistes. Est-ce un bon présage?

Pendant vingt ans, l’opinion publique a été réduite au silence, mais ces derniers temps, ce silence s’est troublé. Suite à la censure de l’éditorial d’un hebdomadaire réformiste, Southern Weekly, pour le Nouvel An Chinois, qui préconisait « le respect de la constitution et un système politique constitutionnel », des journalistes indignés ont dénoncé cette censure et publié l’article original sur le web. Le 7 janvier, la manifestation contre la censure s’est déroulée à la fois sur le web et dans les rues de la province du Guangdong, où se trouve le siège de l’hebdomadaire.

Sur le web, l’éditorial censuré a été re-tweeté à plusieurs reprises, et chaque fois, le mécontentement des internautes s’accentuait dans les commentaires ajoutés. Devant la rédaction de Southern Weekly, les gens déposaient des fleurs pour exprimer leurs soutien envers le courage de l’hebdomadaire. Dans les rues ou devant les stations du métro, la manifestation s’est déroulée pacifiquement, sans intervention violente de la police.

Le contrôle de la presse s’est renforcé ces dernières années

Récemment, les médias ont contribué au renforcement du pouvoir central. Le système médiatique chinois ne se soumet pas à la libre concurrence commerciale, mais sert à communiquer l’actualité, biaisée par l’orientation politique et la propagande du gouvernement. Même Southern Weekly, un des hebdomadaires réformistes les plus prestigieux n’échappe pas à la surveillance ni à la censure gouvernementale. Entre objectivité et intervention gouvernementale, les journalistes se trouvent souvent dans une situation délicate et se trouvent obligés de trouver un compromis entre déontologie et surveillance. Dans chaque numéro de cet hebdomadaire, le gouvernement censure deux à trois articles, et parfois même jusqu’à sept ou huit. Au total l’année dernière, environ un millier d’articles ont été censurés dans ce périodique, ce qui indigne de plus en plus les journalistes, et la censure de l’éditorial pour le Nouvel An est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Ayant pour devises « la réforme démocratique » et « rendre le pouvoir au peuple » depuis une trentaine d’années, la Chine suit paradoxalement une tendance politique pourtant très centralisée, mêlant arrogance politique et interventionnisme économique. Les politiques conservatrices des deux dernières générations du gouvernement et la complexité des institutions rendent la réforme délicate et difficile. Le renforcement du contrôle de la presse n’est que le reflet d’une politique intérieure très rigoureuse. Tout cela pose réellement question au nouveau Président du pays, Xi Jinping, qui préconise des politiques réformistes et un régime constitutionnel dans les discours télévisés.

Un bon présage : le peuple sera-t-il le promoteur de la liberté ?

Malgré l’étouffement de la liberté médiatique, les réseaux sociaux se sont fait entendre. Dans l’événement de Southern Weekly, le Twitter chinois, Weibo, a joué un rôle important. Chaque étape et progrès de l’affaire était mise à jour en temps réel sur Weibo par les journalistes, et les commentaires des internautes se multipliaient. Bien que les posts sensibles sur Weibo soient très fréquemment censurés, la rapide diffusion d’information l’emporte toujours. Depuis quelques années, les comptes Weibo des presses libérales publient de petits tweets qui contiennent les informations censurées, créant ainsi une opportunité de sauver l’information et d’informer les gens.

On constate que les intellectuels, les étudiants ou les internautes se trouvent souvent à l’avant-garde de la revendication de liberté. Au lendemain de cet événement, les intellectuels du continent, de Hongkong et de Taiwan ont adressé une lettre ouverte au gouvernement de Guangdong, en revendiquant la démission des officiels responsables de la censure. Parmi les participants à la manifestation, les étudiants occupent une part importante. Néanmoins, dans un pays cherchant sa boussole, force est de constater qu’il y a un certain nombre de personnes qui se contentent d’exprimer leur indignation et de regarder le spectacle, mais qui n’ont pas une ferme position politique ou une opinion claire pour revendiquer ce qu’ils veulent, de sorte qu’ils s’exposent facilement à la propagande.

En Chine, aujourd’hui, la croissance rapide de la société civile pose une pression non négligeable au gouvernement qui cherche à étendre son pouvoir. Désormais, les habitants n’éludent plus la confrontation directe avec la force gouvernementale. Après l’événement du Southern Weekly, le développement de la société civile en Chine connaît un progrès remarquable. Ces dernières années en Chine, le peuple affirme une position ferme dans la négociation avec le gouvernement, revendiquant davantage de droits et de pouvoir. Le gouvernement s’aperçoit de ses limites et se montre plus souple, en essayant de trouver un compromis, au moins en apparence. Au cours du second semestre de 2012, la fréquence des manifestations en Chine était sans précédente, alors qu’il n’y a pas eu de conflits entre la police et les manifestants. Dans un tel contexte, cet événement de censure pourrait-il servir de déclencheur au mouvement pour la liberté de la presse en Chine ?

 

Lyne Yuanxing