Monde / World
Afrique /
16H01 - samedi 8 décembre 2012

Retour sur l’action de la CPI en Afrique avec Mme Fatoumata Bensouda, Procureure générale de la Cour pénale internationale

samedi 8 décembre 2012 - 16H01

 

« La Cour pénale internationale n’est pas compétente pour statuer sur les exactions commises en Gambie. Il y a une commission des droits de l’homme qui est habilitée à prendre en charge les questions des droits humains. La  question des droits humains n’est pas du ressort de la CPI », annonçait Mme Fatoumata Bensouda, Procureure de la Cour pénale internationale, en marge d’une rencontre de l’association des femmes juristes du Sénégal sur les violences faites aux femmes.

Cour pénale internationale, CPI, Fatoumata Bensouda, Procureure générale, procureur, femme, Sénégal, violences faites aux femmes, Yaya Jammeh, Laurent Gbagbo,

Une annonce qui n’a pas manqué d’être interprétée comme une preuve de l’impuissance de sa juridiction face à l’arrogance du président gambien Yaya Jammeh, appelé à quitter le pouvoir pour avoir, entre autre, créé une armée loyale et criminelle autour de lui.

 

« La Cpi pourchassera et punira tous auteurs des violences sexuelles. »

Au sujet des violences faites aux femmes, Mme Bensouda rappelle qu’elles constituent une couche vulnérable en temps de guerre, souvent victimes d’agression sexuelles. « La question des violences faites aux filles est une réalité exacerbée surtout en situation de guerre. En tant que procureur de la CPI, mon rôle consiste à juger les crimes sexuels et crimes de guerre. Car toute femme a besoin de vivre sans violence ni contrainte», précise le procureur. «La CPI pourchassera et punira tous auteurs des violences sexuelles.»


Gbagbo va être jugé dans le respect des droits que lui confèrent les textes de la Cpi.

Sur le Mali, le maître des poursuites de la CPI soutient que si sa juridiction doit intervenir, ce sera à la suite des enquêtes qu’elle va mener. Et d’ajouter : «Je pense que les attaques dans lesquelles nous devons nous engager, c’est de restaurer la paix au Mali. J’encourage l’intervention militaire».

Selon le procureur, des autorités maliennes ont demandé l’ouverture d’enquêtes au Mali. Si cela doit être fait, ce sera sur l’ensemble des crimes commis au Mali et « si l’Etat ne le fait pas, c’est au procureur de la CPI de le faire. »

A propos du dossier Gbagbo, l’ancien président de la Côte d’Ivoire, Fatoumata Bensouda promet qu’il sera « jugé dans le respect des droits que lui confèrent les textes de la Cpi. On n’est en train de voir où les enquêtes ouvertes en Côte d’Ivoire vont nous mener.»

 

Les interventions en Afrique résultent de la demande des Africains eux-mêmes

« Nous savons qu’il y a  beaucoup de victimes de crimes, de conflits. L’ensemble de ces victimes sont des Africains qui ont besoin d’être rétribués. Il faut s’engager à arrêter les criminels. Les interventions en Afrique résultent de la demande des Africains eux-mêmes. Nous devons penser aux victimes qui ont besoin de justice. »

 

Ibrahim KANDJIMOR