Monde / World
Haïti /
21H52 - lundi 9 janvier 2012

Reconstruction et images satellites :
l’initiative de Strasbourg pour Haïti

lundi 9 janvier 2012 - 21H52

Jacmel, 170 000 habitants à 80 km de la capitale haïtienne, Port-au-Prince. Relativement épargnée sur le plan humain par rapport à la capitale (300 morts tout de même), la ville, située à 27 km de l’épicentre a été détruite a plus de 30 %.

 

Port-au-Prince dévastée après le séisme du 12 janvier 2010. ©Michel Rosio

Passée la stupeur du tremblement de terre et la survie face aux épidémies les jours suivants, il faut reconstruire. Jumelée depuis 1991 avec la ville et la communauté urbaine de Strasbourg, Jacmel peut compter sur le soutien de la capitale alsacienne, qui va œuvrer de manière originale et innovante à la remise sur pied de la ville meurtrie.

 

Reconstitution du plan de la ville

Face à l’urgence, Strasbourg a très vite aidé au déblaiement des bâtiments détruits par le séisme et en parallèle à faire une évaluation des dégâts sur le bâti et son impact sur la population. Les habitants et certains partenaires extérieurs se sont attelés dès les mois suivants à sa reconstruction, sans trop veiller aux demandes de permis de construire ou aux risques d’inondation… Le principal problème des autorités de Jacmel, c’est plutôt qui possède et construit quoi. Une question cruciale, avec à la clef l’établissement d’une cartographie et d’une fiscalité sur le bâti pour permettre à la ville de repartir sur des bases fiables, et à la commune d’initier de nouveaux projets urbains. Une gageure pour éviter une reconstruction chaotique.

C’est là qu’intervient le partenariat passé entre Strasbourg, l’Ircod (Institut régional de coopération décentralisée) et le SERTIT (Service Régional de Traitement d’Images et de Télédétection). Via des images satellites de Jacmel collectées depuis l’Alsace, c’est une cartographie détaillée de tous les bâtiments qui a été établie par la ville de Strasbourg et communiquée à la mairie de Jacmel. Des informations précieuses qui ont permis de quantifier exactement les dégâts, et de faire le point sur les 3 500 nouveaux bâtiments en cours de construction.

 

Des personnels locaux formés

la reconstruction de Jacmel a démarré rapidement après la catastrophe. © Michel Rosio

Même si l’action technique vient de Strasbourg, une action de terrain a en parallèle été menée à Jacmel. Les meilleures images satellites ayant besoin d’une analyse de proximité, 70 personnes ont été formées pour recenser l’état de chaque bâtiment de la ville et suivre la reconstruction. Les informations détaillées sur la démographie complète de la ville, et le nombre de personnes par foyer ont en outre permis de reconstituer une base démographique et d’identifier la population touchée par la catastrophe Elles ont permis surtout de détailler les personnes vivant dans chaque maison, des renseignements capitaux dans l’hypothèse de future catastrophe, quand le temps de survie pendant les recherches est compté.

Pour diriger cette équipe locale, avec le chef de projet de l’Ircod déjà en place, un cartographe haïtien a été engagé. Ils assurent la coordination sur place à Jacmel avec les services de cartographie, de statistiques et d’imagerie satellite basés à Strasbourg. Une organisation légère, flexible et efficace pour un budget de l’ordre de 200 000 euros. Une somme relativement faible pour un projet de reconstruction alliant l’innovation et la prise en main par les autorités locales des enjeux de la reconstruction de leur ville.