Monde / World
10H19 - lundi 18 juillet 2011

« Mandela Day », les 93 ans de Nelson Mandela

lundi 18 juillet 2011 - 10H19

 

Déclarée en novembre 2009 par les Nations unies comme la Journée Internationale Nelson Mandela, le 18 juillet se veut l’occasion d’agir pour construire un monde meilleur, en suivant l’exemple de la figure de proue de la lutte anti-apartheid. Le 18 juillet 1918 est né celui qui fut le premier président noir d’Afrique du Sud : Nelson Rolihlahla Mandela qui, tout juste remis d’une infection respiratoire aiguë, fête aujourd’hui ses 93 ans.

L’opposant clef à l’apartheid

Après le succès du concert au Hyde Park pour ses 90 bougies, l’ONU se joint à la Fondation Nelson Mandela pour inviter les citoyens du monde à se battre pour les droits humains pendant 67 minutes. Le nombre 67 correspond au nombre d’années que Mandela, de son nom tribal Madiba, a passé au service de l’intérêt national, de l’égalité des droits entre toutes les communautés. La Fondation demande à tous de consacrer 67 minutes de leur journée au service de l’humanité. Les actions pour inspirer le changement sont simples : on peut lire pour un aveugle, aider un chômeur à trouver du travail ou encore parler avec des malades en phase terminale qui affrontent seuls leurs souffrances. Mais on peut aussi véritablement s’engager : être bénévole dans un orphelinat, faire du tutorat dans une école, etc.

C’est 20 ans après l’abolition totale de toutes les lois raciales que Mandela apparait aujourd’hui aux yeux du monde entier comme le symbole de lutte anti-apartheid et comme un héros moral. Le régime du Parti national instaurait une ségrégation raciale au profit des Blancs contre les Noirs, que Mandela a vivement combattue dès 1944 et son entrée dans l’ANC (African National Congress). Très influencé par Gandhi qui a vécu en Afrique du Sud et par souci pragmatique, il était résolument pacifiste. Il comptait lutter contre l’apartheid au moyen de la désobéissance civile. Cependant, après le massacre de Shaperville en 1960 durant lesquels les policiers tuèrent 69 personnes fuyant les balles et en blessèrent plus de 200 autres, Mandela créa le mouvement armé de l’ANC « Umkhonto we Sizwe » Lance de la nation »). Sa fonction consistait en des actions de sabotage visant des bâtiments symboliques. A son procès en 1964, Madiba déclara pour justifier son combat : « Toute ma vie je me suis consacré à la lutte pour le peuple africain. J’ai combattu contre la domination blanche et j’ai combattu contre la domination noire. J’ai chéri l’idéal d’une société libre et démocratique dans laquelle toutes les personnes vivraient ensemble en harmonie et avec les mêmes opportunités. C’est un idéal pour lequel j’espère vivre et accomplir. Mais, si besoin est, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir. » Mais sa défense ne suffit pas et il fut condamné à la prison à perpétuité. Il passa 27 ans derrière les barreaux, dont 18 à Robben Island, travaillant dans les mines de chaux. Ce sont néanmoins ces années qui firent sa renommée internationale et qui lui permirent de devenir le symbole de l’anti-apartheid.

Figure morale de l’égalité en Afrique du Sud

Le reste nous est connu et contribue à l’édification de ce personnage hors du commun. Les négociations avec le Parti national et De Klerk, son élection à la présidence…Dirigeant l’ANC, Mandela a tout fait pour éviter une guerre civile entre Noirs et Blancs et entre les différentes ethnies et minorités. Il a cherché à établir les fautes et les crimes de chacun et à promouvoir le pardon grâce à la Commission Vérité et Réconciliation présidée par l’archevêque Desmond Tutu. Il souhaitait que les Noirs, qui représentent la majorité accèdent à l’égalité politique et juridique tout en évitant les vengeances contre les Blancs et leur éviction systématique. C’est au nom de cet idéal démocratique et pacifique que Nelson Mandela obtint en 1993 le Prix Nobel de la paix ( conjointement avec le président De Klerk).

Plus qu’un politicien rompu aux arcanes du pouvoir, il est surtout une figure morale, faisant de lui et de son histoire le mythe fondateur de la « nation arc-en-ciel », quitte à oublier les pages sombres de sa vie. Mais l’ONU l’a bien vu, Nelson Mandela est aussi un modèle universel d’éthique car il a lutté toute sa vie pour la reconnaissance des droits humains. C’est de ce point de vue que la Journée Internationale Nelson Mandela (ou Mandela Day) prend tout son sens et acquiert sa légitimité.

Vivien Rebière