Développement durable
Bangladesh /
11H26 - mercredi 21 mars 2012

Le Bangladesh en tête de liste des pays victimes de la montée des eaux

mercredi 21 mars 2012 - 11H26

Maplecroft, cabinet de recherche spécialisé dans l’aide aux investisseurs, vient de publier sa dernière étude. Les résultats sont alarmants : le Bangladesh est le pays le plus vulnérable face aux bouleversements climatiques, devant l’Inde et Madagascar. Avec une élévation d’un mètre du niveau de la mer d’ici la fin du siècle, 35 millions de personnes seront déplacées. Le pays pourrait perdre 20 % de ses terres d’ici 2050. Portrait d’une nation en danger.

 

Le Bangladesh, le pays qui s'efface. DR

Le Bangladesh, le pays qui s'efface. DR

Blotti entre la chaîne de l’Himalaya et le golfe du Bengale, le Bangladesh est particulièrement fragile face au changement climatique. Albert Fischer, membre de la Commission océanographique de l’UNESCO l’explique « le Bangladesh est un pays de delta de très basse altitude ».

 

« Le pays delta »

Plat comme la main, il accueille de nombreux cours d’eau, parfois larges de plusieurs kilomètres comme le Gange, le Brahmapoutre ou le Meghna. Ses zones côtières sont souvent situées sous le niveau de la mer. La fonte des glaciers de l’Himalaya représente une augmentation importante du débit de ses cours d’eau qui aura, à terme, un impact dévastateur sur le pays ; de plus, souligne Albert Fischer, « la source de ces rivières se trouvant dans les Etats voisins, le Bangladesh n’en a aucune maîtrise. La construction de barrages de l’autre côté des frontières fragilise les régions de delta du pays en réduisant la sédimentation, processus limitant les risques de submersion ». Au « pays delta », l’eau sera bientôt plus meurtrière que cyclones et inondations réunis.

 

Des variations naturelles aux bouleversements climatiques

Moussons, inondations, cyclones… certes, le Bangladesh est depuis toujours confronté à ces variations naturelles. Il faut les distinguer des effets du changement climatique pour se rendre compte de la gravité de la situation.

Albert Fischer le sait, « le climat est la moyenne des phénomènes météorologiques, qui peuvent se manifester par des situations extrêmesmoussons, inondations, cyclones. Ces conditions météorologiques sont impactées par le réchauffement climatique et ces événements extrêmes augmentent ».

Au Bangladesh, les signes ne trompent pas, la fréquence des cyclones s’est accélérée depuis 30 ans. Autrefois, un cyclone tous les 20 ans, aujourd’hui, ils surviennent tous les deux ou trois ans. Le dernier en date, Nargis, a tué 50 000 personnes. Les inondations augmentent en nombre et en intensité. Lorsque l’eau se retire, certaines rivières suivent un nouveau cours, obligeant des populations entières à fuir leur région.

 

Inondations au Bangladesh. DR

Inondations au Bangladesh. DR

Des milliers de réfugiés climatiques

Atiq Rahman, co-auteur du dernier rapport du GIEC, estime, dans une interview donnée à La Revue Durable, que ces évolutions climatiques ont déjà poussé 500 000 personnes à se réfugier à Dacca, la capitale. Il s’alarme « depuis les années 1980, le Bangladesh connaît, selon les années, une sécurité alimentaire toute relative. Or, c’est bien ce progrès-là que le réchauffement du climat est en train de balayer ». Le GIEC le confirme. La production de riz déclinerait de 8 % et celle du blé de 32 % d’ici 2050, sans parler de l’augmentation de la population à cette date.

Alors qu’en Occident on dépasse souvent les 10 tonnes de dioxyde de carbone par an, les Bangladais en produisent à peine 0,3. Leur responsabilité dans le réchauffement climatique est quasi-nulle, pourtant ils le subissent de plein fouet.

Pour un peuple qui a assuré sa sécurité alimentaire et réussi à envoyer ses enfants à l’école, la montée des eaux pose un problème de justice. Poussés par le changement climatique, les réfugiés arriveront par millions dans les villes, où violence et criminalité se développent.

Tôt ou tard, la colère de ce peuple pourrait se retourner contre les véritables auteurs du changement climatique. Il est encore temps de l’éviter. Le Sommet mondial de la Terre se tiendra au mois de juin prochain, il représente un espoir pour les pays victimes, comme le Bangladesh, du réchauffement climatique.

Agathe Clerc

 

Danemark : leader des énergies vertes… et des taxes

Les énergies renouvelables sont multiples. DR
Avec l’adoption de la taxe carbone dès 1993, quand d’autres pays se demandaient encore si le réchauffement climatique était une réalité, le Danemark est très vite devenu le leader en matière d’énergies…

Le pétrole, une malédiction pour les pays en développement ? Entretien avec Francis Perrin, directeur de la rédaction du bimensuel « Pétrole et Gaz Arabes » et vice-président d’Amnesty international

A l'occasion des 50 ans d'Amnesty, Oi continue de publier une série de sujets pour faire le point sur les droits de l'homme dans le monde. Deuxième article : l’entretien avec Francis Perrin, directeur de la rédaction du bimensuel « Pétrole et Gaz Arabes » et vice-président d’Amnesty international.

OGM : crainte de l’Europe, espoir des pays émergents

Alors que la France et l’Europe, de manière générale, restent assez frileuses quant à la culture des organismes génétiquement modifiés (OGM), ces derniers se développent considérablement au niveau planétaire. En effet, selon…

Chronique Développement durable du jeudi 15 mars

La Chine menace les entreprises européennes pour contraindre l'UE à abandonner la taxe carbone. DR
      Le Canada s’enfonce dans le déni environnemental Le Canada est longtemps apparu comme leader écologique, un Etat capable dès 1999 d’adopter une loi pour la protection de l’environnement, quand…